Une voix pure et rayon­nante

Dé­cou­verte par beau­coup avec Be Sen­sa­tion­nal, sor­ti en 2015, Jeanne Ad­ded, maître de l’élec­tro, re­vient avec un al­bum, Ra­diate, où sa voix émer­veille de pu­re­té. À mettre entre toutes les oreilles.

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - Musiques - Oli­vier Chap­pe­ron @ochap­pe­ron

J’ai be­soin d’ex­pri­mer ce qui m’en­toure

Elle est pré­sen­tée comme l’ar­tiste de cette ren­trée mu­si­cale. Et ce n’est pas usur­pé. Jeanne Ad­ded re­vient avec un se­cond al­bum, Ra­diate, lu­mi­neux et ins­pi­ré où elle laisse al­ler une voix pure, puis­sante et émou­vante. Un choix qui s’est af­fir­mé très tôt après sa pré­cé­dente tour­née et qui a été ma­gni­fié par la col­la­bo­ra­tion avec les deux mu­si­ciens de Maes­tro. Ce contre­cou­rant à l’élec­tro­funk du mo­ment en­chante et donne à mé­di­ter.

Vous avez beau­coup fait évo­luer les so­no­ri­tés dans ce nou­vel al­bum. Comment vous sont-elles ve­nues ?

C’est la vie qui bouge, qui avance. J’ai fait beau­coup de concerts. Le pre­mier al­bum a vé­ri­ta­ble­ment chan­gé ma vie. Et tout ce qui en a dé­cou­lé a été mis en oeuvre par Maes­tro, en quelque sorte. Je pense que je vais être as­sez friande dé­sor­mais de fi­nir mes al­bums avec d’autres ar­tistes car la ren­contre, les autres in­fluences mu­si­cales vous nour­rissent. J’écris mes mor­ceaux toute seule, je tra­vaille mes ar­ran­ge­ments, mes sons mais ce­la me semble in­té­res­sant de confron­ter ce­la à un autre re­gard.

Et d’autres fa­çons de tra­vailler, éga­le­ment…

Ef­fec­ti­ve­ment, la fa­çon de tra­vailler a été ra­di­ca­le­ment dif­fé­rente entre Maes­tro et Dan Le­vy (de The DØ). C’est aus­si l’ap­pren­tis­sage de plu­sieurs tech­niques dif­fé­rentes et c’est pas­sion­nant. C’est un peu comme une caisse à ou­tils qui se rem­plit au fur et à me­sure des al­bums.

Y com­pris pour votre voix…

Elle a tou­jours été là mais je l’avais moins uti­li­sée, de mon fait sur le pre­mier al­bum. J’ar­ri­vais de ma car­rière d’in­ter­prète de jazz où j’avais été beau­coup mise en avant comme voix. J’avais en­vie de me concen­trer sur mon éner­gie et ce que j’avais à ra­con­ter plu­tôt que sur mon chant. Là, j’avais en­vie de chan­ter donc on y est al­lé. J’avais vo­lon­tai­re­ment ré­duit ma tes­si­ture sur le pre­mier al­bum.

On trouve beau­coup plus de dou­ceur sur cet al­bum que sur le pre­mier. Vous n’êtes plus en co­lère ?

C’est dû au son et à mon écri­ture. J’ai écrit des chan­sons plus tra­di­tion­nelles en ter­ mes de forme et Maes­tro a une culture de groove, qui peut par­fois râ­per, mais qui est moins vio­lente.

Qu’est-ce qui vous touche, vous émeut au­jourd’hui et qui peut être votre source d’ins­pi­ra­tion ?

Mon en­vi­ron­ne­ment. J’es­saie d’écrire de la poé­sie et il n’y a rien de fron­tal. Le monde qui m’en­toure me nour­rit et j’y suis to­ta­le­ment per­ méable. Il y a des choses très jo­lies dans la rue, des gens qui se sou­rient et des choses plus dures et même que je ne com­prends pas : comment peut­il y avoir de telles dis­pa­ri­tés so­ciales dans un pays comme la France ? J’ai be­soin d’ex­pri­mer les deux. Ma pra­tique est ar­tis­tique et j’es­saie de trans­for­mer ce qui m’en­ toure en ma­té­riaux de chan­sons ou de poé­sie. Et ce­la marche au­tant avec le beau que le moins beau. Je ne crois pas que l’on puisse écrire que sur la souf­france mais aus­si sur ce qui nous em­plit de joie. C’est une pho­to com­plète.

PHO­TO JU­LIEN MI­GNOT

RE­GARD. Jeanne Ad­ded a dé­bu­té sa tour­née fin sep­tembre. Elle l’a condui­ra à tra­vers la France jus­qu’au prin­temps.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.