Mi­grants. Les îles grecques dé­bor­dées

Alors que la sai­son tou­ris­tique bat son plein en Grèce, des mil­liers de mi­grants sont blo­qués sur les îles, pri­vés d’oc­cu­pa­tion, et es­pé­rent ga­gner l’Eu­rope du Nord au plus vite. Re­por­tage.

Le Télégramme - Lannion - Paimpol - - MONDE & FRANCE - Fa­bien Per­rier

De notre cor­res­pon­dant en Grèce. Sur l’île grecque de Les­bos, Jean­cy sou­lève un plas­tique gris. « C’est l’en­trée de chez moi, plai­sante-t-il. J’ai construit cette tente avec ce que j’ai trou­vé ! Une bâche, de vieilles cou­ver­tures… » Ar­ri­vé à la mi-mars, ce Congo­lais de 22 ans dort sous cet abri de for­tune dans le « hots­pot » de Mo­ria, le centre d’en­re­gis­tre­ment, de tri et d’hé­ber­ge­ment des mi­grants qui ont tra­ver­sé la Mer Égée de­puis la Tur­quie. Au­tour de Jean­cy, contai­ners et autres ca­banes im­pro­vi­sées sont ali­gnés, pleins à cra­quer.

« Le camp est sur­peu­plé ! Il est conçu pour 3 100 per­sonnes mais il y vit plus de 7 500 », dé­plore Ioan­nis Bal­pa­ka­kis, le di­rec­teur du « hots­pot ». Qui ajoute, avec une pointe d’iro­nie : « Nous sommes la deuxième plus grande ville de l’île après My­ti­lène, sa ca­pi­tale ». À l’in­té­rieur du camp, les mi­grants se sont or­ga­ni­sés. Coif- feurs, points de vente d’ali­ments… Une pe­tite ville, ef­fec­ti­ve­ment.

Ces centres, créés sous la pres­sion de l’Union eu­ro­péenne (UE), en 2015, de­vaient être des lieux de pas­sage où les mi­grants dé­po­saient leur de­mande d’asile après un contrôle d’iden­ti­té, une vi­site médicale ain­si que des prises d’em­preintes di­gi­tales. L’en­re­gis­tre­ment y est tou­jours ef­fec­tué, ain­si que les dif­fé­rents contrôles. Mais avec l’ac­cord si­gné entre l’UE et la Tur­quie, en mars 2016, les mi­grants sont blo­qués sur les îles, qu’ils quittent au compte-gouttes quand ils ont ob­te­nu des pa­piers ou parce que leurs condi­tions de san­té les y obligent.

8 500 mi­grants ar­ri­vés sur l’île de­puis jan­vier

« En 2016 et 2017, cer­tains sont res­tés plus d’un an dans le camp », re­con­naît le di­rec­teur. Et même si, se­lon lui, « nous de­vrions en­voyer pro­chai­ne­ment 3 000 mi­grants sur le conti­nent », la si­tua­tion à l’in­té­rieur de ce centre est « dé­plo­rable », se­lon de nom­breuses ONG comme Mé­de­cins sans fron­tières (MSF). Le gou­ver­ne­ment grec tente d’aug­men­ter les ca­pa­ci­tés d’ac­cueil et d’amé­lio­rer les condi­tions de vie à l’in­té­rieur du « hots­pot ». Mais les mi­grants conti­nuent de dé­bar­quer de­puis la Tur­quie sur les îles grecques, portes d’en­trée dans l’Union eu­ro­péenne. De­puis jan­vier 2018, ils sont un peu plus de 16 000 à être ar­ri­vés en terre hel­lène, dont 8 500 rien qu’à Les­bos.

« Les­bos est de­ve­nue une pri­son »

Jean­cy es­père une ré­ponse ra­pide à sa de­mande d’asile. « Je n’ai rien à faire ici. Je suis mé­ca­ni­cien. Je vou­drais suivre une for­ma­tion… Mais nous n’avons le droit ni d’étu­dier ni de tra­vailler », se dé­sole-t-il, conscient qu’il n’est « pas le bien­ve­nu en Eu­rope ». « En ar­ri­vant à Mo­ria, l’es­poir des mi­grants est au sum­mum », ex­plique Lu­ca Fon­ta­na, co­or­di­na­teur de MSF à Les­bos. Il sait que les mi­grants viennent d’éprou­ver une tra­ver­sée dan­ge­reuse, par­fois mor­telle et qu’ils sont sou­la­gés d’avoir ga­gné l’Eu­rope. Mais, pour­suit l’hu­ma­ni­taire, « ils voient qu’ils sont sans droit et ne sont plus pro­prié­taires de leur fu­tur. Les consé­quences sont énormes, no­tam­ment sur leur san­té men­tale ». Les ma­ni­fes­ta­tions vont de dé­pres­sions à des mu­ti­la­tions, voire des sui­cides, se­lon MSF.

Le co­or­di­na­teur conclut : « Les­bos est de­ve­nue une pri­son ». Comme les autres îles grecques, où plus de 18 500 mi­grants at­tendent un pas­sage vers un autre pays eu­ro­péen… Chaque jour plus hy­po­thé­tique.

Pho­to Ulysse Gutt­mann-Faure

Le gou­ver­ne­ment grec tente d’aug­men­ter les ca­pa­ci­tés d’ac­cueil et d’amé­lio­rer les condi­tions de vie pour les mi­grants à l’in­té­rieur des « hots­pots », comme ici, au camp de Vial, sur l’île de Chios.

Pho­to AFP

Dans les îles grecques, plus de18 500 mi­grants at­tendent un pas­sage vers un autre pays eu­ro­péen.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.