DÉLICATES RESTAURATI­ONS

Le Revenu - Mensuel Placement - - ART ENQUÊTE -

Le mo­bi­lier Art dé­co est fra­gile. Il n’aime pas les chan­ge­ments bru­taux de tem­pé­ra­ture, l’hu­mi­di­té et la sé­che­resse de l’air, ni les charges trop lourdes qui pèsent sur la struc­ture… Le sque­lette en bois mas­sif bouge, se dé­forme et sa pa­rure en pla­cage suit le mou­ve­ment. Fente, manque, sou­lè­ve­ment sont les maux les plus cou­rants de la mar­que­te­rie, sans ou­blier le ver­nis ter­ni ou abî­mé. “Les meubles de pres­tige, tra­vaillés au ver­nis, au tam­pon sont plus fa­ci­le­ment res­tau­rables, ex­plique Gé­rard Al­be­za, res­tau­ra­teur à Man­dresles-Roses (94). At­ten­tion aux pièces du dé­but du XXe siècle, l’uti­li­sa­tion de ver­nis syn­thé­tiques se ré­pand alors pour les meubles, pro­duits en plus grand nombre, et re­tra­vailler ces ver­nis au­jourd’hui exige une in­ter­ven­tion lourde.” Ces ré­fec­tions peuvent dé­pas­ser le prix ou la va­leur du meuble. Comp­tez de 50 à 60 eu­ros l’heure, voire 80 eu­ros pour les pièces très dé­gra­dées. Lors de l’achat, faites at­ten­tion aux restaurati­ons, à leur im­por­tance. Elles ne doivent pas dé­na­tu­rer le meuble, ni lui re­ti­rer son vé­cu ni lui rendre toute sa jeu­nesse. Elles sont pré­ci­sées dans le rap­port de condi­tion, consul­table avant la vente aux en­chères. Dans sa ga­le­rie, le mar­chand les dé­taille­ra, si vous le lui de­man­dez.

Paire de fau­teuils club de Ser­ru­rier & Cie. État d’usage, ac­ci­dents, manques… Ad­ju­gée 18 000 eu­ros par la mai­son De Baecque le 29 juin 2017 à Lyon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.