À 50 ans, Mi­chelle a réus­si sa re­con­ver­sion dans la pâ­tis­se­rie

De­puis sa re­con­ver­sion dans la pâ­tis­se­rie, Mi­chelle Cor­ré-Pous­sain se dit libre et heu­reuse. Elle passe d’une mis­sion à l’autre avec le sou­rire, même quand elle doit se le­ver avant l’aube.

Le Télégramme - Carhaix - - LA UNE - Flore Li­man­tour

Le par­cours pro­fes­sion­nel de Mi­chelle Cor­ré-Pous­sain est loin d’être un long fleuve tran­quille. « Et si j’avais vingt ans au­jourd’hui, je suis sûre que je par­ti­rais faire le tour du monde. » Mais la quin­qua­gé­naire a po­sé son sac à Lo­rient de­puis long­temps pour des rai­sons fa­mi­liales et af­fec­tives. Son « voyage », elle le conçoit dé­sor­mais au­tre­ment. En na­vi­guant entre trois mé­tiers : for­ma­trice en pâ­tis­se­rie, pâ­tis­sière à do­mi­cile pour les gâ­teaux d’an­ni­ver­saire et bou­lan­gère en ba­gels pour un res­tau­rant. Une re­con­ver­sion qu’elle a choi­sie, il y a deux ans. À Lo­rient, Mi­chelle est connue pour avoir te­nu un bar-res­tau­ra­tion, le Barn’s Kfé. Le vi­si­teur de pas­sage y était ac­cueilli avec la même écoute et la même cha­leur hu­maine que l’ha­bi­tué dans un cadre pai­sible. Ce mé­tier la pas­sion­nait mais il était quelque peu épui­sant vu l’am­pli­tude ho­raire, la ges­tion du per­son­nel et l’éner­gie qu’elle y consa­crait. Et il y avait ce rêve d’en­fance qui la ta­rau­dait : « De­ve­nir pâ­tis­sière ».

Quelques « ga­melles » en chi­mie

Mi­chelle a pris le temps de mû­rir son pro­jet après la vente de son éta­blis­se­ment. Elle a fi­ni par sau­ter le pas, for­te­ment en­cou­ra­gée par un jeune et brillan­tis­sime pâ­tis­sier Pièr-Ma­rie Le Moi­gno qui s’est ins­tal­lé à Lo­rient, sa ville na­tale, après avoir fait ses classes chez les plus grands. « J’ai en­ta­mé une Va­li­da­tion des ac­quis de l’ex­pé­rience, j’avais juste un pe­tit stage à faire en­suite ». Mais fi­na­le­ment, Mi­chelle a pré­fé­ré « faire plus com­pli­qué mais plus en prise avec la réa­li­té ». Elle s’est ins­crite au CFA de Vannes pour dix mois en al­ter­nance (trois se­maines en pâ­tis­se­rie, une se­maine d’école). Am­bi­tieux quand on a quit­té les bancs de l’école, il y a long­temps ! « Je me suis pris des ga­melles, des 9 sur 20 en tech­nique de pâ­tis­se­rie, car c’est de la chi­mie. Ça m’a vexée, j’ai bos­sé la nuit. En pra­tique, je n’avais pas vrai­ment de pro­blème, j’avais la ri­gueur et je sa­vais me le­ver de bonne heure. J’ai sur­tout ap­pris com­ment on or­ga­nise ses fa­bri­ca­tions sur plu­sieurs jours pour les pâ­tis­se­ries éla­bo­rées ». La quin­qua­gé­naire a dé­cro­ché haut la main son CAP de pâ­tis­sière et re­çu les fé­li­ci­ta­tions de Pièr-Ma­rie.

Trois mé­tiers en un

Une fois son di­plôme en poche, Mi­chelle n’a pas ces­sé d’être sol­li­ci­tée par des pro­fes­sion­nels et des par­ti­cu­liers du pays de Lo­rient, qui pour un dé­pan­nage, qui pour un rem­pla­ce­ment. Sa ré­pu­ta­tion n’est plus à faire lo­ca­le­ment. Le bouche-à-oreille a si bien fonc­tion­né que la nou­velle pâ­tis­sière s’est même vu confier des for­ma­tions. Très ap­pré­ciée de ses élèves du centre Ago­ra (Lo­rient), elle est aus­si ré­gu­liè­re­ment sol­li­ci­tée par des res­tau­ra­teurs bre­tons pour for­mer leurs cui­si­niers à une pâ­tis­se­rie simple et sa­vou­reuse. Ses gâ­teaux d’an­ni­ver­saire par­ti­cu­liè­re­ment créa­tifs, fan­tai­sistes et très bons - à dé­cou­vrir sur les ré­seaux so­ciaux (Cui­si­ne­cro­q­mi­mi) - s’ar­rachent comme des pe­tits pains. Jus­te­ment à pro­pos de pe­tits pains, le res­tau­rant Amy’s à Lo­rient, lui de­mande de réa­li­ser tous les ma­tins sa pro­duc­tion de 100 à 150 ba­gels se­lon une re­cette que Mi­chelle a mis au point. « Je vis ma pas­sion à fond. Être free lance me donne des ailes », ex­plique la quin­qua­gé­naire qui a op­té pour le sta­tut d’au­to-en­tre­pre­neur.

À ceux qui vou­draient suivre son exemple, Mi­chelle Cor­ré-Pous­sain sug­gère de faire au préa­lable un stage de dé­cou­verte en pâ­tis­se­rie.

Mi­chelle Cor­ré-Pous­sain (cas­quette rose) est très ap­pré­ciée par ses élèves en pâ­tis­se­rie. Au pro­gramme ce jour-là : fa­bri­ca­tion de bûches et de pe­tits per­son­nages en pain d’épices.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.