La vic­toire ou le déses­poir

EA Guin­gamp - Amiens

Le Télégramme - Loudéac - Rostrenen - - FOOTBALL -

Le pré­ci­pice n’a ja­mais été aus­si proche. Dé­faits à Di­jon (2-1), mer­cre­di, à l’is­sue d’un scé­na­rio qui han­te­ra leurs nuits pen­dant long­temps, les Guin­gam­pais ont ag­gra­vé une si­tua­tion tou­jours plus alar­mante. Les pieds au bord du vide, ils re­çoivent ce sa­me­di une for­ma­tion amié­noise qui les de­vance de cinq points et qu’ils ne peuvent se per­mettre de lais­ser fi­ler comme ils l’ont fait avec les Di­jon­nais, trois jours plus tôt. Sous peine de glis­ser dé­fi­ni­ti­ve­ment vers le fond.

« Il faut que ça passe, confirme Jo­ce­lyn Gour­ven­nec. Et on s’est condi­tion­né pour ça. C’est un match très im­por­tant, il en reste trois avant la trêve, dont deux à do­mi­cile de suite. On se­rait bien ins­pi­ré de bien com­men­cer ».

L’exemple ajac­cien

Comp­ta­ble­ment, aus­si ar­du semble être le dé­fi, il n’est pas en­core in­sur­mon­table. L’AC Ajac­cio en fit d’ailleurs la preuve lors de la sai­son 2011-2012 à l’is­sue de la­quelle elle s’était main­te­nue après n’avoir comp­té que huit points après 16 jour­nées. Les co­équi­piers de Guiller­mo Ochoa avaient re­le­vé la tête deux jour­nées plus tard à do­mi­cile, face au Stade Ren­nais. Voi­là qui pour­rait donc don­ner des idées aux qui se frot­te­ront au voi­sin bre­tillien dans dix jours, éga­le­ment lors de la 18e jour­née… Ce­pen­dant, l’in­quié­tude naît moins du clas­se­ment que de l’in­ca­pa­ci­té cos­tar­mo­ri­caine à ga­gner des matchs. De­puis le dé­but de sai­son, la fé­bri­li­té des Guin­gam­pais, no­tam­ment sur le plan of­fen­sif, hy­po­thèque leur ren­de­ment et illustre un sen­ti­ment d’im­puis­sance. A ce­la s’ajoute une somme d’aléas né­ga­tifs. L’équipe est am­pu­tée d’au moins deux joueurs ma­jeurs de­puis le dé­but d’exer­cice et elle se heurte, trop sou­vent, à un manque de réus­site qui la plombe, à l’image de la pa­rade de Wal­ter Be­ni­tez sur la tête de Cheick Trao­ré dans les ar­rêts de jeu, sa­me­di, face à Nice (0-0).

Lutte contre la fa­ta­li­té

Or, l’ac­cu­mu­la­tion de dé­con­ve­nues laisse des traces au sein d’un groupe qui ne peut pour­tant se per­mettre d’at­tendre Noël pour ré­agir. « On a dit qu’on se re­fe­ra au Rou­dou­rou, ça reste d’ac­tua­li­té, es­time l’en­traî­neur guin­gam­pais. Quel qu’ait pu être le score à Di­jon. On a be­soin de re­ga­gner un match chez nous. Notre en­tre­prise pour re­mon­ter au clas­se­ment passe par notre stade. Je pense qu’au­jourB­re­tons, d’hui, on su­bit moins d’oc­ca­sions de l’ad­ver­saire. Nous sommes plus her­mé­tiques, plus cos­tauds dé­fen­si­ve­ment. A un mo­ment don­né, en ayant cette force col­lec­tive et cette en­vie de faire tour­ner les choses, ça va bas­cu­ler. Et le plus tôt se­ra le mieux ». Bas­cu­ler sur le plan comp­table mais aus­si dans les têtes. Car En Avant ne tient plus sa sai­son qu’à un fil et le déses­poir guette une équipe frap­pée par une forme de ma­lé­dic­tion. A elle de lut­ter tant qu’il est en­core temps contre cette fa­ta­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.