Contrat Ma­de­lin

Le Revenu - Mensuel Placement - - SOMMAIRE -

Ré­ser­vé aux per­sonnes dé­cla­rant leurs re­ve­nus pro­fes­sion­nels dans la ca­té­go­rie des bé­né­fices in­dus­triels et com­mer­ciaux (BIC) et des bé­né­fices non com­mer­ciaux (BNC) ou des bé­né­fices agri­coles (BA) pour le Ma­de­lin agri­cole, ain­si qu’à leur conjoint col­la­bo­ra­teur, le contrat Ma­de­lin se ca­rac­té­rise par une phase d’épargne, puis de rente via­gère.

Pen­dant la pre­mière phase, vous vous en­ga­gez à ver­ser jus­qu’à la re­traite un mon­tant mi­ni­mum an­nuel ar­rê­té avec votre as­su­reur. Cette co­ti­sa­tion est mo­du­lable mais doit évo­luer dans une four­chette de 1 à 15. Cet en­ga­ge­ment semble un frein si vos re­ve­nus sont ir­ré­gu­liers. Op­tez pour un faible mi­ni­mum de ver­se­ment pour ne pas ris­quer d’être pris à la gorge. Point po­si­tif, vous êtes as­treint à un ef­fort d’épargne ré­gu­lier. Les ver­se­ments sont dé­duc­tibles de votre re­ve­nu im­po­sable Prin­ci­pal atout, les ver­se­ments sont dé­duc­tibles de vos re­ve­nus pro­fes­sion­nels sans être pris en compte dans le pla­fon­ne­ment des niches fis­cales fixé à 10 000 eu­ros. Les li­mites de dé­duc­tion sont éle­vées (jus­qu’à 74 969 eu­ros en 2019) et dé­pendent de vos re­ve­nus. Plus vous êtes im­po­sé, plus l’éco­no­mie d’im­pôt se­ra im­por­tante. Le pla­ce­ment s’adresse donc en prio­ri­té aux contri­buables for­te­ment taxés, à 41 ou 45 %. Le di­ri­geant de so­cié­té peut faire payer les co­ti­sa­tions par son en­tre­prise (taxée à l’im­pôt sur les so­cié­tés). Les primes sont alors sou­mises aux charges so­ciales. En 2019, vous pou­vez ver­ser avec un ef­fet fis­cal plein, ce qui n’est pas le cas pour le Perp et la Pré­fon. Rap­pel : les ver­se­ments 2018 ne sont pas fis­ca­le­ment dé­duc­tibles, les re­ve­nus 2018 n’étant pas taxés dans le cadre de la mise en place du pré­lè­ve­ment à la source. Vous pou­vez trans­fé­rer votre contrat chez un autre as­su­reur Le contrat Ma­de­lin est un pro­duit dit « tun­nel ». L’épargne cons­ti­tuée est in­dis­po­nible jus­qu’à la re­traite. Mais des cas ex­cep­tion­nels de re­traits an­ti­ci­pés sont pré­vus (in­va­li­di­té, fin des droits à l’al­lo­ca­tion-chô­mage…). De plus, la sor­tie se fait obli­ga­toi­re­ment en rente via­gère, taxée comme vos pen­sions après un abat­te­ment de 10 %. Les frais, sou­vent éle­vés, sont l’un des cri­tères de choix d’un bon pro­duit. Im­por­tant : si vous n’êtes pas sa­tis­fait de votre contrat, vous pou­vez le trans­fé­rer chez un autre as­su­reur. Les frais sont obli­ga­toi­re­ment nuls après dix ans (pla­fon­nés à 5 % avant).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.