Flo­rian Gué­guen vise la Route du Rhum 2022

Le Télégramme - Dinan - Dinard - Saint-Malo - - DINAN - DINARD - ST-MALO -

Le 4 no­vembre der­nier, Flo­rian Gué­guen, 26 ans, pre­nait le dé­part de la Route du Rhum en Class40. Si plu­sieurs ava­ries l’ont ame­né à aban­don­ner la course, cet an­cien chef de bord sur La Can­ca­laise compte bien la re­trou­ver en 2022.

Le 4 no­vembre, Flo­rian Gue­guen, 26 ans, pre­nait le dé­part de la Route du Rhum en Class40. Si plu­sieurs ava­ries l’ont ame­né à aban­don­ner la course, cet an­cien chef de bord sur La Can­ca­laise compte bien re­trou­ver le Rhum en 2022. Et avant ce­la, par­ti­ci­per à d’autres com­pé­ti­tions. Té­moi­gnage.

Le dé­part. « Avec un pro­jet qui avait com­men­cé il y a deux ans, c’était dé­jà une réus­site d’être au dé­part de la Route du Rhum, le 4 no­vembre der­nier. La course a été as­sez com­pli­quée avec la mé­téo, il y a eu trois ou quatre fronts as­sez vio­lents à pas­ser. Le ba­teau Équipe Voile Par­kin­son n’était pas for­cé­ment très bien conçu et a été fra­gi­li­sé au dé­part à cause des condi­tions cli­ma­tiques. »

Un pre­mier ar­rêt. « Je me suis ar­rê­té la pre­mière nuit à Camaret-sur-Mer. Un ba­lastt du ba­teau s’est dé­ver­sé com­plè­te­ment. J’ai fait in­ter­ve­nir des co­pains pour ré­pa­rer la tuyau­te­rie. Ce­la m’a pris sept heures en­vi­ron. »

Un se­cond. « Ren­du à une ving­taine d’heures de l’ar­ri­vée à la Co­rogne, où je comp­tais m’ar­rê­ter pour lais­ser pas­ser le mau­vais temps, le solent s’est com­plè­te­ment dé­rou­lé sur la par­tie su­pé­rieure. J’ai consta­té d’autres pe­tits sou­cis. »

« On est donc re­tour­né à Brest pour ef­fec­tuer les ré­pa­ra­tions. Cette fois-ci, ça nous a pris quelques jours. Je suis re­par­ti le di­manche mi­di. »

Un der­nier im­pi­toyable. « En ar­ri­vant de­vant La Co­rogne, c’était le gros black out. Il n’y avait plus de moyen de com­mu­ni­ca­tion. J’ai eu l’op­por­tu­ni­té de m’ar­rê­ter à Ca­ma­ri­nas, en Ga­lice. Il y avait une en­trée d’eau au des­sus des cir­cuits élec­tro­niques. On a fait in­ter­ve­nir un pro, mais ça n’a pas suf­fi. »

En plus, on a dé­cou­vert dans la fou­lée un autre pro­blème : les cloi­sons struc­tu­relles avaient fis­su­ré dans le mau­vais temps. Quand on s’en est aper­çu, c’était un peu tard pour ef­fec­tuer les ré­pa­ra­tions et nous n’avions pas le ma­té­riel né­ces­saire. »

C’était com­pli­qué de se rendre à l’évi­dence qu’il fal­lait ar­rê­ter, car toutes les condi­tions n’étaient pas rem­plies pour re­par­tir en toute sé­cu­ri­té. »

La Gua­de­loupe, tout de même. « J’avais pris l’en­ga­ge­ment avec France Par­kin­son de faire des ac­tions en Gua­de­loupe. Le but était de créer un co­mi­té de l’as­so­cia­tion. J’y suis al­lé une se­maine, j’y ai été bien ac­cueilli. J’ai tra­vaillé avec un neu­ro­logue qui se dé­mène pour or­ga­ni­ser des choses là-bas. »

Le ba­teau à son pro­prié­taire. « À mon re­tour en France, je suis re­tour­né en Ga­lice pour re­trou­ver le ba­teau et le ra­me­ner à son pro­prié­taire (Eric Le­pes­queux, ndlr), à Cherbourg. Puis nous avons fait le tour des par­te­naires pour clô­tu­rer le pro­jet. »

La suite du pro­jet. « De­puis le dé­but, je sou­haite m’ins­crire dans le temps avec France Par­kin­son. Le but est de par­tir sur un pro­gramme de quatre ans avec un évé­ne­ment mé­dia­tique chaque an­née au­tour de la course (la Jacques Vabre en 2019 et 2021, la Qué­bec-Saint-Ma­lo et la Tran­sat ba­ker­ly en 2020, pour fi­nir avec la Route du Rhum en 2022, ndlr), pour pro­mou­voir les ac­tions et chan­ger le re­gard au­tour de la ma­la­die. Je me ren­seigne sur les ba­teaux en vente. »

« J’en ai dé­jà vu quelques uns, plu­tôt com­pé­ti­tifs. L’équipe du pro­jet va conti­nuer à me suivre. La conven­tion avec France Par­kin­son est en cours. »

Flo­rian Gue­guen a re­trou­vé Can­cale… mais pas pour très long­temps.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.