PRO­FI­TEZ DE PRIX BRA­DÉS

Jus­qu’à – 40% en dix ans dans le Quer­cy. La chute de la cote des mai­sons de cam­pagne est im­pres­sion­nante et crée des op­por­tu­ni­tés. Voi­ci six ré­gions à pros­pec­ter en prio­ri­té.

Le Revenu - Mensuel Placement - - DROIT - MYRIAM SI­MON

La crise de 2007-2008 a frap­pé de plein fouet le mar­ché de la

ré­si­dence se­con­daire à la cam­pagne. Les tran­sac­tions ont for­te­ment ra­len­ti jus­qu’en 2016 et la baisse des prix a été im­por­tante, de – 15 à – 40% se­lon les ré­gions. Mais de­puis quelques mois, les pro­fes­sion­nels notent une re­prise des tran­sac­tions et des prix, qui res­tent stables. Ce re­tour des ache­teurs s’ex­plique par les condi

tions d’em­prunt avan­ta­geuses, même pour une ré­si­dence se­con­daire, et des ven­deurs qui ac­ceptent la né­go­cia­tion. Le mo­ment est pro­pice à l’achat d’une fer­mette à la cam­pagne.

Au­jourd’hui, les ache­teurs consacrent à cette ac­qui­si­tion un bud­get moyen de 100000 à 150000 eu­ros. C’est ce qu’il faut pré­voir pour pas­ser des wee­kends et des va­cances pai­sibles dans une mai­son an­cienne en­tiè­re­ment ou par­tiel­le­ment ré­no­vée, se­lon les ré- gions. En ef­fet, les goûts et les en­vies

ont chan­gé. Au XXe siècle, on ache­tait une mai­son an­cienne que l’on res­tau­rait pa­tiem­ment an­née après an­née, alors que l’ache­teur du XXIe siècle cherche une mai­son ha­bi­table avec un

jar­din de taille rai­son­nable pour per­mettre aux en­fants de jouer et ins­tal­ler une grande table pour re­ce­voir fa­mille et amis. La plu­part veulent pou­voir po­ser leurs va­lises et pro­fi­ter de leur mai­son sans at­tendre.

La de­mande évo­lue

Plus ques­tion de pas­ser les va­cances à

re­faire la toi­ture en lauze ni même de gé­rer un chan­tier à dis­tance.

Se­lon l’âge, les de­mandes changent tout de même. Les ache­teurs les plus jeunes n’ont pas peur de l’iso­le­ment, alors que les per­sonnes de 50 à 60 ans pensent à l’ave­nir et pré­fèrent in­ves­tir

dans des vil­lages, des ha­meaux et se rap­pro­cher des com­merces, des ser­vices et du voi­si­nage.

Il y a quelques an­nées en­core, ache­ter une ré­si­dence se­con­daire était le pro­jet d’une vie. Elle fai­sait par­tie du pa­tri­moine de la fa­mille et se trans­met­tait. En 2017, ce n’est plus tout à fait la même chose. Les pro­prié­taires conservent

leur mai­son dix à quinze ans puis en changent ou passent à autre chose. Cette du­rée de dé­ten­tion as­sez courte pour un bien im­mo­bi­lier ne per­met pas tou­jours de réa­li­ser une plus-va­lue. Compte te­nu de l’évo­lu­tion des prix, des in­évi­tables tra­vaux, du coût de l’en­tre­tien (comp­tez 1 à 2% du prix d’achat par an, 4% avec une pis­cine et un grand jar­din), ache­ter une mai­son à la cam­pagne n’est in­té­res­sant du point de vue pa­tri­mo­nial que si vous l’en­vi­sa­gez pour le long terme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.