L’at­trait fis­cal ne suf­fit pas !

Le Revenu - Mensuel Placement - - BANQUE & PLACEMENTS ENQUÊTE -

Les avan­tages fis­caux des FIP et FCPI sont moins fa­vo­rables que l’in­ves­tis­se­ment di­rect dans une PME. Les per­for­mances sont aléa­toires. Cette fis­ca­li­té est ac­com­pa­gnée d’une obli­ga­tion de dé­ten­tion mi­ni­male de cinq ans des ver­se­ments, sou­vent al­lon­gée jus­qu’à dix ans par le rè­gle­ment d’un fonds. 1. À la sous­crip­tion, vous bé­né­fi­ciez d’une ré­duc­tion de l’im­pôt sur le re­ve­nu (IR) ou de l’im­pôt sur la for­tune (ISF). Vous pou­vez uti­li­ser les deux dis­po­si­tifs, à concur­rence des pla­fonds fis­caux.

Pour l’IR, le taux de ré­duc­tion est de 18% en 2012, sauf pour les FIP corses (38%) et les FIP ou­tre­mer (42%), dans la li­mite d’un pla­fond, par dis­po­si­tif, de 12000 eu­ros par an pour un cé­li­ba­taire et de 24000 eu­ros pour un couple ma­rié, soit au maxi­mum 2160 eu­ros et 4320 eu­ros d’im­pôts en moins. Elle s’ins­crit dans le pla­fond glo­bal des niches fis­cales (18000 eu­ros + 4% du re­ve­nu pour 2012) que le gou­ver­ne­ment en­tend bais­ser à 10000 eu­ros en 2013.

Pour l’ISF, le taux est au plus de 50% se­lon la po­li­tique du fonds (res­pect des cri­tères d’in­ves­tis­se­ment dans les en­tre­prises). La ré­duc­tion est li­mi­tée à 18000 eu­ros par an et in­cluse dans le pla­fond glo­bal de ré­duc­tion de 45000 eu­ros pour l’in­ves­tis­se­ment en PME.

2. Du­rant leur dé­ten­tion, FIP et FCPI sont exo­né­rés d’ISF à hau­teur du quo­ta in­ves­ti en PME (100% pour un in­ves­tis­se­ment en di­rect). 3. À la sor­tie, les éven­tuelles plus­va­lues sont exo­né­rées d’im­pôts mais pas de pré­lè­ve­ments so­ciaux (15,5% au­jourd’hui).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.