Ce­lios mul­ti­plie les ser­vices et les em­plois

Ba­sée à Li­moges, la so­cié­té, aux com­pé­tences as­sez obs­cures de prime abord, est en plein es­sor

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - le Populaire Entreprendre - Mar­jo­rie Queuille des­sous). (lire ci­

Spé­cia­li­sée dans l’ana­lyse des be­soins et l’ac­com­pa­gne­ment des en­tre­prises en ma­tière de sys­tèmes d’in­for­ma­tion, Ce­lios Conseils connaît une ex­pan­sion im­pres­sion­nante de­puis 2011. D’ici fin fé­vrier, elle de­vrait re­grou­per 90 col­la­bo­ra­teurs. Sans en ou­blier ses va­leurs.

Jeu­di 20 dé­cembre, Zé­nith de Li­moges. Le LH 87 étale tout son ta­lent hand­bal­lis­tique en don­nant la le­çon à Nice (3425). La salle est comble, l’en­thou­siasme à son pa­roxysme. Et des vo­ca­tions, peut­être nées. Pas for­cé­ment dans le sport pro­fes­sion­nel, y faire car­rière n’est pas don­né à tout le monde, mais plu­tôt dans les ser­vices du nu­mé­rique. En tout cas, Ce­lios Conseils a tout fait pour.

A cré­neau obs­cur, com­mu­ni­ca­tion lu­mi­neuse et non dé­nuée d’hu­mour. Ça pour­rait être le ré­su­mé de l’opé­ra­tion me­née par la so­cié­té li­mou­geaude sur l’écran géant qui sur­plom­bait le par­quet. Un ac­cord de par­te­na­riat avec le club de hand dans un seul but : « cap­ter du CV, de la res­source », sou­rit Phi­lippe Ma­zière, pré­sident di­rec­teur gé­né­ral de Ce­lios, so­cié­té qu’il a créée en juin 2011, et Jean La­mige, di­rec­teur des opé­ra­tions.

Ils comp­taient alors une poi­gnée de sa­la­riés, qu’ils pré­fèrent ap­pe­ler des col­la­bo­ra­teurs. Sept ans et de­mi plus tard, ils sont 80 et de­vraient mon­ter à 90 d’ici la fin fé­vrier. Une « crois­sance pas li­mi­tée, mais contrô­lée », l’as­sure Phi­lippe Ma­zière, qui voit en­core plus loin

Il faut dire que le sec­teur d’ac­ti­vi­té dans le­quel of­fi­cie Ce­lios, les sys­tèmes d’in­for­ma­tion, semble in­fi­ni. Voire né­bu­leux. Pour syn­thé­ti­ser, « nous sommes des sous­trai­tants des en­tre­prises de ser­vices du nu­mé­rique (ESN) comme Atos ou Cap­ge­mi­ni dans des pro­jets na­tio­naux ou eu­ro­péens, les pe­tites mains qui vont dans le cam­bouis », s’amuse le PDG, conscient de la difficulté à ex­pli­quer l’in­ex­pli­cable, l’énig­ma­tique pour le com­mun des mor­tels.

Sa­voir-être à tous les ni­veaux

« On fait as­sez peu d’in­for­ma­tique, ce n’est plus qu’un moyen, pro­longent Phi­lippe Ma­zière et Jean La­mige. Notre ac­ti­vi­té, c’est l’ana­lyse des be­soins de nos clients, leur tra­duc­tion en lan­gage tech­nique et le pi­lo­tage de leur réa­li­sa­tion. » Un sa­voir­faire qui n’in­ter­vient qu’en der­nière po­si­tion des cri­tères à l’em­bauche. Les plus im­por­tants ? « Le sa­voi­rêtre et le sa­voir­de­ve­nir dans un mi­lieu en per­pé­tuelle évo­lu­tion. »

Un mi­lieu où « la confiance règne. C’est la chose la plus im­por­tante : on ne va pas cher­cher les clients, ce sont eux qui viennent nous cher­cher ». Avec, en fi­li­grane, un ob­jec­tif pour ce duo amou­reux de son Li­mou­sin na­tal : « être un dé­ve­lop­peur éco­no­mique de notre ter­ri­toire, four­nir un em­ploi du­rable à nos jeunes for­més, et bien for­més, ici ».

La plu­part des col­la­bo­ra­teurs sont ain­si ori­gi­naires de la ré­gion. Et Ce­lios se fait fort de don­ner leur chance aux no­vices, sous le re­gard bien­veillant des plus ex­pé­ri­men­tés, char­gés, en tant que ré­fé­rents, d’as­su­rer « la trans­mis­sion de ce sa­voir­être ». Quatre contrats d’ap­pren­tis­sage ont été ti­tu­la­ri­sés en oc­tobre, ils sont ac­tuel­le­ment cinq à se for­mer.

Trois au­tistes As­per­ger tra­vaillent par ailleurs avec des ho­raires et des lo­caux amé­na­gés. Reste un bé­mol : le peu de fé­mi­ni­sa­tion de l’en­tre­prise. « A nous de mieux faire connaître nos mé­tiers », diag­nos­tique Phi­lippe Ma­zière. Alors, si vous voyez pas­ser une nou­velle cam­pagne de re­cru­te­ment lors du pro­chain match du LH 87, ne soyez pas éton­né(e)…

PH. BRI­GITTE AZZOPARD

VA­LEURS. Pour Jean La­mige (à droite) et Phi­lippe Ma­zière (de­bout der­rière un des 80 col­la­bo­ra­teurs du groupe), « la tech­no­lo­gie, ça bouge tout le temps mais notre mé­tier va au-de­là. La confiance avec nos par­te­naires, c’est dans notre ADN ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.