1914-1918. Car­net de com­bat du sol­dat Bré­li­vet

Le Télégramme - Carhaix - - CHÂTEAULIN -

Suite à la re­mise en mai­rie d’un ca­hier d’éco­lier ayant ap­par­te­nu à un de leurs an­cêtres par la fa­mille Pel­lietB­re­li­vet, le maire de la com­mune, Phi­lippe Bit­tel, s’est in­té­res­sé au par­cours d’Hen­ri Bré­li­vet pen­dant la Pre­mière Guerre mon­diale.

Né le 17 sep­tembre 1888 à Plo­mo­diern, il part le 2 août 1914 pour Brest, d’où il re­joint Re­vi­gny dans la Meuse dans la Meuse le 8 avec le deuxième Ré­gi­ment d’in­fan­te­rie de la co­lo­niale.

Pre­mière ba­taille

Son bap­tême du feu au­ra lieu en Bel­gique au nord de Saint-Vincent. Pris à par­tie par un tir d’ar­tille­rie, il ri­poste baïon­nette au ca­non, sous les ordres du Capitaine Dé qui est bles­sé… C’est la dé­ban­dade sous un feu nour­ri d’une mi­trailleuse vers un bois où les res­ca­pés sont faits pri­son­niers. Re­fu­sant la cap­ti­vi­té, il se fait la belle avec quelques ca­ma­rades sen­tant les balles sif­fler au­tour de lui.

Six mois de ca­vale

Après avoir tra­ver­sé la Bel­gique à pied, il at­teint en­fin la fron­tière des Pays-Bas res­té neutre et ob­tient un lais­sez-pas­ser du consu­lat de France à Maas­tricht, le 12 fé­vrier, pour re­joindre Rot­ter­dam d’où il s’em­barque pour l’An­gle­terre, après six mois de ca­vale.

De là, il re­joint Ca­lais puis la Bre­tagne et sa fa­mille stupéfaite de son re­tour après avoir été por­té dis­pa­ru.

Il re­çoit la mé­daille des éva­dés mais, sol­dat avant tout, le brillant sous-of­fi­cier re­part au front.

Il est griè­ve­ment bles­sé au com­bat le 27 sep­tembre 1915 à Souain. Ville res­tée tris­te­ment cé­lèbre pour ses fu­sillés, quatre mi­li­taires exé­cu­tés « pour l’exemple » par l’ar­mée fran­çaise pen­dant la Pre­mière Guerre mon­diale à Suippes (Marne) le 15 mars 1915, dont le bre­ton, d’Ille-etVi­laine, Lu­cien Le­chat, 23 ans. Ce­la lui vaut une citation pour sa bra­voure et son calme.

En jan­vier 1917, il em­barque à Dji­bou­ti avec 850 ti­railleurs sé­né­ga­lais sur le pa­que­bot Athos mais entre la Crète et le na­vire est tor­pillé par un sous-ma­rin al­le­mand U65 KL Her­mann von Fi­schel, il en ré­chappe mi­ra­cu­leu­se­ment et est éva­cué sur l’hô­pi­tal de Mar­seille.

De re­tour sur le front, il prend part au com­bat au Che­min des Dames où il est bles­sé le 12 oc­tobre 1918, vic­time de l’ypé­rite, le fa­meux gaz mou­tarde. Après de longs mois de conva­les­cence et l’ar­mis­tice si­gnée le 11 no­vembre 1918, il re­joint l’Ar­mée du Le­vant, mise en place après la dé­faite ot­to­mane.

En 1920, la France avait re­çu un man­dat de la So­cié­té des Na­tions sur la Syrie et le Li­ban pour main­te­nir l’ordre sur ces ter­ri­toires.

Le sol­dat Hen­ri Bré­li­vet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.