Le Point

Baromètre : l’exécutif marque le pas

Première baisse en un an pour Emmanuel Macron et Edouard Philippe.

- PAR JÉRÔME CORDELIER

Avis de tempête sur l’exécutif ! Pour la première fois depuis novembre 2018, Emmanuel Macron baisse dans notre baromètre politique Ipsos-Le Point. Alors que le chef de l’Etat, après la crise des gilets jaunes, avait bien remonté la pente, engrangean­t 16 % d’opinions favorables – dont 5 % de plus dans le sondage de la rentrée de septembre –, le voici qui chute de 3 points ce mois-ci, à 33 %. Et voit les critiques progresser de 3 % pour atteindre 62 %. « Une vraie baisse de popularité », constate Federico Vacas, d’Ipsos. Certes, Emmanuel Macron rassemble sur la même durée de présidence deux fois plus que François Hollande (16 %), mais bien moins que Nicolas Sarkozy (44 %). S’il reste très populaire chez les sympathisa­nts LREM (90 % lui sont favorables), le chef de l’Etat en perd tout de même 7 %, ainsi que 9 % proches de LR (31 %) et 5 % du PS (27 %). « Les effets de la catastroph­e de l’usine Lubrizol de Rouen jouent indéniable­ment », analyse Federico Vacas, notant que cette baisse de popularité est le plus sensible chez les sympathisa­nts des Verts (– 10 %) et chez les jeunes (– 14 % chez les 18-24 ans), même si le président conserve 28 % d’opinions favorables dans ce segment. Autre facteur de « désamour » : le climat social lié à la réforme des retraites. Macron perd ainsi 5 points chez les ouvriers (20 % lui restent favorables) et 9 points chez les employés (24 %). Le couple de l’exécutif est affecté par le même reflux : si Edouard Philippe ne perd que 1 point de popularité, il se situe dans les mêmes eaux que le président : 33 % d’opinions favorables et 61 % de défavorabl­es – soit également 3 points de plus. Parmi les plus critiques, pour lui aussi, les sympathisa­nts Verts, les jeunes, les ouvriers et les employés

Newspapers in French

Newspapers from France