Peste por­cine. Me­sures de pro­tec­tion en Lor­raine

Ac­ti­vi­tés éco­no­miques syl­vi­coles sus­pen­dues, fo­rêts in­ter­dites aux par­ti­cu­liers et chas­seurs, ins­tal­la­tion de clô­tures : la Lor­raine a ren­for­cé les me­sures pour évi­ter la pro­pa­ga­tion de la peste por­cine afri­caine, ma­la­die dé­tec­tée sur des san­gliers en Bel

Le Télégramme - Guingamp - - France -

Deux san­gliers sur­pris dans une fo­rêt, près de Saint-Hu­bert, en Bel­gique. La peste por­cine afri­caine a été dé­tec­tée chez ces ani­maux en Bel­gique. La France tente de li­mi­ter la pro­pa­ga­tion de l’épi­zoo­tie.

« On ne pré­tend pas que la clô­ture et les ré­pul­sifs se­ront une bar­rière in­fran­chis­sable, puisque la peste peut se dif­fu­ser de plu­sieurs ma­nières, mais il fal­lait ten­ter quelque chose », ex­plique le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion de chasse, Pa­trick Mas­se­net. « On ne peut plus res­ter les bras bal­lants en fai­sant des réunions à par­ler de la peste por­cine », ajoute-t-il.

En lien avec la pré­fec­ture de Meur­theet-Mo­selle, la fé­dé­ra­tion de chasse du dé­par­te­ment et les agri­cul­teurs vont ins­tal­ler, ce week-end, clô­tures et ré­pul­sifs à san­gliers sur une tren­taine de ki­lo­mètres le long de la fron­tière belge. La pose de clô­tures en zone fron­ta­lière pour li­mi­ter les mou­ve­ments des san­gliers est pré­vue dans l’un des deux ar­rê­tés mi­nis­té­riels re­la­tifs aux me­sures de pro­tec­tion et de sur­veillance pris, cette se­maine, pour pré­ve­nir la pro­pa­ga­tion du vi­rus dans les Ar­dennes, la Meuse et la Meurthe-et-Mo­selle.

Mo­bi­li­sa­tion

« L’ins­tal­la­tion des clô­tures per­met­tra, en temps utile, la re­prise d’une chasse in­ten­sive dans la zone d’ob­ser­va­tion ren­for­cée pour ré­duire la po­pu­la­tion de san­gliers », a ex­pli­qué, sa­me­di, le mi­nistre de l’Agri­cul­ture, Sté­phane Tra­vert, ap­pe­lant de nou­veau « l’en­semble des ac­teurs à se mo­bi­li­ser pour pré­ser­ver le sta­tut de la France, in­demne de peste por­cine afri­caine ». Les pré­fec­tures des Ar­dennes, de la Meuse et de la Meurthe-et-Mo­selle ont in­ter­dit les loi­sirs (pro­me­nade, cueillette des cham­pi­gnons, sports…), la chasse et les ac­ti­vi­tés pro­fes­sion­nelles en fo­rêt dans une zone d’ob­ser­va­tion ren­for­cée (Zor) dé­li­mi­tée le long de la fron­tière belge, por­tant sur 41 com­munes en Meuse et 50 en Meurthe-et-Mo­selle. Dans les Ar­dennes, cette zone a été ré­duite à l’ouest, pas­sant de 43 à 22 com­munes, a in­di­qué, sa­me­di, la pré­fec­ture de ce dé­par­te­ment. La chasse est donc de nou­veau au­to­ri­sée dans les 21 com­munes sor­ties du pé­ri­mètre, qui étaient les plus éloi­gnées des cas belges.

79 ca­davres en Bel­gique

La pré­sence de la peste por­cine afri­caine a été dé­tec­tée en Bel­gique, le 13 sep­tembre, et, de­puis, « 79 ca­davres de san­gliers ont été re­trou­vés por­teurs du vi­rus », se­lon le mi­nis­tère wal­lon de l’Agri­cul­ture. Au­cun porc ma­lade n’a en­core été re­cen­sé dans les ex­ploi­ta­tions en Bel­gique. Mais par pré­cau­tion, 4 000 porcs ont été abat­tus dans ce pé­ri­mètre ju­gé à risque au sud du pays.

La France reste épar­gnée par cette épi­zoo­tie, qui touche les sui­dés et se trans­met par contact entre ani­maux. « Mais elle peut éga­le­ment se dis­sé­mi­ner par des mou­ve­ments de vé­hi­cules, de per­sonnes en pro­ve­nance des zones in­fec­tées ou par l’in­ter­mé­diaire de den­rées ali­men­taires conta­mi­nées », a sou­li­gné la pré­fec­ture de la Meuse. « Si la peste por­cine voyage avec l’ac­ti­vi­té hu­maine, on ne pour­ra plus rien faire », sou­pire le pré­sident des chas­seurs de Meurthe-et-Mo­selle. Se­lon lui, la ma­la­die « avance de 500 m à deux km par mois, mais, en Bel­gique, elle a pro­gres­sé de quatre à cinq km de­puis un mois. Et là, elle est à 5 km de la fron­tière ».

Éle­veurs an­gois­sés

La pers­pec­tive d’une conta­mi­na­tion in­quiète la fi­lière por­cine fran­çaise, dé­jà fra­gile. « Les éle­veurs sont for­cé­ment an­gois­sés avec le spectre de la peste por­cine qui pour­rait leur tom­ber des­sus », a in­di­qué le pré­sident de la FDSEA de Meurthe-et-Mo­selle, Luc Bar­bier. Il n’existe pas de vac­cin ef­fi­cace contre cette ma­la­die, mor­telle à 100 %.

Les éle­vages lor­rains et ar­den­nais sont sou­mis à une sur­veillance ren­for­cée de­puis un mois. Les me­sures à des­ti­na­tion des pro­fes­sion­nels, des par­ti­cu­liers et des chas­seurs sont ap­pli­cables jus­qu’au 20 oc­tobre, mais elles pour­raient être re­con­duites se­lon l’évo­lu­tion de la si­tua­tion sa­ni­taire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.