Les écoles à l’unis­son pour re­va­lo­ri­ser le mé­tier

L’ini­tia­tive est peu com­mune : trois res­pon­sables d’écoles d’aides-soi­gnants, que l’on pour­rait consi­dé­rer a prio­ri comme concur­rents, ont dé­ci­dé de par­ler d’une seule voix pour dé­fendre avec pas­sion ce mé­tier, qui peine ac­tuel­le­ment à re­cru­ter.

Le Télégramme - Brest - - BREST MÉTROPOLE - Ca­the­rine Le Guen

Long­temps, la Bre­tagne a été bien pour­vue en aides-soi­gnants, au point que nombre de Bre­tons de­vaient al­ler exer­cer ailleurs dans l’at­tente de re­ve­nir dans la ré­gion. De­puis plu­sieurs mois, la si­tua­tion s’est in­ver­sée, les éta­blis­se­ments de soins (hô­pi­taux, cli­niques, Eh­pad, foyers de vie…) ren­contrent des dif­fi­cul­tés à re­cru­ter. Pour­tant, chaque an­née, 200 nou­veaux aides-soi­gnants sortent des trois ins­ti­tuts de for­ma­tion des aides-soi­gnants (Ifas) de la ré­gion bres­toise : ce­lui du CHRU, qui forme 105 pro­fes­sion­nels, et les Ifas de Lan­der­neau et de la CroixRouge fran­çaise à Brest, qui forment cha­cun 50 pro­fes­sion­nels.

Les trois res­pon­sables de ces Ifas ont dé­ci­dé de mon­ter en­semble au cré­neau pour dé­fendre la pro­fes­sion, qu’ils es­timent être in­jus­te­ment stig­ma­ti­sée comme étant un tra­vail dur et mal payé.

« Nos an­ciens élèves s’éclatent »

« La re­pré­sen­ta­tion que l’on a du mé­tier d’aide-soi­gnant n’est pas po­si­tive, alors que nos an­ciens élèves nous disent : "Je m’éclate, j’ai trou­vé un mé­tier qui cor­res­pon­dait à ce que j’at­ten­dais !" », dit Loïc Ju­deau, di­rec­teur de l’Ifas Lan­der­neau. Un constat par­ta­gé par ses col­lègues : « C’est un mé­tier qui offre un em­ploi à 100 % dans des mi­lieux très di­ver­si­fiés, au­près des per­sonnes âgées, des en­fants, dans le sec­teur du han­di­cap, dans des soins tech­niques à l’hô­pi­tal, voire dans un ser­vice d’hos­pi­ta­li­sa­tion à do­mi­cile. Ce qui compte, c’est la mo­ti­va­tion, et il y a de plus en plus d’aides tech­niques pour fa­ci­li­ter le tra­vail », ajoute Ro­my Po­ty, di­rec­trice de l’Ifas de la Croix-Rouge fran­çaise de Brest.

Les trois ins­ti­tuts re­crutent et font le plein, mais les res­pon­sables veulent re­va­lo­ri­ser le mé­tier par un dis­cours po­si­tif. « Lorsque l’on en­tend par­ler de dif­fi­cul­tés, qui peuvent exis­ter, elles ne re­pré­sentent pas la to­ta­li­té de la pro­fes­sion. L’aide-soi­gnant est loin de ne faire que des toi­lettes ; il sur­veille les dis­po­si­tifs mé­di­caux, tra­vaille en col­la­bo­ra­tion avec l’équipe soi­gnante et les mé­de­cins. Ils font par­tie in­té­grante de l’équipe soi­gnante. La for­ma­tion pé­da­go­gique uti­lise des ou­tils très novateurs, comme la si­mu­la­tion, avec des man­ne­quins per­for­mants, des jeux de rôle, les ou­tils nu­mé­riques… », ajoute Va­lé­rie Mer­viel, di­rec­trice de l’Ifas du CHRU de Brest, si­tué à la Ca­vale-Blanche.

Des can­di­dats en re­con­ver­sion

Pour­quoi les 200 pro­fes­sion­nels for­més chaque an­née ne suf­fisent-ils pas ? « Nous avons des élèves de tous les âges, et l’on ne reste plus au­jourd’hui trente-cinq ans dans la même pro­fes­sion. Il y a aus­si des aides-soi­gnants qui re­prennent en­suite des études pour de­ve­nir in­fir­mier. D’autre part, la so­cié­té vieillit », pré­cisent les di­rec­teurs.

Pour se pré­sen­ter au concours, au­cun di­plôme n’est exi­gé. Il y a un écrit et un oral ; en­vi­ron la moi­tié des can­di­dats sont ac­cep­tés. « On peut pas­ser le concours à par­tir de 18 ans, mais il n’y a pas d’âge li­mite, et on ac­cueille aus­si pas mal de can­di­dats en re­con­ver­sion ». La for­ma­tion dure dix mois. Il est pos­sible de pas­ser les trois concours, qui se dé­roulent à des dates dif­fé­rentes. Les dos­siers d’ins­crip­tion sont té­lé­char­geables sur les dif­fé­rents sites (www.chu-brest.fr, www.croixrouge.fr et www.if­so-as­so.org) et doivent être dé­po­sés au plus tard le 8 fé­vrier.

De droite à gauche, Va­lé­rie Mer­viel, di­rec­trice de l’Ifas du CHRU, Ro­my Po­ty, di­rec­trice de l’Ifas de la Croix-Rouge fran­çaise, et Loïc Ju­deau, di­rec­teur de l’Ifas de Lan­der­neau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.