Mu­sée. Nos landes, source de ri­chesses

Le Télégramme - Carhaix - - CHÂTEAULIN -

Pour clô­tu­rer la vi­site par le pu­blic de l’ex­po­si­tion « Le Me­nez-Hom, des landes, des pay­sans, des éco­liers », la di­rec­trice Anne Du­mont a de nou­veau fait ap­pel à la na­tu­ro­pathe Sé­ve­rine La­farge, di­manche, pour un ate­lier her­bo­ris­te­rie. « Cette ani­ma­tion sur les landes est le fruit d’un par­te­na­riat avec l’Éco­mu­sée de la Bin­ti­nais, près de Rennes. Au XIXe siècle, elles étaient très éten­dues en Bre­tagne », dé­clare-t-elle. « L’her­bo­ris­te­rie n’est pas as­sez re­con­nue », re­grette Sé­ve­rine, l’as­so­cia­tion Cap San­té de Plou­néour-Me­nez es­saye d’y re­mé­dier en fai­sant du lob­bying au­près des par­le­men­taires.

« La lande a par­fois mau­vaise presse »

Di­manche, une quin­zaine de per­sonnes étaient pré­sentes dans la salle pé­da­go­gique pour dé­cou­vrir les po­tions ma­giques.

« La lande a par­fois mau­vaise presse, pré­cise Sé­ve­rine en sou­riant. Elle est consi­dé­rée comme une terre in­fer­tile alors que la cueillette sur les flancs du Me­nez-Hom est in­té­res­san- te ». De la bruyère, du su­reau et même des myr­tilles, « rares en Bre­tagne, mais il est pos­sible d’en trou­ver en sous­bois », sont po­sées sur la table avant de pas­ser de mains en mains pour voir la dif­fé­rence entre la bruyère com­mune et la bruyère cil­lée, de quoi com­po­ser une bonne ti­sane diu­ré­tique, les fa­meux « lou­zou » de nos grands-mères.

Les en­fants s’amusent en dé­cou­vrant la dro­sé­ra, une plante car­ni­vore qui at­trape les mouches, elle se nour­rit de ma­tière, une fois prise elle ne peut plus s’échap­per. « Il y a les usages phy­to­thé­ra­peu­tiques des plantes mais aus­si des usages plus contem­po­rains », conti­nue Sé­ve­rine en in­vi­tant le pu­blic à je­ter un oeil dans le jar­din sur le hâche-landes per­met­tant de fa­bri­quer un broyat.

Des ver­tues mé­di­ci­nales

Les ver­tus mé­di­ci­nales sont à re­dé­cou­vrir comme la bruyère, puis­sant an­ti­sep­tique, très ef­fi­cace contre la cys­tite par exemple ou le saule-mar­ceau, riche en acide acé­tyl­sa­li­cy­lique an­ti-in­flam­ma­toire. Si la dé­coc­tion d’écorces de bour­daine est un ex­cellent laxa­tif, à dé­con­seiller aux en­fants et aux per­sonnes âgées, elle per­met éga­le­ment de réa­li­ser une tein­ture vé­gé­tale.Tout ce­ci de­mande beau­coup de pa­tience, pour pré­pa­rer la tein­ture, puis le tis­su avant de pas­ser à la tein­ture fi­nale.

Il existe à la pou­dre­rie de Pont-de-Buis une porte des bour­daines. Avec son char­bon de bois est fa­bri­quée de la poudre à ca­non.

Comme quoi, les flancs du Me­nez-Hom re­cèlent d’in­nom­brables ri­chesses.

Anne Du­mont, di­rec­trice de l’école pour une le­çon de choses.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.