SE­CRETS DE FA­BRI­CA­TION

Pour créer et faire gran­dir une star­tup, il n’y a pas de re­cette ou de for­mule ma­gique. Être conscient qu’il s’agit avant tout d’une en­tre­prise et qu’il y a des pas­sages obli­gés est néan­moins im­pé­ra­tif.

Le Startupper de Toulouse et sa région - - Sommaire -

Vou­loir créer une star­tup en 2017 est un peu l’équi­valent de vou­loir faire du « com­merce in­ter­na­tio­nal » dans les an­nées 90. Tout le monde vou­lait en faire même si on ne sa­vait pas trop bien ce que ce­la vou­lait dire, pré­ci­sé­ment. 30 ans plus tard, c’est pa­reil. L’uni­vers des star­tups fait rê­ver même si, avant de se lan­cer, il est par­fois dif­fi­cile de pré­voir ce qu’on va y dé­cou­vrir.

Au­tant donc com­men­cer par l’es­sen­tiel : créer une star­tup c’est clai­re­ment avant tout créer une en­tre­prise. Certes, il y a l’idée de mon­ter son propre pro­jet et de s’en­tou­rer d’une équipe que l’on choi­sit soi-même. Mais la li­ber­té, l’au­dace et la ré­ac­ti­vi­té ren­dues pos­sibles par une pe­tite struc­ture ne font pas à elles seules une suc­cess sto­ry. Une star­tup est avant tout une en­tre­prise in­no­vante à fort po­ten­tiel de crois­sance. Ce­la si­gni­fie qu’elle est des­ti­née à créer un nou­veau pro­duit ou un nou­veau ser­vice et qu’elle va avoir af­faire à une sé­rie de dé­fis. Pour me­ner à bien sa crois­sance, elle au­ra le plus sou­vent be­soin de le­ver des fonds même si des exemples existent d’ex star­tups de­ve­nues des stars de leurs sec­teurs (Ly­ra Net­work) et qui ont tou­jours fonc­tion­né sur fonds propres. À no­ter que le­ver des fonds ne consti­tue pas en soi une ga­ran­tie de suc­cès. La tré­so­re­rie et la ca­pa­ci­té d’in­ves­tir sont bien en­ten­du ma­jeures, à condi­tion qu’il y ait aus­si : la bonne idée au bon mo­ment, un bu­si­ness mo­del en phase avec les at­tentes du mar­ché, les com­pé­tences et la com­plé­men­ta­ri­té de l’équipe, l’am­bi­tion et le ré­seau et sur­tout une énorme mo­ti­va­tion pour par­ve­nir à exé­cu­ter son pro­jet dans un temps court. Au to­tal une al­chi­mie pas très fa­cile à ob­te­nir si bien que réus­sir une star­tup re­lève pour un tiers de la pas­sion, pour un tiers d’un tra­vail achar­né et pour un tiers… de la chance !

« Le­ver des fonds ne consti­tue pas en soi une ga­ran­tie de suc­cès. »

« Pour ne pas perdre la san­té ou tout son ar­gent, il faut être bien ar­mé psy­cho­lo­gi­que­ment et ner­veu­se­ment. »

La star­tup est tout sauf une en­tre­prise clas­sique ou di­sons ins­tal­lée. Une en­tre­prise du bâ­ti­ment n’a pas de mal à ex­pli­quer son ac­ti­vi­té. Elle construit des mai­sons. À l’in­verse une star­tup a pour par­ti­cu­la­ri­té qu’elle in­vente quelque chose (un ser­vice, un pro­duit) et que pour elle, et pour ses clients po­ten­tiels, tout est nou­veau. Por­teuse d’un pro­jet en émer­gence, la star­tup est en re­cherche per­ma­nente : de so­lu­tions tech­niques ou tech­no­lo­giques qu’elle pro­pose ou qu’elle uti­lise, de son bu­si­ness mo­del ou d’in­ves­tis­seurs. Au­tant dire que pour ne pas perdre la san­té ou tout son ar­gent, il faut être bien ar­mé psy­cho­lo­gi­que­ment et ner­veu­se­ment. Dans une star­tup, tout est ris­qué. Si vous êtes plu­tôt du genre an­gois­sé et pa­ni­qué par l’in­cer­ti­tude, l’aven­ture n’est sans doute pas faite pour vous. En re­vanche, si rien ne vous fait peur et que vous avez in­té­gré que l’échec en soi n’est pas un drame, fon­cez, ap­por­tez une so­lu­tion nou­velle, ci­blez un mar­ché, struc­tu­rez votre équipe et si be­soin pi­vo­tez et mo­di­fiez votre offre. En­fin, n’ima­gi­nez pas réus­sir seul. On sait que très rares sont les star­tups qui réus­sissent au de­là de 5 ans d’ac­ti­vi­té sans être in­té­grées dans un ac­cé­lé­ra­teur ou in­cu­ba­teur, qui va pou­voir leur four­nir non seule­ment une so­lu­tion im­mo­bi­lière mais sur­tout du men­to­ring ou des liens fa­ci­li­tés avec des in­dus­triels.

Les star­tup­pers ont contri­bué à ré­vo­lu­tion­ner les bu­si­ness mo­del et les fa­çons de tra­vailler

At Home pro­pose 1 000 m2 en centre-ville. L’es­pace par­ta­gé, bouillon­nant, se vit comme une aven­ture col­lec­tive au­tant qu’in­di­vi­duelle

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.