Le Point

En France, on n’est plus jeune à 42 ans et on devient vieux à 66 ans.

- PAR JULIEN DAMON,

UNE ÉTUDE EUROBAROMÈ­TRE, MENÉE EN 2012, APPORTE QUELQUES SURPRISES SUR LA VIEILLE EUROPE.

L es

frontières entre la jeunesse et la vieillesse sont certaineme­nt aussi floues et âprement débattues que les frontières entre pays africains ou entre sciences sociales. Une bonne solution, comme souvent, est de demander leur avis aux gens. On peut, bien entendu, s’enquérir de la catégorie à laquelle chacun d’entre nous estime appartenir. On trouve certaineme­nt alors une bonne dose de vieux qui se voient encore jeunes et très peu de jeunes qui se disent vieux. Une orientatio­n originale consiste à ne pas demander aux individus ce qu’ils ressentent de leur situation, mais de les interroger sur ce qu’ils pensent être les bornes de la vieillesse et de la jeunesse. Une étude Eurobaromè­tre (le système de sondages de la Commission européenne), menée en 2012, apporte quelques surprises sur la vieille Europe. Unis dans la diversité, comme le veut la devise de l’Union, les Etats membres n’ont pas du tout la même perception des limites supérieure­s de la jeunesse (jusqu’à quand est-on jeune ?) ni des limites inférieure­s de la vieillesse (à partir de quand est-on vieux ?). Dans une Union alors à 27 pays et à 500 millions d’habitants, où l’âge médian est de 42 ans, les Européens estiment, en moyenne, que l’on est jeune jusqu’à 42 ans et que l’on devient vieux à partir de 64 ans. La statistiqu­e donne donc une population qui, sans que les individus se perçoivent nécessaire­ment dans cette situation, place une barrière haute à la jeunesse permettant de compter la population européenne comme à moitié jeune, avec environ un autre quart dans la force de l’âge et un dernier quart dans la vieillesse. La France ne se distingue pas pour ce qui relève de la fin de la jeunesse (42 ans). En revanche, les Français considèren­t que l’on devient vieux un peu plus tard, vers 66 ans. La perspectiv­e est assez étrange, puisque l’on y trouve un des âges les moins élevés en ce qui concerne le départ à la retraite. Il est vrai que la retraite ne traite plus uniquement, loin de là, du vieil âge, mais c’est une autre histoire. C’est à Malte, un petit pays qui vieillit vite, que la fin de la jeunesse arrive, dans les esprits, le plus tôt (36 ans). Et c’est en Grèce que l’on demeure jeune le plus longtemps (jusqu’à 51 ans !). Inversemen­t, ce sont les Hongrois qui se voient vieux le plus précocemen­t (58 ans), donnant ainsi un grand crédit au propos de Cicéron : « Pour être longtemps vieux, il faut le devenir de bonne heure. » Aux Pays-Bas, la barrière du début de la vieillesse dépasse 70 ans ! Toutes ces données subjective­s amusent certaineme­nt. Elles rappellent que vieillesse et jeunesse ne signifient pas la même chose partout, avec des variations européenne­s notables. Tout cela rend en tout cas plus compliquée la mise en oeuvre de la formule de Boris Vian – « Les vieux, il faudrait les tuer dès la naissance. » A l’inverse, Clemenceau aurait dit, lui : « Quand on est jeune, c’est pour la vie. »

Newspapers in French

Newspapers from France