L’Ar­dèche, ses grottes ses bois et… ses dol­mens

Des ci­gales, des champs de la­vande et… des dol­mens. Par cen­taines. Peu le savent mais l’Ar­dèche est l’un des dé­par­te­ments fran­çais comp­tant le plus grand nombre de ces mé­ga­lithes qui gardent tou­jours leur part de mys­tère.

Le Télégramme - Brest - - LA UNE -

Sur les hau­teurs du vil­lage de La­beaume, en Ar­dèche, der­rière des mu­rets de pierres sèches, un sen­tier ser­pente entre des la­piaz (ra­vi­ne­ments creu­sés dans la roche par les pluies) pour ac­cé­der aux pre­miers de la ving­taine de dol­mens que compte cette né­cro­pole de la fin du néo­li­thique (au­tour de 3 000 ans avant Jé­sus-Ch­rist). De­puis quelques se­maines, un ba­li­sage et des pan­neaux ex­pli­ca­tifs y ont été mis en place par l’as­so­cia­tion Dol­mens et pa­tri­moine de La­beaume.

Au to­tal, près de 900 dol­mens sont in­ven­to­riés dans le sud de l’Ar­dèche. Bien loin de­vant les dé­par­te­ments bre­tons (Le Mor­bi­han compte 550 mé­ga­lithes, men­hirs com­pris) mais der­rière l’Avey­ron (en­vi­ron 1 000 dol­mens). Com­pa­rés aux bre­tons, les dol­mens ar­dé­chois sont « plus pe­tits » et « plus jeunes », re­la­ti­vise la pré­si­dente de l’as­so­cia­tion et ar­chéo­logue, So­nia Stoc­chet­ti.

Lieu de mé­moire et mar­queur de ter­ri­toire

Pour­quoi une telle concen­tra­tion ? Plu­sieurs hy­po­thèses sont avan­cées : peut-être « le mi­lieu cal­caire », per­met­tant de trou­ver la ma­tière pre­mière en abon­dance, mais « peut-être aus­si plus de po­pu­la­tion » ou des rites fu­né­raires dif­fé­rents, plus au nord. « Ces dol­mens ser­vaient à la fois de lieu de mé­moire pour les an­cêtres mais aus­si comme mar­queur de ter­ri­toire », es­time l’ar­chéo­logue.

Les corps étaient dé­po­sés au fur et à me­sure des dé­cès. Les dé­funts qui s’y trou­vaient étaient choi­sis se­lon un cri­tère qui al­lait « au-de­là du sexe et de l’âge », puis­qu’on y trou­vait aus­si bien des hommes que des femmes, des enfants ou des per­sonnes âgées, pré­cise l’ar­chéo­logue.

Pa­rures de perles et co­quillages

Même si beau­coup de ces sé­pul­tures col­lec­tives ont été vi­dées au fil des siècles, des fouilles ont per­mis d’y re­trou­ver des pa­rures de perles sculp­tées, des co­quillages ma­rins - signes d’échanges avec d’autres po­pu­la­tions -, des pointes de flèche, de longs poi­gnards en si­lex non uti­li­sés et des cé­ra­miques qui de­vaient conte­nir des of­frandes ali­men­taires. Nombre de ces dol­mens sont en mau­vais état ou dis­si­mu­lés à la vue par la vé­gé­ta­tion. En 2009, à La­beaume, l’un d’eux a fait l’ob­jet d’une res­tau­ra­tion, d’autres l’ont été ou vont être conso­li­dés pour évi­ter l’ef­fon­dre­ment.

Pour Sé­ve­rine, mère de fa­mille ori­gi­naire de la Sarthe, cette ba­lade au mi­lieu des dol­mens per­met à ses trois enfants « de voir con­crè­te­ment des choses qu’ils peuvent ren­con­trer du­rant l’an­née sco­laire, dans les livres ». « Pour nous, les men­hirs, c’est la Bre­tagne, et puis on nous a dit, à l’Of­fice du tou­risme, que les dol­mens, c’est l’Ar­dèche ! », lance la femme de 36 ans.

« Les dol­mens sont un point de dé­part pour in­vi­ter à la dé­cou­verte du ter­ri­toire », sou­ligne So­nia Stoc­chet­ti. Un mil­lion de vi­si­teurs, dont 30 % d’étran­gers, se rendent chaque an­née dans ce dé­par­te­ment, connu no­tam­ment pour les gorges de l’Ar­dèche, que les tou­ristes des­cendent en ca­noë.

« Des sou­ve­nirs et une part de mys­tère »

De­puis l’ou­ver­ture, en 2015, de la Ca­verne du pont d’Arc, res­ti­tu­tion de la cé­lèbre grotte Chau­vet, le dé­par­te­ment cherche à va­lo­ri­ser son pa­tri­moine lié à la pré­his­toire. L’Ar­dèche a ain­si fait « un nou­veau saut en termes d’image et de fré­quen­ta­tion » puisque « plus de 50 % des clients de la Ca­verne du Pont d’Arc n’étaient ja­mais ve­nus dans le dé­par­te­ment ou n’étaient pas ve­nus de­puis plus de cinq ans », as­sure le di­rec­teur de l’Of­fice de tou­risme de Pont d’Arc-Ar­dèche, Vincent Or­cel. Les six sen­tiers de dé­cou­verte au­tour des dol­mens per­mettent de ren­for­cer l’at­trac­ti­vi­té de l’Ar­dèche pour les « 75 % de vi­si­teurs qui font à la fois des ac­ti­vi­tés na­ture et des ac­ti­vi­tés pa­tri­moine et culture ». « Mo­des­te­ment, cette va­lo­ri­sa­tion des dol­mens par­ti­cipe com­plè­te­ment de cette ré­vé­la­tion d’un pa­tri­moine un peu mé­con­nu, qui donne des sou­ve­nirs et une part de mys­tère », ajoute Vincent Or­cel.

Pho­to AFP

Au to­tal, près de 900 dol­mens sont in­ven­to­riés dans le sud de l’Ar­dèche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.