Re­trou­ver l’es­pé­rance

Le Petit Journal - L'hebdo local du Gers - - LE POINT FORT - Alain Pa­ga

Il y a qua­rante ans de ce­la, un jeune, même s’il échouait dans ses études, pou­vait s’ins­tal­ler à son compte et réus­sir. Dans le sec­teur de l’ar­ti­sa­nat ou du com­merce et, à condi­tion de ne pas craindre de beau­coup tra­vailler, de res­ter dé­ter­mi­né et per­sé­vé­rant, on fi­nis­sait par se faire une place au so­leil. C’est l’ori­gine de pas mal d’en­tre­prises, tou­jours pros­pères, de notre ré­gion. La dif­fé­rence, c’est qu’à cette époque-là, à condi­tion de pré­sen­ter quelques ga­ran­ties de sé­rieux et de com­pé­tence, les banques ac­cor­daient prêts et fa­ci­li­tés une pra­tique qui, pour la plu­part d’entre elles, a com­plè­te­ment dis­pa­ru.

Notre so­cié­té va mal pour des tas de rai­sons ob­jec­tives mais, fon­da­men­ta­le­ment et pro­fon­dé­ment, parce que notre jeu­nesse ne peut plus croire en son ave­nir. L’es­poir d’une vie meilleure n’est plus d’ac­tua­li­té et faire des études, ac­cu­mu­ler les diplômes n’est plus une ga­ran­tie de réus­site. A toutes les époques, les pa­rents ont es­pé­ré une vie meilleure pour leurs en­fants. Cette at­tente n’est plus cré­dible. En même temps, la va­lo­ri­sa­tion du tra­vail, de l’ef­fort et de l’hon­nê­te­té n’est plus à la mode. Dans les mi­lieux les plus mo­destes, les filles qui se rê­vaient in­fir­mières ou coif­feuses veulent être chan­teuse ou ac­trices, les gar­çons qui vou­laient de­ve­nir pom­piers ou ins­ti­tu­teurs se voient foot­bal­leurs. Pour pas­ser à la té­lé et vite ga­gner beau­coup d’ar­gent.

Il fau­dra bien in­ven­ter, là aus­si, des so­lu­tions pour croire à nou­veau en de­main et réin­ven­ter un fu­tur où cha­cun pour­ra prendre sa juste place, sans rien en­le­ver à son voi­sin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.