Ils haussent le ton

Le Petit Journal - L'hebdo local du Lot - - DORDOGNE LOTOISE -

Dans un com­mu­ni­qué, suite à une réunion pu­blique, « Le Col­lec­tif Ci­toyen Mar­tel-Mont­valent » in­forme qu’il a or­ga­ni­sé une réunion pu­blique d’in­for­ma­tions dans la salle de la Ray­mon­die à Mar­tel ce no­vembre 2019. Cette ini­tia­tive a réuni plus d’une cen­taine de per­sonnes ve­nues de Mar­tel et des com­munes voi­sines ain­si que des élus lo­caux et des re­pré­sen­tants d’autres as­so­cia­tions.

Cette soi­rée d’in­for­ma­tion et d’échanges fai­sait écho à l’aug­men­ta­tion anor­male du tra­fic des ca­mions sur la D840 et ses consé­quences pour les ha­bi­tants et les vi­si­teurs de nos com­munes. L’ex­po­sé a com­men­cé par un re­tour sur les faits : pour « as­su­rer la sé­cu­ri­té dans la tra­verse de Mar­tel et Mont­valent » le dé­par­te­ment pre­nait en 2009 un ar­rê­té in­ter­di­sant » la cir­cu­la­tion aux ca­mions de plus de 7,5t en tran­sit (donc pas la des­serte lo­cale) sur la RD 840 entre le car­re­four de Ré­veillon et le gi­ra­toire de Mont­fau­con » et orien­tant les ca­mions vers des iti­né­raires plus pra­ti­cables par les dé­par­te­men­tales 807 et 802 d’un cô­té et les 801 et 820 ou l’A20 de l’autre. Dé­but 2018,le Dé­par­te­ment sup­pri­mait cet ar­rê­té et au­to­ri­sait la cir­cu­la­tion à tous les ca­mions sans consul­ta­tion, ni concer­ta­tion ni étude d’im­pacts. Les élus lo­caux et les ha­bi­tants ne com­prennent pas cette dé­ci­sion alors que le tra­fic a aug­men­té de­puis 2009 et que les autres iti­né­raires ont été amé­na­gés aux frais du dé­par­te­ment (comme par exemple la dé­via­tion de Fi­geac). De­puis le tra­fic des ca­mions est de­ve­nu intenable et dan­ge­reux. Des ac­ci­dents ont dé­jà eu lieu ; Cette dé­ci­sion est lourde de consé­quences pour la sé­cu­ri­té de tous et par­ti­cu­liè­re­ment des po­pu­la­tions les plus à risque. .Les ca­mions cir­culent (même les double se­mis re­morques) à ras des écoles et de la mai­son de re­traite de Mar­tel et à Mont­valent tel­le­ment près des mai­sons que celles-ci com­mencent à se fis­su­rer. Outre le risque d’ac­ci­dents, la pol­lu­tion en­traî­née par les gaz d’échap­pe­ment re­pré­sente un dan­ger sa­ni­taire. Nous pour­rions aus­si par­ler des nui­sances so­nores, de l’en­gor­ge­ment de la cir­cu­la­tion, de l’état de la voi­rie mais éga­le­ment de l’im­pact sur le tou­risme vi­tal pour notre sec­teur. Le col­lec­tif a aler­té la po­pu­la­tion et les élus lo­caux qui ont eux-mêmes en­ta­mé des dé­marches de re­cours. Mais à ce jour, le dé­par­te­ment main­tient sa po­si­tion. Ce­ci est d’au­tant plus in­com­pré­hen­sible que dans toutes les dé­cla­ra­tions (voeux de Mr Ri­gal, do­cu­ment d’orien­ta­tion dit DGO 2018-2022) l’ac­cent est mis sur la prio­ri­té du dé­par­te­ment d’« as­su­rer la sé­cu­ri­té rou­tière » Con­si­dé­rant que cette si­tua­tion n’est pas une fa­ta­li­té, le Col­lec­tif a dé­ci­dé de conti­nuer ses ac­tions. Il de­mande ins­tam­ment au pré­sident du Dé­par­te­ment de ré­ta­blir ra­pi­de­ment l’ar­rê­té de 2009. Les ca­mions pour­ront re­prendre les iti­né­raires qu’ils em­prun­taient entre 2009 et 2018. De plus à une époque où on nous parle beau­coup de pol­lu­tion, de lut­ter contre « les émis­sions de di­oxyde de car­bone, le gaz à ef­fet de serre, le Col­lec­tif sou­haite que toutes les ini­tia­tives en fa­veur tran­sport fer­ro­viaire soient en­cou­ra­gées.

Pour tous ceux qui vou­draient plus de ren­sei­gne­ments et se joindre aux ac­tions col­lec­tif.mar­tel @gmail.com »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.