Loi­sirs. Un es­cape game unique au Col­guen

Le Télégramme - Concarneau - - CONCARNEAU -

Une équipe de trois à six joueurs est en­fer­mée dans une salle mys­té­rieuse et elle a 60 mi­nutes pour re­le­ver un dé­fi, c’est le prin­cipe de l’es­cape game. Deux salles existent main­te­nant à Con­car­neau : la pre­mière est ou­verte de­puis la Tous­saint et la se­conde ou­vri­ra avant les va­cances de Noël.

Ou­vert en 2009 et ra­che­té en 2012 par Alain et Fré­dé­rique Del­forge, l’Île aux mômes (zone du Col­guen) était jus­qu’ici, comme son nom l’in­dique, une pro­po­si­tion de loi­sirs ex­clu­si­ve­ment des­ti­née aux en­fants, mais il y a du nou­veau. « Nous cher­chions à dé­ve­lop­per et à di­ver­si­fier notre ac­ti­vi­té et nous avons creu­sé l’idée d’un es­cape game. Nous sommes al­lés tes­ter ceux créés par Ro­nan et Ma­rion Le Guer­ne­vel à Au­ray et nous avons vé­cu une ex­pé­rience unique qui nous a convain­cus », ré­sume Alain Del­forge. Avec les deux créa­teurs mor­bi­han­nais, le couple d’en­tre­pre­neurs concar­nois a tra­vaillé pen­dant des mois sur deux es­cape games uniques. La pre­mière salle (« Bra­quage au mu­sée de la pêche ») a été ou­verte à la pé­riode de la Tous­saint et la se­conde (« Le ca­chot de Ké­rio­let ») ou­vri­ra avant les va­cances de Noël. Le prin­cipe : une équipe de trois à six joueurs est en­fer­mée dans une salle mys­té­rieuse et elle a 60 mi­nutes pour re­le­ver un dé­fi. « Rien ne peut se faire sans l’autre. C’est très im­mer­sif et il faut faire tra­vailler son ima­gi­na­tion », in­siste Fré­dé­rique Del­forge.

Ac­ces­sible à par­tir de 7 ans

Outre ses scé­na­rios très « lo­caux », l’es­cape game de Con­car­neau - qui ne trouve de concur­rence qu’à Quim­per et Lo­rient - a ce­ci de par­ti­cu­lier qu’il est ac­ces­sible à par­tir de 7 ans, du mo­ment qu’au moins un adulte est pré­sent. « Ce genre de pro­po­si­tion est éga­le­ment très bien adap­té aux en­tre­prises qui veulent tra­vailler une co­hé­sion de groupe et vivre des choses fortes en­semble », sou­ligne Alain Del­forge.

À Pa­ris, jus­qu’à deux mois d’at­tente

Pour Ro­nan Le Guer­ne­vel, le concep­teur du site d’Au­ray, « les es­cape games connaissent ac­tuel­le­ment un gros suc­cès et les gens sont le plus sou­vent em­bal­lés par l’ex­pé­rience vé­cue. À Pa­ris, il y a par­fois jus­qu’à deux mois d’at­tente et cer­taines per­sonnes font même le tour de France des salles tel­le­ment ils sont ac­cros ».

Avant les pro­chaines va­cances sco­laires, nous par­ta­ge­rons avec vous nos im­pres­sions après avoir tes­té cette nou­velle pro­po­si­tion de loi­sirs.

▼ Pra­tique

Plus d’in­for­ma­tions : www.es­ca­pe­game-con­car­neau.com.

Fré­dé­rique (ex­ploi­tante de l’Île aux mômes, zone du Col­guen) et Ma­rion Le Guer­ne­vel (créa­trice d’es­cape games).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.