Nos conseils pour votre por­te­feuille

Il est trop tôt pour ren­for­cer les ac­tions

Le Revenu - Mensuel Placement - - SOMMAIRE - LAURENT SAILLARD

De­puis fin sep­tembre, le re­pli sur les ac­tions a été as­sez pro­non­cé. La crainte du ra­len­tis­se­ment gé­né­ra­li­sé de l’éco­no­mie mon­diale, consé­quence de la guerre com­mer­ciale me­née par Do­nald Trump, fait peur aux in­ves­tis­seurs. Alors que les États-Unis conservent un rythme d’ac­ti­vi­té sou­te­nu, grâce à une po­li­tique fis­cale à contre­temps qui dope les en­tre­prises na­tio­nales, les pre­miers signes tan­gibles de ce ra­len­tis­se­ment se sont ma­ni­fes­tés en no­vembre en Asie et en Eu­rope.

Cor­rec­tion pro­non­cée

En oc­tobre, l’in­dice CAC 40 a per­du 7 %, sa pire per­for­mance de­puis août 2015. L’in­dice amé­ri­cain S & P 500, lui aus­si en re­cul de près de 7 %, a connu son pire mois de­puis sept ans. S’il s’agit d’une forte cor­rec­tion, cette baisse ne consti­tue pas un krach bour­sier, car des forces de rap­pel, no­tam­ment le rythme ac­tuel de la crois­sance mon­diale et le ni­veau at­trayant des va­lo­ri­sa­tions, li­mitent pour le mo­ment une pro­lon­ga­tion de cette baisse.

Certes, la conso­li­da­tion a été plus pro­non­cée sur cer­tains com­par­ti­ments de la cote, comme les grandes va­leurs du sec­teur au­to­mo­bile, les pe­tites ca­pi­ta­li­sa­tions et les ac­tifs émer­gents. Et l’on ob­serve une ner­vo­si­té in­dé­niable sur les mar­chés fi­nan­ciers. Trop de mo­tifs d’in­cer­ti­tude se conjuguent en ef­fet : au-de­là de la guerre com­mer­ciale si­no-amé­ri­caine, il y a la re­mon­tée des taux d’in­té­rêt aux États- Unis, et, en Eu­rope, les mo­da­li­tés du Brexit et la po­li­tique bud­gé­taire de l’Ita­lie. Les in­ves­tis­seurs re­doutent de ne pas pou­voir es­pé­rer des pro­gres­sions aus­si fortes que par le pas­sé des grands in­di­ca­teurs éco­no­miques et des bé­né­fices des so­cié­tés.

At­ten­tion sus­pen­due

Cet en­vi­ron­ne­ment conduit à pri­vi­lé­gier les va­leurs dé­fen­sives dans un por­te­feuille d’ac­tions en di­rect (lire pp. 7879), et à conser­ver un ni­veau de li­qui­di­tés si­gni­fi­ca­tif de 20 à 25 %, pro­por­tion que nous se­rons pro­ba­ble­ment ame­nés à ren­for­cer pro­chai­ne­ment. Les gains des trois der­nières an­nées as­surent en­core des plus-va­lues confor­tables (lire pp. 80 à 83). Mais le contexte sug­gère de fa­vo­ri­ser les grandes ca­pi­ta­li­sa­tions les plus li­quides.

L’at­ten­tion des in­ves­tis­seurs est sus­pen­due à l’is­sue des né­go­cia­tions com­mer­ciales entre les États-Unis et la Chine. Du fait des élec­tions lé­gis­la­tives de mi-man­dat de no­vembre, Trump ne pou­vait pas en­ga­ger les dis­cus­sions avec l’em­pire du Mi­lieu. Elles ont re­pris, et la ren­contre des pré­si­dents Do­nald Trump et de Xi Jin­ping lors du som­met du G20 en Ar­gen­tine de­vrait lais­ser fil­trer quelques in­di­ca­tions.

À terme, un ac­cord équi­li­bré sus­ci­te­rait un re­bond bour­sier. Mais Trump a be­soin de boucs émis­saires pour être ré­élu en 2020. La Chine et l’im­mi­gra­tion en font par­tie. Ces en­jeux de po­li­tique in­té­rieure com­pliquent la donne pour an­ti­ci­per la ten­dance en Bourse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.