Lé­sé par Sch­nei­der Fi­nance, un col­lec­tif d’agents de voyages s’ap­prête à at­ta­quer Atout France et l’État

Le Quotidien du Tourisme - - Actualité La Revue De La Semaine -

Le col­lec­tif Pro Tou­risme France, qui réunit des agences de voyages lé­sées par le ga­rant Sch­nei­der Fi­nance, s’en prend à Atout France « dont la mis­sion est de veiller à ce que les ga­ran­ties fi­nan­cières sous­crites par les agents de voyage soient va­lides ». Le col­lec­tif, co­or­don­né par Ri­chard Di­lon, di­rec­teur gé­né­ral de Des­ti­noMun­do, rap­pelle les faits : « Entre 2013 et 2017, un cer­tain nombre d’agences de voyages ont sous­crit au­près du groupe Sch­nei­der Fi­nance une ga­ran­tie fi­nan­cière dont l’ob­jet est de pro­té­ger les voya­geurs contre l’éven­tuelle dé­faillance de leur agence. Il s’agit d’une obli­ga­tion lé­gale et au­cune agence de voyages ne peut exer­cer son ac­ti­vi­té sans avoir sous­crit cette ga­ran­tie. La sous­crip­tion de la ga­ran­tie est su­bor­don­née au ver­se­ment, par chaque agence, d’une contre-ga­ran­tie pro­por­tion­nelle à son chiffre d’af­faires ». Le col­lec­tif s’ap­puie sur les ré­vé­la­tions d’un sa­la­rié de Sch­nei­der Fi­nance, di­ri­gé par Phi­lippe Ayme-Jouve, pour ex­pli­quer que c’est « au prix d’une vaste opé­ra­tion d’es­cro­que­rie que plus d’une cen­taine d’agences ont confié au groupe Sch­nei­der Fi­nance plu­sieurs mil­lions d’eu­ros de contre-ga­ran­ties qui sont au­jourd’hui ir­ré­cu­pé­rables mal­gré les nom­breuses ins­tances en­ga­gées. » Une plainte a été dé­po­sée le 10 oc­tobre 2018 au­près du par­quet de Pa­ris par une soixan- taine d’agences contre le groupe Sch­nei­der Fi­nance pour exer­cice illé­gal de la pro­fes­sion de ban­quier et es­cro­que­rie. Pour le col­lec­tif, « cette af­faire est loin de se li­mi­ter à des ac­teurs pri­vés, elle im­plique di­rec­te­ment deux ser­vices de l’Etat : d’une part, le GIE Atout France, dont la mis­sion est de veiller à ce que les ga­ran­ties fi­nan­cières sous­crites par les agents de voyage soient va­lides ; d’autre part, la Di­rec­tion gé­né­rale des en­tre­prises du mi­nis­tère de l’Eco­no­mie et des Fi­nances, qui exerce la tu­telle de ce GIE. Par leurs né­gli­gences fau­tives et leur ca­rence dans l’exer­cice de leur mis­sion, ces deux ser­vices ont lais­sé les es­cro­que­ries de M. Ayme-Jouve pros­pé­rer pen­dant quatre ans aux dé­pens des opé­ra­teurs de voyage, alors que leur rôle est pré­ci­sé­ment de veiller à la cor­recte ré­gu­la­tion de ce mar­ché dans le sou­ci de la pro­tec­tion des consom­ma­teurs ». ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.