Le Ser­vice de rem­pla­ce­ment : une ac­ti­vi­té qui s’ac­croît

Le Petit Journal - L'hebdo local du Gers - - LE POINT FORT - AL

Alors que pour bien des ac­ti­vi­tés se faire rem­pla­cer est somme toute assez fa­cile, pour l’agri­cul­teur quit­ter son ex­ploi­ta­tion n’est pas simple. Créé en 1972 par les jeunes Agri­cul­teurs, le Ser­vice de rem­pla­ce­ment tente de pal­lier à cette dif­fi­cul­té en fai­sant ap­pel à un rem­pla­ce­ment et en pro­po­sant des so­lu­tions pour fa­ci­li­ter un dé­part pour gros­sesse, ma­la­die ou for­ma­tion pro­fes­sion­nelle. Et la ré­ponse est assez en­cou­ra­geante pour le ser­vice dans la me­sure où il y est fait ap­pel et ce de ma­nière crois­sante : «en 2017, aug­men­ta­tion de l’ac­ti­vi­té de 3212 H, soit 459 jours (+ 6%)» ce qui conforte Sté­phane Min­guet, Pré­sident du Ser­vice de rem­pla­ce­ment pour le Gers et pour l’Oc­ci­ta­nie et il le rap­pe­lait lors de la der­nière as­sem­blée gé­né­rale qui s’est te­nue ré­cem­ment sur Auch en pré­sence no­tam­ment de Ro­bert Frai­ret, Conseiller dé­par­te­men­tal. Et c’est Her­vé Oule (le se­cré­taire de l’as­so­cia­tion) qui pré­sen­te­ra le bi­lan des ac­ti­vi­tés et met­tra en avant le fait qu’il y a une évo­lu­tion de cette ac­ti­vi­té «pour les congés et pour le ré­pit pro­fes­sion­nel» («Ce qui est une bouf­fée d’air pour la pro­fes­sion afin de sou­la­ger l’agri- culteur, avant qu’ils ne «chute» -le burn out- et la MSA en étu­die la ques­tion pour une prise en charge ! Au­jourd’hui, elle pren­drait à sa charge jus­qu’à 10 jours de rem­pla­ce­ment »). Pour­tant, le ser­vice de rem­pla­ce­ment se­rait en­core très mé­con­nue, 15 % des agri­cul­teurs ger­sois en bé­né­fi­cie­raient, et ce se­raient les cé­réa­liers qui en pro­fi­te­raient le plus.

L’as­so­cia­tion compte au­jourd’hui quelques 660 chefs d’ex­ploi­ta­tions et dis­pose d’un peu plus de 210 agents qu’elle peut en­voyer sur tel ou tel site aux fins de rem­pla­ce­ment, et sa si­tua­tion fi­nan­cière est plu­tôt cor­recte. La co­ti­sa­tion an­nuelle est de 70 €/an, l’as­sem­blée gé­né­rale adop­te­ra son nou­veau mon­tant : 100 € et des ajus­te­ments se­ront ac­cor­dés pour ceux qui la paie­ront dès les 2 pre­miers mois de l’an­née. Et elle as­sure, pour ses agents, des for­ma­tions en ap­pren­tis­sage, soit en BPREA soit en BTS ASCE. En conclu­sion, Sté­phane Min­guet as­su­re­ra que « la vi­gi­lance est de mise pour ap­por­ter un rem­pla­ce­ment de qua­li­té avec des gens qua­li­fiés et 2018 se­ra aus­si une an­née for­ma­tion !».

A no­ter qu’au Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, l’en­trée de 2 nou­veaux membres au «Col­lège «membres uti­li­sa­teurs»: Pierre Bon­net et Sé­bas­tien Bor­nand.

Sté­phane Min­guet ouvre les tra­vaux de l’as­sem­blée gé­né­rale

Un ser­vice qui ne de­mande qu’à être connu.

La MSA s’en­gage elle aus­si pour le « ré­pit pro­fes­sion­nel »

Yas­mi­na Az­my, Di­rec­trice du Ser­vice au ni­veau Ré­gio­nal, fe­ra le point sur la ré­gion Oc­ci­ta­nie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.