Cosmétiques. Les PME du Grand Ouest veulent pe­ser

Lan­cé, jeu­di, à Lan­der­neau, le Cos­mé­to­pôle du Grand Ouest vise à struc­tu­rer la fi­lière des PME de l’in­dus­trie cos­mé­tique.

Le Télégramme - Loudéac - Rostrenen - - ÉCONOMIE -

« Dans l’in­dus­trie cos­mé­tique, les pro­blé­ma­tiques ren­con­trées par les PME sont com­plè­te­ment dif­fé­rentes de celles des grands groupes », ex­plique Ro­main Bat­teur, di­rec­teur gé­né­ral du La­bo­ra­toire Gil­bert (1 000 sa­la­riés équi­va­lents temps plein) qui fait tour­ner l’en­tre­prise OTB de Lan­der­neau. « On l’a en­core vu avec la loi de 2015 qui ré­gle­mente la mise sur le mar­ché des nou­veaux pro­duits. Les grands groupes, comme L’Oréal, Proc­ter & Gamble, John­son & John­son, ont été net­te­ment fa­vo­ri­sés. Toute une bat­te­rie de nou­veaux tests est dé­sor­mais obli­ga­toire. Ça va frei­ner le dé­ve­lop­pe­ment des PME, car c’est très coû­teux. Or l’in­no­va­tion, ce sont sur­tout les pe­tites en­tre­prises qui la portent ! » dé­plore l’in­dus­triel qui rap­pelle qu’« en France, 95 % des 1 800 so­cié­tés du cos­mé­tique sont de pe­tite taille ».

D’où la créa­tion d’un Cos­mé­to­pôle. L’as­so­cia­tion Cos­med, ini­tia­le­ment dans le Sud pour re­pré­sen­ter les PME de l’in­dus­trie cos­mé­tique, couvre dé­sor­mais tout l’Hexa­gone. Si San­drine Mor­van en est la co­or­di­na­trice pour tout le Grand Ouest de­puis six, elle est sou­vent pré­sente à Guin­gamp en raison de la proxi­mi­té de la fi­lière cos­mé­tique de l’UCO.

Des re­cru­te­ments dans l’Ouest

Ses mis­sions ont été ren­for­cées avec la créa­tion d’un « Cos­mé­to­pôle du Grand Ouest » an­non­cée, hier à Lan­der­neau, aux 72 adhé­rents ré­gio­naux. « Le pôle ne se concré­ti­se­ra pas par une ins­tal­la­tion phy­sique dans des bu­reaux et ne se sub­sti­tue­ra pas aux pôles de com­pé­ti­ti­vi­té », ex­plique Ro­main Bat­teur, re­pré­sen­tant le Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de Cos­med. « Il s’agit en fait d’une mon­tée en puis­sance ». Jusque-là, l’as­so­cia­tion pro­po­sait sur­tout une veille ré­gle­men­taire et scien­ti­fique sur 115 pays et dé­li­vrait les cer­ti­fi­cats de vente libre (CVL) in­dis­pen­sables pour les ex­por­ta­tions. Avec le Cos­mé­to­pôle et les autres pôles ré­gio­naux, Cos­med compte bien dé­ve­lop­per les sy­ner­gies entre en­tre­prises et ren­for­cer leur vi­si­bi­li­té au­près des élus et des fi­nan­ceurs ré­gio­naux. Ain­si que leur poids dans les dis­cus­sions à ve­nir avec les agences sa­ni­taires, les mi­nis­tères et l’Eu­rope.

« Même si nous res­tons concur­rents, c’est in­dis­pen­sable de dis­cu­ter avec les autres en­tre­prises pour pro­gres­ser… ». Comme So­phie Mar­cha­dour du labo Cos­ma­rine (Saint-Di­vy, 29), les pa­trons de PME bre­tonnes ap­pré­cient de plus en plus la mise en ré­seau des PME du cos­mé­tique. Pour fa­vo­ri­ser ces échanges, San­drine Mor­van or­ga­nise aus­si des Clubs de BPF (bonnes pra­tiques de fa­bri­ca­tion) pour des par­tages d’ex­pé­rience qui connaissent un grand suc­cès en Bre­tagne. Le groupe bre­ton Yves Ro­cher y par­ti­cipe par­fois. Dans les pro­jets de l’as­so­cia­tion fi­gure par ailleurs le dé­ve­lop­pe­ment de son grou­pe­ment d’achats pour ré­duire les coûts des ma­tières pre­mières, des em­bal­lages etc. Der­nier ob­jec­tif de Cos­med : pe­ser dans le choix des for­ma­tions. « Nous sommes un sec­teur où le solde des em­plois est tou­jours po­si­tif. Des cen­taines de postes pour­raient être pour­vues dans l’Ouest, nous n’ar­ri­vons pas à re­cru­ter des conduc­teurs de ligne par exemple, ni des tech­ni­ciens de main­te­nance ! »

Pho­to Flore Li­man­tour

Ro­main Bat­teur, le di­rec­teur gé­né­ral du La­bo­ra­toire Gil­bert et San­drine Mor­van, co­or­di­na­trice de Cos­med.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.