Hom­mage aux fu­sillés

Le Petit Journal - L'hebdo local du Comminges - - LA UNE -

L’ar­mis­tice a mar­qué la fin des com­bats mais pas la fin des atro­ci­tés com­mises par les troupes al­le­mandes en se re­ti­rant de France. Le 10 juin 1944 à Martres à Pen­tens, les sol­dats al­le­mands ont fu­sillées 7 hommes choi­sis au ha­sard dont un, in­con­nu, est res­té au ci­me­tière de la com­mune.chaque an­née à la date an­ni­ver­saire de ce pre­mier mas­sacre sui­vi de 2 autres à quelques mois d’ in­ter­valle, la com­mune rend hom­mage à ces vic­times. Le maire, des ad­joints et les re­pré­sen­tants des an­ciens com­bat­tants sont al­lés dé­po­ser un bou­quet et se re- cueillir de­vant cha­cune des 3 stèles en évo­quant les dis­pa­rus dont cer­tains ont peu­têtre en­core de la fa­mille dans les en­vi­rons. A l’an­cienne ci­té de la RAP, main­te­nant dé­truite, c’ est 2 vo­lon­taires qui ont été fu­sillés. A l’en­trée de Martres un des 2 fu­sillés a sur­vé­cu : Guiller­mine Laf­forgue, que tous ap­pe­laient Mine, an­cienne’ bonne’ comme on di­sait au­tre­fois mais col­la­bo­ra­trice ef­fi­cace du Dr Cour­tade lui avait don­né les pre­miers soins avant qu’a la tom­bée de la nuit Fir­min Bar­rère, long­temps maire de Martres et Lu­cien As­tugue, éva­dé d’al- le­magne ne le conduisent à l’ hô­pi­tal de Saint Gau­dens.le der­nier bou­quet a été dé­po­sé sur la tombe de l’in­con­nu que per­sonne n’ ja­mais ré­cla­mé.

Les par­ti­ci­pants à la cé­ré­mo­nie

Dé­pôt de bou­quet par un an­cien com­bat­tant

La stèle de Pen­tens

Dé­pôt du der­nier bou­quet par le maire

Mo­ment de re­cueille­ment

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.