Le Point

Les bons comptes font la bonne primaire

- LAURELINE DUPONT

Les contours de la primaire de la droite sont esquissés, mais bien naïf serait celui qui s’imagine que tous les détails ont été fignolés. Parmi les points encore en débat, il en est un qui occupe et préoccupe les équipes des candidats. A savoir ? Le plafonneme­nt des comptes de campagne. « Le Conseil d’Etat a rendu des avis pour que les candidats aux élections municipale­s désignés via une primaire intègrent dans leurs comptes les dépenses liées à ce scrutin, explicite Thierry Solère, député UMP, chargé de l’organisati­on des primaires de la droite et du centre. Il n’est donc pas impensable que le Conseil constituti­onnel ait un peu la même démarche lors de la présidenti­elle. » Pour éviter les mauvaises surprises, donc, un plafond devrait être fixé fin 2015 et accompagné de l’obligation pour les candidats de rendre public a posteriori leur budget pour la primaire. Le vainqueur pourra ainsi se lancer dans la campagne élyséenne en ayant pleinement conscience de la somme déjà dépensée. Si cette rigueur budgétaire séduit le camp Juppé, chez Bruno Le Maire, on se montre dubitatif. « Une primaire, c’est entre 800 000 euros et 1 million, le plafond, c’est une ânerie ! s’agace un lemairiste. Bon, ce n’est pas trop grave, car les comptes commencent quand les candidatur­es seront déposées, en septembre 2016, alors que la campagne aura débuté depuis longtemps. »

POUR ÉVITER LES

MAUVAISES SURPRISES, UN PLAFOND DEVRAIT ÊTRE FIXÉ FIN 2015.

Newspapers in French

Newspapers from France