SCI Cer­ti­tudes et idées re­çues

Si elle est utile pour gé­rer une mai­son de fa­mille, un lo­cal pro­fes­sion­nel ou pour trans­mettre un bien, la SCI ne pré­sente pas d’in­té­rêt pour une ré­si­dence prin­ci­pale.

Le Revenu - Mensuel Placement - - SOMMAIRE - ■ XA­VIER DE TOUNOL

La so­cié­té ci­vile im­mo­bi­lière (SCI) est la co­que­luche des pro­prié­taires. Se­lon ses par­ti­sans les plus en­thou­siastes, elle per­met à la fois de di­mi­nuer for­te­ment ses im­pôts, de trans­mettre son pa­tri­moine im­mo­bi­lier dans de bonnes condi­tions, de gé­rer li­bre­ment ses biens et d’in­ves­tir à plu­sieurs dans un pro­jet sans sup­por­ter les in­con­vé­nients de l’in­di­vi­sion.

Bien sûr, ce ta­bleau est idyl­lique. La SCI est une so­cié­té qui est adap­tée à des si­tua­tions ou à des ob­jec­tifs pré­cis. Il ne sert à rien d’en créer une pour lui apporter, sans autre but, votre ré­si­dence prin­ci­pale. Inu­tile éga­le­ment de l’uti­li­ser en pen­sant con­tour­ner le droit ci­vil et don­ner votre ap­par­te­ment ou votre mai­son à qui bon vous semble.

En re­vanche, la SCI est la struc­ture idéale pour gé­rer un bien de fa­mille que vous êtes plu­sieurs à par­ta­ger à la suite d’une suc­ces­sion ou pour com­par­ti­men­ter votre pa­tri­moine en sé­pa­rant actifs pri­vés et actifs pro­fes­sion­nels.

En­fin, la SCI est un ex­cellent moyen pour or­ga­ni­ser la trans­mis­sion de vos im­meubles tout en réa­li­sant de sub­stan­tielles éco­no­mies d’im­pôt.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.