MA­RIA PA­PA ROS­THOWS­KA

Le Revenu - Mensuel Placement - - ART | ACTUALITÉS -

Ma­ria Pa­pa Ros­thows­ka est née en Po­logne en 1923. Elle a en­suite par­ta­gé sa vie entre la France et l’Ita­lie, où elle a vé­cu et exer­cé son art plus de trente ans jus­qu’à sa mort en 2008. Sa ren­contre avec le marbre à Pie­tra­san­ta, près de Car­rare en Tos­cane (Ita­lie), a bou­le­ver­sé sa vie. Ar­chi­tecte de for­ma­tion, cette ar­tiste était l’une des rares à pra­ti­quer la taille di­recte, c’es­tà-dire à sculp­ter elle-même la pierre. Res­pec­tueuse et amou­reuse de cette ma­tière pre­mière ex­cep­tion­nelle, elle en ma­gni­fiait les teintes nuan­cées, le grain raf­fi­né, les veines co­lo­rées et mou­ve­men­tées. Par­rai­née par des ar­tistes em­blé­ma­tiques du XXe siècle comme Car­lo Car­doz­zo, Lu­cio Fon­ta­na ou en­core Jean Arp, elle réus­sit comme eux à créer un lan­gage ar­tis­tique re­con­nais­sable. Par­mi ses trois cent cin­quante sculp­tures, les oeuvres abs­traites et fi­gu­ra­tives se re­trouvent côte à côte, les unes jus­ti­fiant et ac­com­pa­gnant les autres. Il est ques­tion de com­bat, d’amour, de pas­sion. « C’est une sculp­ture de l’es­pace. Elle avait une vi­sion ar­chi­tec­tu­rale du marbre », ex­plique Ni­co­las Ros­thows­ki, le fils de Ma­ria Pa­pa Ros­thows­ka. En ef­fet, les vides qu’elle a créé dans le marbre en disent aus­si long que le marbre tra­vaillé. C’est une sorte de dia­logue constant entre l’ombre et la lu­mière, entre les vides et les pleins. Son oeuvre est ras­su­rante, cha­leu­reuse et gé­né­reuse. Nos mains sont at­ti­rées par ces formes douces et pleines. Elles in­citent à la ca­resse. « Elle es­sayait de trans­po­ser l’amour de l’hu­ma­ni­té qu’elle avait en elle », ex­plique son fils. L’une de ces oeuvres, Pro­messe de Bon­heur, ac­quise par l’As­sem­blée na­tio­nale en juin 2011, est ins­tal­lée de­vant le Palais Bour­bon à Paris. Elle rap­pelle que cette ar­tiste dis­crète s’était en­ga­gée dans l’Ar­mée du Peuple en Po­logne, a par­ti­ci­pé ac­ti­ve­ment aux com­bats contre les Al­le­mands du­rant la Se­conde Guerre mon­diale. Où voir ses oeuvres Ex­po­si­tion com­mune avec Pierre de Val­lom­breuse à la ga­le­rie Oren­da jus­qu’au 10 no­vembre 2012. 5, rue de Ver­neuil, à Paris (VIIe). ✆ 0149269009. Sites www.ma­ria­pa­pa.fr, www.oren­da-art.com

Prix de 3 000 à 20 000 € pour les oeuvres mo­nu­men­tales.

“La Fo­rêt en­chan­tée”, en marbre blanc de Car­rare, 1998 (hau­teur : 24 cm).

“Il Ba­ci­no”, en marbre blanc de Car­rare, 1989, (hau­teur : 33 cm).

“Pé­gase blanc”, en marbre blanc de Car­rare, 1990 (haut. : 54 cm x long. : 50 cm).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.