Art et bro­cante

Le Revenu - Mensuel Placement - - SOMMAIRE -

Q uel que soit votre bud­get, vous pou­vez vous consti­tuer un « pa­tri­moine » ar­tis­tique dont la va­leur mar­chande dé­pen­dra de sa qua­li­té et des goûts du mo­ment. Au­jourd’hui, en vente pu­blique, on peut s’of­frir un ser­vice à hors-d’oeuvre en ar­gent de style pour 70 eu­ros et, pour 360 eu­ros, un ca­bi­net du XVIIe siècle.

Un pla­ce­ment plai­sir avant tout

Il ne faut pas se faire d’illu­sions, tous les achats ne se va­lo­ri­se­ront pas, tous les ta­bleaux ne ver­ront pas leur va­leur se mul­ti­plier par dix en quelques an­nées. Vendre une très clas­sique com­mode du XVIIIe siècle ache­tée 15 000 à 25 000 francs dans les an­nées quatre-vingt ne se­ra pas for­cé­ment sy­no­nyme de plus-va­lue. Les ache­teurs qui réa­lisent de confor­tables bé­né­fices sont ceux qui se sont in­té­res­sés à un ar­tiste, une fa­mille d’ob­jets avant qu’ils ne soient ou re­viennent à la mode (avec le risque que ce­la n’ar­rive ja­mais), ceux qui savent sé­lec­tion­ner le fau­teuil, le des­sin, le ta­bleau re­pré­sen­ta­tif d’une pé­riode im­por­tante de la car­rière d’un ar­tiste, ceux qui dé­tectent la bonne édi­tion d’une es­tampe, d’une bande des­si­née…

Art mo­derne et contem­po­rain sont au som­met

N’ou­bliez pas que le mar­ché de l’art est sou­mis aux modes. À vous de les suivre ou au contraire de prendre le contre-pied. Plu­sieurs sec­teurs du mar­ché de l’art connaissent ac­tuel­le­ment une baisse d’in­té­rêt, dont on peut ti­rer par­ti et faire des achats à des prix in­té­res­sants. De­puis quelques an­nées, la cote du mo­bi­lier an­cien, de la pein­ture an­cienne, de l’ar­gen­te­rie et de l’Art nou­veau a chu­té, sauf si le créa­teur ou la pro­ve­nance sont no­toi­re­ment connus. Plus ré­cem­ment, le mo­bi­lier Art dé­co, au som­met il y a quelques an­nées, est dou­ce­ment rem­pla­cé par le mo­bi­lier de­si­gn fran­çais, scan­di­nave, ita­lien et on com­mence à s’in­té­res­ser aux de­si­gners des an­nées quatre-vingt. L’as­cen­sion des prix se pour­suit pour les voi­tures de col­lec­tion, les bandes des­si­nées, la pho­to­gra­phie mo­derne et contem­po­raine, les arts asia­tiques et pre­miers, les montres, le mo­bi­lier de­si­gn et les des­sins mo­dernes, l’art contem­po­rain.

Les créa­tions des ar­tistes fran­çais de la se­conde moi­tié du XXe siècle font aus­si l’ob­jet de bonnes en­chères en France. Plus proche de nous, l’art contem­po­rain est un vi­vier d’ar­tistes confir­més et de jeunes ar­tistes du XXIe siècle, dont vous pou­vez suivre et sou­te­nir la car­rière, en gar­dant à l’es­prit que tous ne connaî­tront pas la gloire. Pour vous ai­guiller dans vos achats, dis­cu­tez avec les ga­le­ristes, do­cu­men­tez-vous et ini­tiez-vous dans les mu­sées, les ga­le­ries. De plus en plus de mu­sées et de salles des ventes aux en­chères or­ga­nisent des confé­rences sur des ar­tistes, des mou­ve­ments et sur le fonc­tion­ne­ment du mar­ché de l’art.

Ache­ter sur In­ter­net : atouts et li­mites

Tout s’achète et se vend via In­ter­net, même les oeuvres les plus somp­tueuses. At­ten­tion à vos in­ter­lo­cu­teurs. Si vous ache­tez à des an­ti­quaires, leur res­pon­sa­bi­li­té court pen­dant dix ans, et moi­tié moins si vous pas­sez par le site In­ter­net des mai­sons de ventes fran­çaises. Les com­mis­saires-priseurs et les ex­perts as­su­rés pro­fes­sion­nel­le­ment sont res­pon­sables cinq ans. Idem chez Ch­ris­tie’s et So­the­by’s à Londres ou New York. Ces ga­ran­ties n’existent pas lors d’échanges entre par­ti­cu­liers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.