« People what people » au théâtre. Ma­gis­tral !

Le Télégramme - Morlaix - - MORLAIX -

Ven­dre­di 11 jan­vier, au soir, le théâtre af­fi­chait pra­ti­que­ment com­plet. La com­pa­gnie Vil­ca­no­ta y don­nait la pièce cho­ré­gra­phique de Bru­no Pra­det « People what people ? » ac­tuel­le­ment en tour­née sur les routes bre­tonnes. À la fin de ce pre­mier spec­tacle de l’an­née 2019, le pu­blic a ap­plau­di à tout rompre cette per­for­mance ar­tis­tique qui les a tou­chés pro­fon­dé­ment. Le spec­tacle com­mence par une pul­sa­tion qui agit comme une étin­celle. Elle dé­clenche le geste, ir­ré­pres­sible, ir­ré­sis­tible. La mu­sique s’in­ten­si­fie et les sept in­ter­prètes, trois hommes et quatre femmes, s’élancent alors de concert.

Des spec­ta­teurs épous­tou­flés

Comme des dan­seurs-boxeurs, ils re­bon­dissent avec pré­ci­sion et dé­ter­mi­na­tion. Pen­dant près d’une heure, ils vont se dé­pla­cer, jaillir, s’ex­cla­mer en­semble, mus par une éner­gie qui semble les re­lier comme les pièces d’un puzzle or­ga­nique en mou­ve­ment per­pé­tuel. Si, par mo­ments, le groupe éclate en échap­pées pé­ri­phé­riques, c’est pour mieux s’ag­glo­mé­rer à nou­veau jus­qu’au tour­billon fi­nal. Sous per­fu­sion so­nore, le groupe évo­lue comme un grand corps in­tense, proche de la transe. Il gé­nère une éner­gie mo­trice folle que l’in­ti­mi­té du théâtre ma­gni­fie. Épous­tou­flés, les spec­ta- se sont lais­sés em­por­ter par elle. Où sommes-nous ? Au­cun in­dice sur le pla­teau nu pour y ré­pondre. Qui son­tils ? « People, what people » ?… Seule cer­ti­tude : la danse hyp­no­tique et la for­mi­dable co­hé­sion de cette tri­bu non iden­ti­fiée à la vi­ta­li­té si­dé­rante.

Folle éner­gie pour ce groupe sou­dé, pris dans un tour­billon ir­ré­sis­tible. Les dan­seurs et le cho­ré­graphe de « People what people » ont été très lon­gue­ment ap­plau­dis par des spec­ta­teurs scot­chés par ce spec­tacle per­for­mance, au théâtre de Mor­laix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.