La so­li­tude du ve­gan au pays du co­chon

Le Télégramme - Morlaix - - EN DÉBATS - Anne Les­sard

Deux bou­che­ries ont été la cible d’at­taques de la part de mi­li­tants an­ti­spé­cistes ces der­niers jours à Brest. Des faits sus­ci­tant, sur les ré­seaux, une mise à l’in­dex claire et nette des ve­gans ra­di­caux.

« Que cha­cun mange ce qu’il veut ! ». Pous­sé par Jen­ni­fer, voi­ci le nou­veau cri de ral­lie­ment sur les ré­seaux. Pas­cal adhère : « Je mange très peu de viande mais ce n’est pas aux ve­gans de dic­ter la loi ». Des mi­li­tants qui,

« avant, n’im­po­saient guère leurs convic­tions », re­marque Seb. Avec rai­son, cer­tai­ne­ment, tant le fait de man­ger de la viande est une ha­bi­tude an­ces­trale », rap­pelle Sa­rah : « La chaîne ali­men­taire a tou­jours exis­té ! ». « Nous sommes des ani­maux om­ni­vores », in­siste An­dré, « de­puis la nuit des temps », pré­cise Ro­ger. Fa­ta­listes donc, nos in­ter­nautes. Nous sommes car­ni­vores, point fi­nal ou presque. Car la vague vé­gane pose d’autres ques­tions. Celle d’une forme d’in­té­grisme qui ne re­cule de­vant au­cune vio­lence. « C’est quoi la pro­chaine étape ? », s’in­quiète Seb :

« Li­bé­rer les ani­maux des fermes puis brû­ler ces der­nières ? ». Im­menses au­to­da­fés qui rap­pel­le­raient « les sombres heures de l’In­qui­si­tion » à Jean-Marc. D’In­qui­si­tion à re­li­gion, il n’y a qu’un pas pour que ré­sonne le mot secte. « Les ve­gans ? Des bo­bos illu­mi­nés ! », af­firme Wal­ly. Bo­bos peut-être, mais pas vrai­ment pa­ci­fistes ! « Qu’est-ce qui jus­ti­fie ces sac­cages ? », s’in­digne Agnès, stig­ma­ti­sant, comme Do­mi­nique, « une vio­lence ano­nyme ». Or, « quand on s’en prend à l’ou­til de tra­vail - bou­che­ries ou abat­toirs - on n’est guère mi­li­tant », ana­lyse Étienne. « Juste van­dale… » « C’est donc à l’État de jouer son rôle », conclut Nel­son.

« Que les bou­chers se ras­surent… »

Face à ces condam­na­tions una­nimes, les ve­gans risquent un maigre fi­let de voix. Mi­chèle tente d’évo­quer l’es­prit vé­gan : « Des pa­ci­fistes ayant adop­té un mode ali­men­taire sans viande ! ». Sté­pha­nie, à son tour, in­ter­pelle : « Re­fu­ser de tuer au­trui par res­pect se­rait ex­trême ? ». Pau­line re­centre en­fin le dé­bat, creu­sant une brèche dans le front uni des an­ti-ve­gans : « La ques­tion n’est pas de sa­voir si man­ger de la viande a tou­jours exis­té, si c’est dans l’ordre des choses. Mais si les condi­tions de pro­duc­tion in­dus­trielle et d’abat­tage sont ac­cep­tables ». Et là, elle fait mouche. « Oui », avouent plu­sieurs, dont Ro­ger, « il y a bien des ef­forts à me­ner dans ce do­maine ». Pau­line abonde : « Faire naître des ani­maux, les tuer, broyer des pous­sins mâles parce que l’in­dus­trie ne sait pas qu’en faire, tout ce­la pose ques­tion ! ».

Au­tant d’ar­gu­ments que Jean-Pierre ba­laye pour­tant d’une for­mule la­pi­daire : « Que les bou­chers se ras­surent, la po­pu­la­tion les sou­tient ! ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.