A la veille du cen­te­naire de l’ar­mis­tice du 11 no­vembre 1918

Le Petit Journal - L'hebdo du Pays Toulousain - - Ctx Girou -

A la veille du cen­te­naire de l’ar­mis­tice du 11 no­vembre 1918, une confé­rence sur les mo­nu­ments aux morts de la C3G a été don­née par Geof­froy Bès (ti­tu­laire d’un mas­ter en conser­va­tion et va­lo­ri­sa­tion du pa­tri­moine) jeu­di 25 oc­tobre dans la salle de jus­tice de Verfeil. Une bonne dou­zaine d’au­di­teurs ont pu dé­cou­vrir, après un bref rap­pel his­to­rique sur la pre­mière guerre mon­diale (1914/1918), le contexte d’édi­fi­ca­tion des mo­nu­ments aux morts, les styles et ty­po­lo­gies des mo­nu­ments sur la C3G et les va­leurs pas­sées et ac­tuelles por­tées par ces mo­nu­ments. La ri­chesse de cette confé­rence ne per­met au Pe­tit Jour­nal que d’en don­ner quelques as­pects.

La com­mé­mo­ra­tion des morts de la guerre 14/18 a com­men­cé par des listes de morts mais aus­si de dis­pa­rus. Elles ont été re­prises dans les com­munes. Puis elles ont été concré­ti­sées sur des mo­nu­ments, dé­ci­dés dès 1919 mais faits sur plu­sieurs an­nées pour des rai­sons de fi­nances et pour avoir des listes com­plètes. On com­man­da des mo­nu­ments soit à des so­cié­tés de sta­tuaire lo­cales soit sur ca­ta­logue. Les mo­nu­ments aux morts ont été un vrai mar­ché ! On abou­tit à une grande di­ver­si­té de mo­nu­ments pu­blics, sans comp­ter les mo­nu­ments “pas­to­raux” à l’in­té­rieur des églises dont les listes pou­vaient di­ver­ger.

Ces mo­nu­ments ont plu­sieurs di­men­sions : fu­né­raire, pas­sant d’un deuil in­di­vi­duel à un deuil col­lec­tif ; re­con­nais­sance du sa­cri­fice na­tio­nal à l’échelle de la com­mune ; ré­pu­bli­caine, où tous les morts sont égaux, ins­crits par liste al­pha­bé­tique sans men­tion de grade ; de sens, al­lant du pa­trio­tisme au pa­ci­fisme ; de de­voir de mé­moire avec des cé­ré­mo­nies (théo­ri­que­ment) an­nuelles pour une trans­mis­sion des va­leurs aux gé­né­ra­tions fu­tures. Par la pré­sence de quatre ra­meaux le mo­nu­ment de Bon­re­pos mêle ces di­men­sions : le chêne pour la pa­trie, la palme pour le sa­cri­fice, le lau­rier pour la ré­com­pense et l’oli­vier pour la paix.

Le mo­nu­ment pas­to­ral étant le seul au Ra­mel, les cé­ré­mo­nies laïques se font à l’église

Geof­froy Bès a pas­sion­né son au­di­toire

Un au­di­toire certes pas­sion­né mais clair­se­mé

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.