Pré­lè­ve­ment à la source :

la der­nière ligne droite

Le Revenu - Mensuel Placement - - SOMMAIRE -

Pour la pre­mière fois en jan­vier pro­chain, vous al­lez per­ce­voir vos re­ve­nus (sa­laires, pen­sions, al­lo­ca­tions- chô­mage, etc.) nets d’im­pôt. La ré­forme est com­plexe et votre ap­pré­hen­sion lé­gi­time. Mais ras­su­rez-vous, en adop­tant quelques ré­flexes, vous de­vriez fran­chir le cap sans trop de dif­fi­cul­tés.

Le pré­lè­ve­ment à la source est une ré­forme du mode de

col­lecte de vos im­pôts. Il met fin au dé­ca­lage d’un an entre la per­cep­tion du re­ve­nu et son im­po­si­tion. Se­lon la na­ture de vos re­ve­nus, l’im­pôt se­ra col­lec­té di­rec­te­ment par l’or­ga­nisme qui vous le verse (em­ployeur, caisse de re­traite…), ou par le fisc lui-même (pour les re­ve­nus fon­ciers, les re­ve­nus des in­dé­pen­dants…). La ré­forme est per­tur­bante, car elle bou­le­verse vos ha­bi­tudes. Mais elle n’est pas pé­na­li­sante, car le mode de cal­cul de l’im­pôt ne change pas. Les avan­tages liés à votre si­tua­tion fa­mi­liale sont pré­ser­vés, ain­si que les ré­duc­tions et cré­dits d’im­pôt. Contrai­re­ment aux idées re­çues, vous ne paie

rez pas plus d’im­pôt du fait du pré­lè­ve­ment à la source. La dé­cla­ra­tion de vos re­ve­nus est main­te­nue. Vous conti­nue­rez à re­ce­voir un

avis d’im­po­si­tion en août ou en sep­tembre qui in­di­que­ra l’im­pôt res­tant dû, dé­duc­tion faite des sommes dé­jà pré­le­vées à la source. Pour évi­ter que l’an­née de tran­si­tion ne pèse sur vos

fi­nances, le lé­gis­la­teur an­nule l’im­po­si­tion des re­ve­nus 2018. Ain­si, le contri­buable n’a pas à sup­por­ter une double charge fis­cale en 2019 (im­pôt sur les re­ve­nus 2018 et pré­lè­ve­ment à la source sur les re­ve­nus 2019). Mais vous de­vez vous ha­bi­tuer à une nou­velle ges­tion

de votre tré­so­re­rie. Jus­qu’à pré­sent, vous aviez le choix entre payer vos im­pôts par tiers (en fé­vrier, mai et sep­tembre) ou op­ter pour la men­sua­li­sa­tion (10 pré­lè­ve­ments de jan­vier à oc­tobre). En 2019, le paie­ment de vos im­pôts se­ra mor­ce­lé par

type de re­ve­nus sur douze mois (ou tri­mes­triel­le­ment dans cer­tains cas), avec un taux d’im­po­si­tion te­nant compte de l’en­semble de vos re­ve­nus. Une par­ti­cu­la­ri­té est à connaître : le taux du pré­lè­ve­ment à la source est cal­cu­lé abs­trac­tion faite de vos ré­duc­tions et cré­dits d’im­pôt.

Heu­reu­se­ment, un des der­niers ajus­te­ments de la ré­forme pré­voit le ver­se­ment d’un acompte de 60 % de vos avan­tages fis­caux dès le mois de jan­vier, avec une ré­gu­la­ri­sa­tion pen­dant l’été. Il concerne les avan­tages fis­caux qui touchent le plus les mé­nages, à sa­voir : l’em­ploi à do­mi­cile, les frais de garde d’en­fants, les dé- penses d’ac­cueil en Eh­pad, l’in­ves­tis­se­ment lo­ca­tif (Pi­nel, etc.) et les dons.

En re­vanche, pour les autres dé­penses ou­vrant droit à un avan­tage fis­cal (FIP, FCPI, So­fi­ca, etc.), vous fe­rez une avance de tré­so­re­rie à l’État.

Le lé­gis­la­teur s’est sou­cié de la tré­so­re­rie des mé­nages en ins­tau­rant l’an­née blanche, mais il a éga­le­ment tout pré­vu pour contrer les ten­ta­tives d’op

ti­mi­sa­tion. La dé­fis­ca­li­sa­tion of­ferte par cer­tains in­ves­tis­se­ments ou dé­penses est très en­ca­drée. En 2018, les tra­vaux dans l’im­mo­bi­lier lo­ca­tif et l’ali­men­ta­tion de votre épargne re­traite (Perp, Pré­fon, etc.) ne pré­sentent pas d’in­té­rêt fis­cal du fait de l’an­née blanche. En 2019, les tra­vaux réa­li­sés se­ront pris en compte pour moi­tié seule­ment. Concer­nant l’épargne re­traite, si vous avez moins ver­sé en 2018 qu’en 2017, et plus en 2019 qu’en 2018, vous re­tien­drez au titre de 2019 la moyenne de vos ver­se­ments 2018 et 2019.

Pour dé­fis­ca­li­ser en 2019, il fau­dra pri­vi­lé­gier les in­ves­tis­se­ments au ca­pi­tal de PME, ache­ter un bien en Pi­nel ou faire des dons aux oeuvres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.