Le pont de Mos­tar, un sym­bole et une carte pos­tale

Le Quotidien du Tourisme - - Produits Reportage -

Arche de pierre de trente mètres de long et vingt­quatre mètres de haut po­sée au-des­sus d’une ri­vière d’un in­croyable vert pro­fond, le pont de Mos­tar ou « Sta­ri Most » a tout de la carte pos­tale. Com­man­dé par So­li­man le Ma­gni­fique à son ar­chi­tecte fé­tiche au mi­lieu du XVIe siècle, ce chef-d’oeuvre de l’ar­chi­tec­ture turque ot­to­mane frappe par sa sil­houette élan­cée bor­dée de deux tours mas­sives de part et d’autre de la rive. En été, les tou­ristes se massent au bord des pa­ra­pets pour ad­mi­rer les jeunes plon­geurs qui se jettent dans la ri­vière Ne­ret­va, re­pro­dui­sant pour quelques pièces le rite ini­tia­tique mas­cu­lin tra­di­tion­nel. Mais ce pont est aus­si un sym­bole fort de la guerre à Mos­tar. Un obus croate a abat­tu le vieux pont en 1993. Trois camps s’af­fron­taient de part et d’autre de la ri­vière : les Serbes pos­tés dans les hau­teurs, les Bos­niaques re­pous­sés par les Croates dans le ghet­to de la vieille ville, sur la rive Est de la Ne­ret­va. Re­cons­truit pierre par pierre grâce à des fi­nan­ce­ments in­ter­na­tio­naux entre 2001 et 2004, c’est au­jourd’hui un sym­bole fort d’es­poir.

Une arche de pierre en­tiè­re­ment dé­truite en 1993 et un sym­bole.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.