Compte à terme

Le Revenu - Mensuel Placement - - SOMMAIRE -

Le compte à terme a quelque peu per­du de sa su­perbe mais n’est pour­tant pas dé­nué d’in­té­rêt, sur­tout pour qui s’ins­crit dans la du­rée. Comme son nom l’in­dique, il s’agit d’un compte ban­caire sur le­quel on ef­fec­tue un ver­se­ment unique (sans contrainte de pla­fond) pour une du­rée dé­ter­mi­née à l’avance, com­prise gé­né­ra­le­ment entre trois et qua­rante-huit mois. Le ren­de­ment aug­mente avec la du­rée Les fonds sont blo­qués en échange d’une ré­mu­né­ra­tion ga­ran­tie, qui est dé­fi­nie à l’ou­ver­ture du compte. En cas d’im­pré­vu, il est pos­sible de ré­cu­pé­rer la somme dé­po­sée, di­mi­nuée d’une pé­na­li­té. Plus la du­rée de dé­ten­tion est longue, plus le taux est éle­vé (de 0,3 à 2 % fin 2018). Mieux, sur une pé­riode plus éten­due (cinq, voire huit ans), le compte à terme à taux pro­gres­sif re­prend ces ca­rac­té­ris­tiques, mais la ré­mu­né­ra­tion aug­mente tous les six mois, « ré­com­pen­sant » la fi­dé­li­té du dé­po­sant. Les in­té­rêts des comptes à terme sont sou­mis au pré­lè­ve­ment for­fai­taire unique de 30 % (dont 17, 2 % de pré­lè­ve­ments so­ciaux) lors de la per­cep­tion des in­té­rêts, sauf dis­pense ré­ser­vée aux contri­buables aux re­ve­nus mo­destes (voir condi­tions pré­ci­sées dans la fiche 17 consa­crée aux li­vrets ban­caires). Seuls les contri­buables non im­po­sables au­ront in­té­rêt à op­ter pour le ba­rème pro­gres­sif de l’im­pôt sur le re­ve­nu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.