Un « concert al­lon­gé » au som­met de la tour Tan­guy

Le Télégramme - Brest - - BREST. LOISIRS - Thier­ry Di­las­ser

Après des concerts dans une grange ou plon­gés dans l’obs­cu­ri­té, et avant leur pres­ta­tion dans une serre du Stang-Alar le di­mache 27 mai, le « Col­lec­tif acous­tique bres­tois » se pro­dui­ra, ce sa­me­di, au troi­sième étage de la tour Tan­guy, dans le cadre de la Nuit eu­ro­péenne des mu­sées. Un en­droit d’or­di­naire fermé au pu­blic.

Par­mi les nom­breuses ani­ma­tions pro­po­sées dans le cadre de la Nuit des mu­sées (lire pro­gramme ci-des­sous), cer­taines se dis­tinguent des autres. Celle du Col­lec­tif acous­tique bres­tois – une sé­rie de « concerts al­lon­gés » – en fait in­dé­nia­ble­ment par­tie. De 19 h 30 à mi­nuit, ce sa­me­di, les membres de cette for­ma­tion (to­ta­le­ment bé­né­vole et née en 2016) pro­po­se­ront six sets (de re­prises al­lant « de Tom Waits à John­ny en pas­sant par des mor­ceaux de pop is­lan­daise ») d’une de­mi-heure, au som­met de la tour Tan­guy. Et ce, face à une pe­tite quin­zaine de spec­ta­teurs à chaque fois.

Un rap­port « di­rect » avec le pu­blic

« Nous sommes tou­jours en re­cherche de lieux ori­gi­naux », ex­plique Pierre-Yves Le­becque, l’un des membres de ce col­lec­tif réunis­sant « des mu­si­ciens ayant la par­ti­cu­la­ri­té de ne jouer qu’en acous­tique pure, c’est-à-dire sans aucune so­no­ri­sa­tion ou am­pli­fi­ca­tion ». La raison ? « Les contraintes liées à l’am­pli­fi­ca­tion sont très nom­breuses. Jouer en acous­tique offre aus­si une meilleure écoute entre mu­si­ciens et per­met, éga­le­ment, un rap­port plus di­rect avec le pu­blic », pour­suit-il.

Com­po­ser avec l’écho

Après des concerts en ap­par­te­ments, dans une grange (pour une as­so­cia­tion pay­sanne) ou dans le noir (pour une as­so­cia­tion d’aveugles et de dé­fi­cients vi­suels), la tour Tan­guy per­met au col­lec­tif d’élar­gir en­core un peu plus son ho­ri­zon. Et ce, avant son « con-serre » du di­manche 27 mai au Stang-Alar, dans le cadre de la Fête de la na­ture.

« On a eu l’oc­ca­sion d’al­ler y ré­pé­ter à plu­sieurs re­prises. L’en­droit est vrai­ment bien, mais il fau­dra faire avec l’écho ! », sou­rit Pierre-Yves Le­becque. Ain­si, « pour at­té­nuer la ré­ver­bé­ra­tion, on a dis­po­sé de la mo­quette au sol et le pu­blic se­ra in­vi­té à s’ins­tal­ler sur des cous­sins, ce qui de­vrait en­core amé­lio­rer l’acous­tique du lieu », es­père en­core le gui­ta­riste, qui pré­cise que le col­lec­tif a éga­le­ment « adap­té (son) jeu au lieu, en es­sayant de gom­mer les par­ties "per­cus­sives", pour que l’écoute soit la plus agréable pos­sible ».

▼ Pra­tique

Ce sa­me­di, à par­tir de 19 h 30. Gra­tuit, sans ins­crip­tion. La jauge de la salle étant li­mi­tée à 15 per­sonnes, les ar­tistes se pro­dui­ront par ses­sions de 30 mi­nutes.

Si de nom­breux ins­tru­ments (gui­tare, uku­lé­lé, vio­lon­celle, cla­ri­nette…) sont re­pré­sen­tés au sein du col­lec­tif, ce­lui-ci in­dique être à la re­cherche de cuivres. Contact : tél. 06.09.31.90.18 ou cour­riel, col­lec­tif.acous­tique.bres­tois@gmail.com

La porte du der­nier étage de la tour s’ou­vri­ra ex­cep­tion­nel­le­ment pour ac­cueillir les mu­si­ciens et chan­teurs du col­lec­tif, dont Pierre-Yves Le­becque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.