Dé­but spec­ta­cu­laire de la sai­son de MEMORIA ANDANDO

Le Petit Journal - L'hebdo local de l'Aveyron - - LA UNE -

Le vend­redi 19 oc­tobre 2018 à 20h30 à la salle Yves Roques, MEMORIA ANDANDO pré­sen­tait son pre­mier spec­tacle de la sai­son, Entre Dos Puentes. Un ma­ra­thon mu­si­cal et poé­tique de presque trois heures.

Alex San­ta­na, membre de l’as­so­cia­tion et or­ga­ni­sa­teur du concert s’ex­prime sur cet évé­ne­ment : “Mon rêve de tou­jours était de réunir deux amis ar­tistes sur scène lors d’un même spec­tacle. Ma­nuel RO­DRI­GUEZ est un ami de 37 ans, ré­fé­rence du Fla­men­co dans notre beau et grand Sud, de Bor­deaux à Mar­seille. Jor­di GIL est un ami de 24 ans qui vient d’Al­coy (Ali­cante) et qui chante en va­len­cien et ca­ta­lan, les poèmes qu’il écrit et com­pose. C’est aus­si une ré­fé­rence de la Can­çò, qui a écrit 240 chan­sons et poèmes, a pro­duit 18 disques tout au long de ses 48 ans de car­rière. Je re­mer­cie MEMORIA ANDANDO, et par­ti­cu­liè­re­ment son Pré­sident Jean VAZ, d’avoir cru en ce pro­jet et de l’avoir pro­gram­mé ce vend­redi. Ain­si mon rêve s’est réa­li­sé.”

Le spec­tacle a com­men­cé par la poé­sie chan­tée de Jor­di GIL qui a in­ter­pré­té quelques chan­sons. Par­fois elles sont en­ga­gées et dé­noncent les tra­vers de po­li­ti­ciens cor­rom­pus. Ce­ci lui a va­lu d’être cen­su­ré, em­pri­son­né, ou in­ter­dit de dif­fu­sion sur les mé­dias va­len­ciens.

Lors de ce spec­tacle, il a aus­si chan­té l’amour, des chan­sons en hom­mage à sa Ré­gion qu’il aime tant, à ses amis, à ses pe­tits en­fants. Pour sa femme Pa­lo­ma, il a in­ter­pré­té « Et devìa una can­çò » (Je te de­vais une chan­son) que les cri­tiques pré­sentent comme le « Ne me quitte pas » de Jor­di GIL

Jor­di Gil nous a fait la sur­prise de chan­ter un thème in­édit qui dé­nonce le tra­fic de mi­grants afri­cains par des pas­seurs ma­fieux qui leur pro­mettent un El­do­ra­do. Mal­heu­reu­se­ment beau­coup n’ar­ri­ve­ront ja­mais ou “ne re­vien­dront ja­mais à Ithaque”, car beau­coup se noie­ront en tra­ver­sant la Mé­di­ter­ra­née, sous les yeux com­plices des po­li­ti­ciens qui ne font pas ce qu’ils de­vraient pour les ai­der. Le nom­breux pu­blic a été im­pres­sion­né et ému par sa voix rauque mais suave de trou­ba­dour mo­derne.

La deuxième par­tie etait as­su­rée par le groupe fla­men­co du gé­nial gui­ta­riste Ma­nuel RO­DRI­GUEZ, ac­com­pa­gné de la dan­seuse Anaïs BAYLE, plus connue sous son nom d’ar­tiste : “La Muñe­ca”, du chan­teur Ma­ria­no ZAMORA, de Paul GUTA au vio­lon, de Pi­no MALA HIERBA à la gui­tare basse et Max RI­CHARD aux per­cus­sions.

Leur spec­tacle Ins­pi­ra­ciòn Fla­men­ca était tou­ché par la grâce du “Duende” fla­men­co. Il pré­sen­tait plu­sieurs styles de mu­siques fla­men­ca, des rythmes lents ou plus ra­pides, bu­lerìas, ale­grìas, far­ru­cas, gra­naì­nas, tou­jours char­gés d’émo­tion.

La grâce de la dan­seuse La Muñe­ca et la vir­tuo­si­té du vio­lo­niste Paul GUTA aux notes de style ma­nouche ont en­thou­sias­mé et en­voû­té le nom­breux pu­blic qui ne se las­sait pas de de­man­der d’autres mor­ceaux.

Ma­nuel RO­DRI­GUEZ a re­mer­cié très cha­leu­reu­se­ment le pu­blic et les or­ga­ni­sa­teurs de ce spec­tacle in­édit et qui vi­si­ble­ment a beau­coup plu.

A l’oc­ca­sion de ce concert les 2 der­niers CD de Jor­di GIL, “Si­re­na de la LLi­ber­tat” de 2015 et dé­cla­ré meilleur CD en ca­ta­lan de l’an­née, et “Se­pha­rad” de 2017 étaient en vente. C’était aus­si l’oc­ca­sion de pré­sen­ter le livre “L’uni­vers mu­si­cal et poé­tique de Jor­di GIL, Tro­ba­dour mo­derne d’ Al­coi” dans le­quel Alex SAN­TA­NA a tra­duit qua­rante de ses chan­sons et poèmes, et qui a été illus­tré par Ca­thy LARROQUE..

Le vend­redi 19 oc­tobre 2018 à 20h30 à la salle Yves Roques, MEMORIA ANDANDO

Jor­di GIL et Alex SAN­TA­NA

Jor­di GIL

La dan­seuse Anaïs BAYLE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.