Un ami fi­dèle qui peut aus­si être dan­ge­reux

Le Télégramme - Lorient - - La Une - Jacques Chan­teau

Chaque an­née, 500 000 mor­sures de chiens sont dé­cla­rées en France, no­tam­ment en Bre­tagne où plu­sieurs per­sonnes ont été mor­dues ces der­nières se­maines. Qui sont les chiens les plus concer­nés ? Comment évi­ter de se faire mordre ? Qui est res­pon­sable ? Ré­ponses.

Le week-end der­nier, une pe­tite fille a été mor­due par un chien, alors qu’elle se trou­vait chez sa grand-mère, à Lan­vol­lon (22). De­puis quelques se­maines, plu­sieurs per­sonnes ont ain­si été agres­sées par des chiens, no­tam­ment dans les Cô­tesd’Ar­mor. Cer­tains trouvent « trop lé­gères » les condam­na­tions en­cou­rues par les maîtres. Lan­vol­lon, Lou­déac….

Di­manche, à Lan­vol­lon, une fillette, âgée de 3 ans, a été griè­ve­ment mor­due au vi­sage par le chien (un boxer croi­sé dogue ar­gen­tin) d’un ami de ses pa­rents. Il y a un peu plus d’un mois, deux at­taques de chiens ont eu lieu à Lou­déac. Une Lou­déa­cienne a ain­si été bles­sée à la main par un chien en er­rance tan­dis que la po­lice avait dû, quelques jours avant, abattre un chien ca­té­go­ri­sé dan­ge­reux. Au prin­temps, c’est un Paim­po­lais d’une tren­taine d’an­nées qui, après avoir mar­ché sur la patte bles­sée de son bou­vier ber­nois croi­sé ber­ger belge, a été mor­du au nez.

500 000 mor­sures par an.

D’après le centre de do­cu­men­ta­tion d’in­for­ma­tion de l’as­su­rance, 500 000 mor­sures de chiens sont dé­cla­rées en France, chaque an­née, des bles­sures dé­clen­chant 60 000 hos­pi­ta­li­sa­tions. Se­lon une en­quête de l’ins­ti­tut de veille sa­ni­taire (IVS), les bles­sures sont plus nom­breuses et plus graves chez les plus jeunes. Elles se si­tuent sou­vent au ni­veau de la tête et du cou, ce qui peut en­traî­ner des sé­quelles phy­siques, es­thé­tiques et psy­cho­lo­giques. Le plus sou­vent, la per­sonne qui a été mor­due connais­sait le chien et les agres­sions se pro­duisent au do­mi­cile. Entre 1990 et 2010, l’IVS a comp­ta­bi­li­sé 33 dé­cès suite à des mor­sures de chien. Les deux tiers des vic­times étaient des en­fants de moins 15 ans et 16 avaient moins de cinq ans.

Le ber­ger al­le­mand le plus mor­deur.

Se­lon l’étude de l’IVS, les chiens qui mordent le plus sont le ber­ger al­le­mand (10 % des cas), le la­bra­dor (9 %), le jack rus­sel (6 %), le beau­ce­ron (3 %), le bor­der col­lier (3 %), le boxer (3 %), le rott­weiller (3 %) et le ber­ger belge (3 %). À no­ter que sur les 400 races de chien ré­per­to­riées, le la­bra­dor et le ber­ger al­le­mand sont aus­si les plus nom­breux par­mi les 7,8 mil­lions de chiens de l’Hexa­gone.

Trois fac­teurs mor­dus par jour : des for­ma­tions…

Chaque jour, trois fac­teurs se font mordre en France. Des for­ma­tions de prévention leur sont pro­po­sées. « L’at­ti­tude des per­sonnes face à un chien do­mi­nant, équi­li­bré ou peu­reux, est dé­ter­mi­nante pour désa­mor­cer une pos­sible agres­sion. Il est im­por­tant de connaître les pos­tures ca­rac­té­ris­tiques du chien (de jeu, de sou­mis­sion ou de do­mi­na­tion), ex­plique San­drine Le Flem, an­cienne édu­ca­trice et com­por­te­men­ta­liste ca­nin, qui ani­mait des for­ma­tions de prévention au­près de fac­teurs bre­tons.

et des conseils…

« De­vant un chien agres­sif, conseille San­drine Le Flem, il ne faut sur­tout pas s’en­fuir en cou­rant, ni faire de gestes brusques. Il faut es­sayer de par­tir tran­quille­ment en marche ar­rière. Il ne faut ja­mais fixer un chien dans les yeux, c’est un signe de dé­fi et de ba­garre. Il ne faut pas ca­res­ser un chien que l’on ne connaît pas et qui ne vous connaît pas. At­ten­tion ! Ca­res­ser un chien sur le des­sus de la tête est un signe de do­mi­na­tion. Beau­coup d’ac­ci­dents sont dus à un manque d’au­to­ri­té du maître ou de la maî­tresse ». L’en­quête de l’IVS dé­montre aus­si que les mor­sures sur en­fants se pro­dui­saient lorsque le chien était dé­ran­gé. Il est donc conseillé de ne ja­mais lais­ser un en­fant en­nuyer un chien. Il faut éga­le­ment évi­ter qu’un en­fant reste seul avec un chien.

Res­pon­sa­bi­li­té.

Se­lon le Code ci­vil et l’ar­ticle 1243, « le pro­prié­taire d’un ani­mal, ou ce­lui qui s’en sert, pen­dant qu’il est à son usage, est res­pon­sable du dom­mage que l’ani­mal a cau­sé, soit que l’ani­mal fût sous sa garde, soit qu’il fût éga­ré ou échap­pé ». La per­sonne res­pon­sable d’une mor­sure d’un chien doit rem­bour­ser les dom­mages que l’ani­mal a cau­sés, qu’ils soient phy­siques, ma­té­riels ou mo­raux.

Des condam­na­tions.

À Guilliers (56), une jog­geuse et une pro­me­neuse avaient été at­ta­quées par des chiens de type beau­ce­ron. Il y a un mois, le tri­bu­nal de Vannes a condam­né le pro­prié­taire de ces chiens à trois mois de pri­son avec sur­sis et il de­vra payer une amende de 50 €. Ses cinq chiens lui ont été confis­qués.

En mars 2017, au Faou (29), un en­fant de neuf ans avait été atro­ce­ment mor­du par deux ber­gers al­le­mands. « J’ai cru que j’al­lais mou­rir mais je n’ai pas pleu­ré », confie­ra l’en­fant qui a su­bi de très graves mor­sures au bras gauche, à l’épaule droite, aux fesses et à la cuisse gauche ». Au mois de mars der­nier, le tri­bu­nal de Quim­per a in­fli­gé, au pro­prié­taire des chiens, une amende de 1 500 €, dont 500 €, avec sur­sis. Le tri­bu­nal l’a éga­le­ment condam­né à ver­ser 800 € de dom­mages et in­té­rêts.

Pho­to Claude Prigent

Chaque an­née, 500 000 mor­sures de chiens sont dé­cla­rées en France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.