Can­cer. Un ma­ra­thon après la ré­mis­sion

Ce di­manche, une équipe d’amis di­nan­nais court le ma­ra­thon de Lis­bonne, au Por­tu­gal. Par­mi eux, un Lé­hon­nais de 32 ans qui sort d’un an et de­mi de lutte contre un can­cer des gan­glions. Une cause qu’ils ont fait leur en lan­çant une col­lecte de fonds.

Le Télégramme - Loudéac - Rostrenen - - DINAN -

9 avril 2017. Une foule de 43 000 spor­tifs dé­ferle sur les Champs-Ély­sées pour le ma­ra­thon de Pa­ris. Par­mi eux, une équipe de six co­pains ori­gi­naires des alen­tours de Di­nan. Nom de code ? La « team Cre­tard », du nom de leur pseu­do pré­sident, Yo­hann Cre­ton. Des amou­reux de la course à pied qui aiment à se re­trou­ver, une fois par an, sur une course pres­ti­gieuse : Pa­ris en 2015 et 2017, Bar­ce­lone en 2016. Par­mi les six membres de l’équipe, le Lé­hon­nais Co­ren­tin Rouaux prend vite un peu d’avance sur ses potes. « Et puis, un ki­lo­mètre après nous avoir lâ­ché, on l’a rat­tra­pé. Il ne se sen­tait pas très bien. Je pense que c’était les pre­miers signes de son can­cer », ra­conte Ro­main Le­pe­tit, l’un de ces ma­ra­tho­niens. À 31 ans, Co­ren­tin Rouaux, qui ha­bite et tra­vaille à Londres, est en­core loin d’ima­gi­ner ce qui l’at­tend.

Pas dé­ce­lé en An­gle­terre

« Les pre­miers vrais symp­tômes sont ar­ri­vés vers mai, juin : des dif­fi­cul­tés à res­pi­rer, l’ap­pé­tit cou­pé. Le gan­glion can­cé­reux était dans ma poi­trine et ap­puyait sur ma tra­chée, la ré­dui­sant à la taille d’une paille. Mais rien ne se voyait de l’ex­té­rieur. En An­gle­terre, on m’a diag­nos­ti­qué de l’asthme », ra­conte le jeune homme. De re­tour pour un week-end à Lé­hon, dé­but juillet, Co­ren­tin consulte le mé­de­cin de fa­mille, qui le connaît de­puis tout pe­tit. « Tout de suite, il m’a dit : Ce n’était pas de l’asthme, et tu ne re­pars pas en An­gle­terre tant qu’on ne sait pas ce que c’est ».

Sur les con­seils du tou­bib, il file à l’hô­pi­tal de Saint-Ma­lo puis est en­voyé le len­de­main, un lun­di, au centre hos­pi­ta­lier de Pont­chaillou, à Rennes.

L’in­quié­tude monte, le diag­nos­tic pré­cis tom­be­ra le ven­dre­di : un lym­phome, can­cer des gan­glions. « Le mer­cre­di sui­vant, j’ai dé­mar­ré les pro­to­coles de chi­mio­thé­ra­pie, qui ont du­ré jus­qu’à fin dé­cembre. Je suis res­té tout l’été à l’hô­pi­tal. Ce sont des pé­riodes très dures. Être bien en­tou­ré per­met de les sur­mon­ter ».

Col­lecte de fonds réus­sie !

Quelques mois après l’ar­rêt de la « chi­mio », Co­ren­tin en­tame la phase de ré­mis­sion et re­prend du poil de la bête. Il se re­met en tête de cou­rir. Et de re­trou­ver les co­pains au plus vite sur un ma­ra­thon. « Mon pre­mier « run » d’un ki­lo­mètre et de­mi seule­ment, a été très dur. Puis ça a été mieux. D’ha­bi­tude, avec les co­pains, on cale notre ma­ra­thon au prin­temps ; là, ils ont tous dé­ca­lé à l’au­tomne pour me lais­ser le temps. Être à Lis­bonne ce week-end, c’est gé­nial. Je n’ai ja­mais été aus­si mo­ti­vé », sa­voure Co­ren­tin, dé­jà ro­dé par un se­mi-ma­ra­thon ré­cent à Wim­ble­don, à Londres. Les six co­pains réunis ont dé­ci­dé d’ajou­ter l’utile à l’agréable en por­tant les cou­leurs de l’as­so­cia­tion France Lym­phome Es­poir, qui aide les ma­lades et leurs fa­milles. Fin sep­tembre, ils ont lan­cé une col­lecte de fonds par in­ter­net au pro­fit de cette as­so­cia­tion de pa­tients. Sa­me­di, l’ob­jec­tif de 2 000 € était lar­ge­ment dé­pas­sé : on frô­lait les 3 000 € col­lec­tés ! Bien sûr, on peut tou­jours don­ner pour lut­ter contre ce can­cer très mé­con­nu, pour­tant le troi­sième plus ré­pan­du chez les en­fants.

DR

De gauche à droite : Ro­main Le­pe­tit, Da­vid Brial, Co­ren­tin Rouaux, Fran­çois Villa­lon, Yoann Cre­ton et Ju­lien Sèche, la « team Cre­tard » au com­plet à Lis­bonne, sa­me­di 13 oc­tobre, avec le tee-shirt de France Lym­phome Es­poir.Pho­to

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.