Dix mois de pri­son pour des me­naces au cou­teau

Le Télégramme - Quimper - - QUIMPER - Jean Le Borgne

Elle avait me­na­cé une ado­les­cente et un homme qui s’était in­ter­po­sé, le 30 no­vembre, en gare de Quim­per­lé. Une Ban­na­lé­coise âgée de 29 ans, éga­le­ment pour­sui­vie pour une sé­rie de faits, a été condam­née, ven­dre­di, à dix mois de pri­son ferme.

Toxi­co­mane et al­coo­lique, elle avait sor­ti un cou­teau pour me­na­cer une ado­les­cente et l’homme qui s’était por­té à son se­cours, le 30 no­vembre, en gare de Quim­per­lé. Ju­gée en com­pa­ru­tion im­mé­diate, la jeune femme âgée de 29 ans mime le geste, mou­li­nant de la main droite. « Ils étaient en train de se mo­quer. J’étais éner­vée, j’ai sor­ti mon cou­teau ». Dans le box, entre deux agents de l’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire, la jeune femme ex­traite de la mai­son d’ar­rêt deux jours après son pla­ce­ment en dé­ten­tion pro­vi­soire, se dé­fend avoir vou­lu bles­ser les deux vic­times : « J’ai vou­lu leur faire peur ». Et de ré­fu­ter les ex­pli­ca­tions des té­moins évo­quant des ten­ta­tives de coups de cou­teau. « J’étais à un mètre de lui », se dé­fend-elle. Comme chaque jour, la pré­ve­nue avait bu : « Une di­zaine de bières ». « Vous étiez en état d’ap­pré­hen­der la réa­li­té ? », ques­tionne la pré­si­dente du tri­bu­nal. « Je me sou­viens de ce que j’ai fait. Je bois tous les jours, ma­dame ». L’aide des té­moins avait pour­tant été né­ces­saire pour lui per­mettre de re­mon­ter sur les quais, après sa chute sur les voies. Elle avait pro­fi­té de l’ar­ri­vée d’un train pour dis­pa­raître, lais­sant der­rière elle son té­lé­phone por­table qui avait per­mis aux gen­darmes de l’iden­ti­fier.

« Sa­vez-vous ce que sont des vio­lences avec arme ? », in­ter­roge la pré­si­dente du tri­bu­nal. « Tou­cher la per­sonne », ré­pond-elle. « En droit, c’est aus­si im­pres­sion­ner la per­sonne », lui fait sa­voir la ma­gis­trate.

Une sé­rie de mé­faits

Son in­ter­pel­la­tion par les gen­darmes avait per­mis de l’en­tendre sur une sé­rie de mé­faits com­mis depuis quelques se­maines. Des vols à l’éta­lage com­mis à l’In­ter­mar­ché de Ban­na­lec, le bris d’une vitre au Lidl de Quim­per­lé en fé­vrier et la fal­si­fi­ca­tion d’un chèque sui­vie d’une es­cro­que­rie, à l’au­tomne 2017. « Quand je bois, je fais n’im­porte quoi », ad­met la pré­ve­nue.

Main­te­nue en dé­ten­tion

La consé­quence d’une ad­dic­tion qui avait dé­jà conduit le juge des en­fants à pro­non­cer une as­sis­tance édu­ca­tive alors qu’elle n’avait que 16 ans. Les trois condam­na­tions ins­crites à son ca­sier ju­di­ciaire en té­moignent. Comme elles té­moignent d’une sé­rieuse toxi­co­ma­nie. Sous mé­tha­done depuis dix ans, la jeune femme re­con­naît avoir re­plon­gé il y a trois se­maines : « J’ai re­pris deux ou trois fois de l’hé­roïne ».

Oui mais voi­là, au cours des douze der­niers mois, elle était sous l’ef­fet d’une mise à l’épreuve pro­non­cée par le tri­bu­nal. Et ve­nait de bé­né­fi­cier d’un amé­na­ge­ment de la par­tie ferme de la peine pour lui per­mettre de se faire soi­gner. « Elle se com­plaît dans cette mal­heu­reuse déshé­rence », dé­nonce le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, avant de re­qué­rir une peine de huit mois de pri­son, la ré­vo­ca­tion de l’amé­na­ge­ment à hau­teur de six mois et son main­tien en dé­ten­tion. Mais pour son avo­cate, Me Scouar­nec, « ce n’est pas la pri­son qui va l’ai­der ». Elle a plai­dé en fa­veur d’une peine de sur­sis es­ti­mant que la dé­ten­tion pro­vi­soire avait ser­vi d’élec­tro­choc.

Le tri­bu­nal l’a condam­née à quatre mois de pri­son, ré­vo­quant six mois de sur­sis et or­don­nant son main­tien en dé­ten­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.