Ache­ter pour louer, une bonne idée?

En­ca­dre­ment des loyers, hausse des droits de mutation ou nou­velles taxes… Les pro­jets de loi dé­bat­tus au Par­le­ment ef­fraient les pro­prié­taires bailleurs.

Le Revenu - Mensuel Placement - - ACTUALITÉS -

Le­mar­ché im­mo­bi­lier est frap­pé de toutes parts. Tran­sac­tions et construc­tions sont en baisse et les der­nières an­nonces gou­ver­ne­men­tales ne re­donnent pas le coup de fouet es­pé­ré, au contraire. Une ca­té­go­rie d’ache­teurs et de pro­prié­taires est plus par­ti­cu­liè­re­ment tou­chée, celle des pro­prié­taires bailleurs.

Se­lon le réseau d’agences Century 21, la part des in­ves­tis­seurs dans l’an­cien a bais­sé de 6,1 % au pre­mier se­mestre 2013. Leurs tran­sac­tions ont re­pré­sen­té 16,7 % des ac­qui­si­tions im­mo­bi­lières, contre 17,8 % un an plus tôt. De­puis la ren­trée, ces pro­prié­taires sont dans l’ex­pec­ta­tive. Plu­sieurs vo­lets du pro­jet de loi Alur et du pro­jet de loi de fi­nances 2014 re­mettent en ques­tion l’in­té­rêt de l’in­ves­tis­se­ment lo­ca­tif. Chute des ren­de­ments dans les zones ten­dues Dans le pro­jet de loi Alur, en dis­cus­sion au Sé­nat, l’une des me­sures phares, le pla­fon­ne­ment des loyers dans les villes où la de­mande ne peut pas être sa­tis­faite, s’ap­pli­que­ra aux loyers à la re­lo­ca­tion, aux pre­miers loyers et loyers des ap­par­te­ments meu­blés. Cette me­sure qui vise à flui­di­fier le mar­ché de la lo­ca­tion dans les zones ten­dues pour­rait dé­cou­ra­ger les can­di­dats à l’in­ves­tis­se­ment car ces ré­gions sont aus­si celles où les prix sont éle­vés. Le rap­port loyer/in­ves­tis­se­ment n’étant plus aus­si convain­cant, ils risquent de se dé­tour­ner de l’im­mo­bi­lier. Ac­crois­se­ment des dé­penses des pro­prié­taires Autre nou­veau­té, la ga­ran­tie uni­ver­selle des loyers (GUL), une as­su­rance « loyers im­payés », pré­vue pour 2016, de­vien­drait obli­ga­toire et son mon­tant se­rait ré­par­ti entre le pro­prié­taire et le lo­ca­taire. Dans le même temps, le re­cours à la cau­tion dis­pa­raî­trait. Les pro­prié­taires bailleurs de­vraient par ailleurs sup­por­ter la to­ta­li­té des ho­no­raires de lo­ca­tion quand ils re­courent aux ser­vices d’une agence im­mo­bi­lière.

Et si, dé­cou­ra­gés, ces pro­prié­taires en­vi­sa­geaient de se sé­pa­rer de leur bien, ils de­vraient faire face à de nou­velles me­sures. La taxe sur les plus-va­lues im­mo­bi­lières a certes été al­lé­gée, mais le pro­jet de loi de fi­nances 2014 au­to­rise les dé­par­te­ments à re­le­ver le pla­fond de per­cep­tion des droits de mutation du­rant deux ans (2014 et 2015) à hau­teur maxi­male de 4,5 %, au lieu de 3,8 %. Pour un achat de 250 000 eu­ros en Île-deF­rance par exemple, les frais de no­taire s’élè­ve­raient ain­si à 14475 eu­ros (5,79 %) au lieu de 12725 eu­ros (5,09 %).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.