En mode dé­fen­sif

Entre sur­chauffe amé­ri­caine et fai­blesse chi­noise, les mar­chés connaissent une pous­sée d’adré­na­line.

Le Revenu - Hebdo Bourse - - La Une - d’Hu­bert Couë­dic

En mode dé­fen­sif

Ap­pré­hen­sion.

En Bourse, le mois d’oc­tobre com­mence tou­jours par une forme d’ap­pré­hen­sion. Un je-ne-sais-quoi qui in­cite à la pru­dence, même si les pers­pec­tives de pro­fits res­tent bien orien­tées. Aux États-Unis, les bé­né­fices nets des so­cié­tés du S&P 500 sont at­ten­dus en hausse de 21,4% au troi­sième tri­mestre, se­lon les es­ti­ma­tions de Fact­set. Pour­tant, les in­ves­tis­seurs se mé­fient. Ils se plaignent d’un manque de vi­si­bi­li­té, d’au­tant qu’ils doivent sur­veiller si­mul­ta­né­ment plu­sieurs points chauds sus­cep­tibles de s’em­bra­ser à tout mo­ment. En Eu­rope, les in­cer­ti­tudes sur les mo­da­li­tés du Brexit et la sou­te­na­bi­li­té à long terme de la dette ita­lienne in­quiètent. Dans les zones émer­gentes, la si­tua­tion éco­no­mique en Ar­gen­tine est cri­tique, le PIB s’est contrac­té de 4,2% au deuxième tri­mestre tan­dis que l’in­fla­tion s’éle­vait à 34,5% en glis­se­ment an­nuel en août. Le pays s’est tour­né une nou­velle fois vers le FMI pour ten­ter de sor­tir de l’or­nière. En Tur­quie, «la ré­ces­sion est qua­si cer­taine alors qu’une autre hausse des taux di­rec­teurs est très pro­bable», notent les stra­tèges de La Banque Pos­tale AM. «Les faibles taux d’in­té­rêt aux États-Unis, en Eu­rope et au Ja­pon ont en­cou­ra­gé l’Ar­gen­tine et la Tur­quie à em­prun­ter des de­vises étran­gères, comme les éco­no­mies asia­tiques l’avaient fait en 19921997», alerte John Green­wood, chef éco­no­miste chez In­ves­co.

Vo­la­ti­li­té. Dans ce contexte, l’em­bar­dée du ren­de­ment de l’em­prunt d’État à 10 ans amé­ri- cain au-de­là des 3,2% a pro­vo­qué la se­maine der­nière une pous­sée d’adré­na­line dans les salles de mar­ché. L’in­dice Vix, qui re­flète la vo­la­ti­li­té im­pli­cite de l’in­dice S&P 500, s’est re­trou­vé per­ché à un plus-haut de trois mois, grim­pant de plus de 50% en trois séances. Les in­ves­tis­seurs re­doutent que les ten­sions sur le mar­ché de l’em­ploi amé­ri­cain, avec un taux de chô­mage de 3,7% seu­le­ment, fi­nissent par avoir un im­pact sur les coûts sa­la­riaux des en­tre­prises. De son cô­té, la Fed ré­duit son bi­lan et pour­suit la nor­ma­li­sa­tion de sa po­li­tique mo­né­taire en in­di­quant que le taux d’in­fla­tion aux ÉtatsU­nis reste en ligne avec ses an­ti­ci­pa­tions et proche de sa cible de 2%. Au­tant dire que les ob­ser­va­teurs ont pla­cé le ca­len­drier des pu­bli­ca­tions des in­dices de prix bien en vue sur leurs bu­reaux. Une sur­chauffe de l’éco­no­mie amé­ri­caine contrain­drait la Fed à agir plus vite et plus fort pour pi­lo­ter un at­ter­ris­sage en dou­ceur de la pre­mière éco­no­mie mon­diale.

Pru­dence. Pen­dant ce temps, les au­to­ri­tés chi­noises tentent de li­mi­ter les ef­fets né­ga­tifs des ten­sions com­mer­ciales avec les États-Unis en ac­ti­vant des le­viers de re­lance éco­no­mique. Mais les mar­chés ont in­ter­pré­té comme un aveu de fai­blesse la dé­ci­sion de la banque cen­trale chi­noise de ré­duire le co­ef­fi­cient de ré­serves obli­ga­toires des banques com­mer­ciales. Pour­tant, les me­sures d’as­sou­plis­se­ment mo­né­taire sont sou­vent fa­vo­rables aux mar­chés d’ac­tions. Alors pru­dence, pru­dence…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.