Por­tu­gal. Dé­li­cieuse Por­to

Le Télégramme - Landerneau - Lesneven - - VOYAGE - Eléo­nore Bohn

Bor­dée par le Dou­ro, Por­to a long­temps ti­ré sa ri­chesse de ce fleuve qui ser­vait au­tre­fois à ache­mi­ner le vin. Mais la deuxième ville du Por­tu­gal pos­sède d’autres atouts : ses plages, son ar­chi­tec­ture et sa vie noc­turne. Ci­té cô­tière, Por­to a joui d’une im­por­tante re­nom­mée grâce à ses né­goces de vins. Au­jourd’hui, le fleuve du Dou­ro ne sert plus que pour les croi­sières des tou­ristes. Quelques barques qui ache­mi­naient le breu­vage à base de rai­sins restent ex­po­sées à quai de la Vi­la No­va de Gaia, lieu de tous les chais, où sont conser­vés les vins. Le soir les en­seignes brillent comme les lettres d’Hol­ly­wood sur le mont Lee.

Les caves de la Vi­la No­va de Gaia

En lon­geant le quai, les ter­rasses bé­né­fi­cient du so­leil du soir. Idéal pour l’apé­ri­tif. Au bout de la pro­me­nade, le mar­ché cou­vert Mer­ca­do Bei­raRio per­met de se res­tau­rer au gré de ses en­vies. Stands de fruits, des­serts, char­cu­te­ries, fro­mages, à cha­cun ses goûts et tout le monde peut se re­trou­ver au­tour de la même table sous la belle ver­rière.

Pour re­joindre la berge de Por­to, en face : re­brous­ser che­min et em­prun­ter la pas­se­relle du pont ou uti­li­ser le té­lé­phé­rique et s’of­frir une vue plon­geante sur les quais et l’em­bou­chure du Dou­ro.

Tout en mé­tal, sur deux ni­veaux, le pont Louis 1er, en hom­mage au roi qui l’a inau­gu­ré en 1886, re­lie la ville de Por­to à la Vi­la No­va de Gaia. La tra­ver­sée s’ef­fec­tue à pied, en voi­ture ou en tram. Im­po­sant et in­dé­bou­lon­nable, il est si­gné Théo­phile Sey­ring, un dis­ciple de Gus­tave Eif­fel. Ce n’est pas le seul pont re­mar­quable de la ville. Il y a aus­si ce­lui d’Ar­ra­bi­da, un chef-d’oeuvre de gé­nie por­tu­gais construit par Ed­gar Car­do­so.

Inau­gu­ré en 1963, il a dé­te­nu le re­cord du monde des ponts en arc de bé­ton ar­mé.

Prendre de la hau­teur pour la ca­pi­tale de la culture

À proxi­mi­té se trouve le quar­tier de Boa­vis­ta. Ré­si­den­tiel et proche de la côte, il concentre des ar­chi­tec­tures mo­dernes. La plus longue ave­nue de la ville, épo­nyme du quar­tier est pa­vée de bou­tiques et d’hô­tels.

Des plages de Foz do Dou­ro, cette ar­tère per­met d’at­teindre la Ca­sa da mu­si­ca. Im­mense bâ­ti­ment contem­po­rain, il a été construit en 2001, lorsque Por­to avait été élue ca­pi­tale de la culture. Son roof top pro­met une belle vue sur les toits de la ville.

Pour prendre de la hau­teur, di­rec­tion le centre his­to­rique de Ri­bei­ra. La Torre dos Cle­ri­gos, consti­tuée de 240 marches est plus étroite qu’un phare bre­ton. L’as­cen­sion, ren­due com­pli­quée par l’exi­guï­té des es­ca­liers, se mé­rite. On re­tient d’avan­tage l’église ba­roque qui se vi­site de­puis les cour­sives et le choeur.

Ri­bei­ra, le coeur de la ville

Au pied de l’édi­fice du XVIIIe siècle, le tramway des an­nées 1900 em­prunte un cir­cuit his­to­rique. Mais pour les ruelles mé­dié­vales, comme celles du quar­tier juif, elles se par­courent à pied. En tra­ver­sant le pas­seio dos cle­ri­gos et ses oli­viers, on prend une grande res­pi­ra­tion de vert, avant de s’en­gouf­frer dans les rues de Cais do So­dré, Ga­le­ria de Pa­ris et Rua Can­di­do dos Reis où les noc­tam­bules se dé­lectent de quelques verres. Pubs, dis­co­thèques, ca­fés-concerts, le pouls de la ville bat son plein jus­qu’au bout de le nuit.

Pho­to Eléo­nore Bohn

Por­to doit sa no­to­rié­té à son vin bien sûr, mais il n’est pas le seul atout de la ville !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.