Des Cos­tar­mo­ri­cains perdent un mil­lion d’eu­ros dans une es­cro­que­rie

Le Télégramme - Châteaulin - - BRETAGNE - Ca­role André/Presspep­per

Un homme de 49 ans, ori­gi­naire de la ré­gion pa­ri­sienne, a été ar­rê­té il y a quinze jours. Il est soup­çon­né de faire par­tie d’une or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale qui a mon­té une vaste es­cro­que­rie au bit­coin qui compte par­mi ses vic­times des Cos­tar­mo­ri­cains qui ont in­ves­ti plus d’un mil­lion d’eu­ros dans la cryp­to­mon­naie. L’in­for­ma­ti­cien, qui réside aux Li­las (93) avec sa femme et ses quatre en­fants, a as­su­ré, de­vant la chambre de l’ins­truc­tion de Rennes de­vant la­quelle il pré­sen­tait ven­dre­di ma­tin une de­mande de re­mise en li­ber­té, « avoir sim­ple­ment par­ti­ci­pé au ré­fé­ren­ce­ment Google de sites in­ter­net fai­sant la pro­mo­tion de l’in­ves­tis­se­ment dans le bit­coin ». En lien avec un ami char­gé d’ad­mi­nis­trer les sites en ques­tion, il leur au­rait per­mis une très bonne vi­si­bi­li­té sur le web.

« Lu­lu » est en Is­raël

Le « gé­rant » pré­su­mé des sites, connu des en­quê­teurs sous le nom de « Lu­lu », se trouve en Is­raël. Il avait mis en place un sys­tème bien ro­dé où un centre d’ap­pels té­lé­pho­niques, ani­mé par de pseu­do-conseillers fi­nan­ciers, contac­tait des clients po­ten­tiels en France. Mais l’ar­gent in­ves­ti par ceux qui croyaient à ce pla­ce­ment ne ser­vait pas du tout à ache­ter des bit­coins. Il al­lait di­rec­te­ment dans la poche des es­crocs ins­tal­lés en Is­raël.

La pre­mière vic­time à s’être fait connaître dans le cadre de ce dos­sier, réside dans les Côtes d’Ar­mor. Après avoir rem­pli un for­mu­laire de ren­sei­gne­ment, elle avait été re­con­tac­tée par un conseiller. L’homme avait d’abord in­ves­ti 438 000 € qui avaient été ver­sés sur des comptes à l’étran­ger. En mars 2018, il avait convain­cu des membres de sa fa­mille et des amis, de le suivre dans ces pla­ce­ments. Il avait ain­si ef­fec­tué un deuxième ver­se­ment de 570 000 €. Toutes les vic­times ne sont pas en­core connues, mais le mon­tant de l’es­cro­que­rie se monte dé­jà à plu­sieurs mil­lions d’eu­ros. L’en­quête s’an­nonce d’ores et dé­jà très com­pli­quée. Une par­tie des pro­ta­go­nistes ci­tés dans le dos­sier se trouve en Is­raël, pays qui n’ex­trade pas ses res­sor­tis­sants.

Quant à l’in­for­ma­ti­cien pa­ri­sien, il a été re­mis en li­ber­té sous contrôle ju­di­ciaire par la chambre de l’ins­truc­tion de Rennes ven­dre­di ma­tin. Il pour­ra re­joindre son do­mi­cile après le ver­se­ment d’une cau­tion de 10 000 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.