Le pré­sident an­nonce un deuxième si­gna­le­ment

Le Télégramme - Quimper - - QUIMPER - Ro­nan Lar­vor

Lors du con­seil com­mu­nau­taire de Quim­per Bre­tagne Oc­ci­den­tale, ven­dre­di soir, le pré­sident Lu­do­vic Jo­li­vet (ici en pho­to), a an­non­cé qu’un nou­veau si­gna­le­ment avait été fait au pro­cu­reur, dans le cadre du soup­çon d’ir­ré­gu­la­ri­té de l’at­tri­bu­tion du mar­ché de l’eau. Ce­lui de 2017 pour­rait être an­nu­lé pour Quim­per com­mu­nau­té.

Pres­sé par Gil­bert Gra­moul­lé, élu so­cia­liste quim­pé­rois et Da­niel Le Bi­got, élu éco­lo­giste, Lu­do­vic Jo­li­vet a fait un point ven­dre­di, en con­seil com­mu­nau­taire, sur le dossier de l’eau, an­non­çant qu’un nou­veau si­gna­le­ment avait été fait au pro­cu­reur dans la ma­ti­née même. L’at­tri­bu­tion du mar­ché de l’eau, pour 2017, pour­rait aus­si être an­nu­lée.

Suite à l’ar­ticle du Té­lé­gramme an­non­çant la ré­in­té­gra­tion d’un des deux agents de la col­lec­ti­vi­té mis en cause dans une af­faire de « soup­çon de conflit d’in­té­rêts » pour l’at­tri­bu­tion d’un mar­ché pu­blic de l’eau ( Le Té­lé­gramme de jeu­di), Gil­bert Gra­moul­lé a in­ter­pel­lé le pré­sident du con­seil com­mu­nau­taire, ven­dre­di soir : « Je ne com­prends pas pour­quoi le pré­sident, au lieu d’at­tendre les conclu­sions des en­quêtes, avait choi­si de sus­pendre deux agents et de com­mu­ni­quer dans la presse cette dé­ci­sion. Ce­la a contri­bué à créer un cli­mat de crise po­li­tique au sein du con­seil et de crise so­ciale chez le per­son­nel », a dé­cla­ré l’élu so­cia­liste quim­pé­rois, de­man­dant une plus grande trans­pa­rence et l’im­pli­ca­tion des as­so­cia­tions ci­toyennes dans la ges­tion de l’eau. Da­niel Le Bi­got s’est lui in­ter­ro­gé sur le fait qu’un agent sur les deux mis en cause ait été ré­in­té­gré ces der­niers jours. « Pour­quoi pas l’autre ? Y a-t-il des charges qui pèsent contre elle ? Elle au­rait dé­cla­ré qu’elle avait pré­ve­nu sa hié­rar­chie de sa si­tua­tion per­son­nelle. Or c’est le pré­sident de QBO, l’au­to­ri­té su­pé­rieure, et c’était donc à lui de prendre des me­sures conser­va­toires ». Lu­do­vic Jo­li­vet a confir­mé qu’une des deux per­sonnes mises en cause avait ef­fec­ti­ve­ment été ré­in­té­grée dans la col­lec­ti­vi­té, « mais pas dans son poste ini­tial, vu l’en­quête en cours ». « L’autre per­sonne est plus im­pac­tée par l’en­quête et à ce jour il n’est pas pré­vu de la ré­in­té­grer ».

Le mar­ché 2017 an­nu­lé ?

« Dans ce dossier, la trans­pa­rence, l’équi­té et la ré­gu­la­ri­té n’ont pas été au ren­dez-vous des mar­chés. Ce ma­tin, un deuxième si­gna­le­ment a été fait au pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, a ré­vé­lé Lu­do­vic Jo­li­vet. Le pôle fi­nan­cier de Brest est en­ga­gé sur l’en­quête ju­di­ciaire. Nous avions quelques failles. Il y a un risque d’an­nu­la­tion de l’at­tri­bu­tion du mar­ché de l’eau sur 2017 pour Quim­per Com­mu­nau­té. Nous de­vrons re­voir notre co­pie pour plus de trans­pa­rence dans l’at­tri­bu­tion des mar­chés. Quant à tra­vailler avec des as­so­cia­tions ci­toyennes d’ex­perts comme Eau se­cours 29 ou le Ca­re­pa, il faut faite at­ten­tion à leur agit-pro­pa­gande ».

At­tendre la fin des en­quêtes

Le pré­sident de QBO a conclu en di­sant qu’une fu­ture dé­lé­ga­tion de ser­vice pu­blic de­vrait at­tendre la fin des en­quêtes ad­mi­nis­tra­tive et fi­nan­cière en cours et pour­rait avoir lieu au man­dat sui­vant. « Il y a quan­ti­té d’en­tre­prises du sec­teur qui sont ca­pables de concou­rir pour ce type de ges­tion » es­time Lu­do­vic Jo­li­vet.

À une ul­time ques­tion sur l’ab­sence de 12e vice-pré­sident dans la col­lec­ti­vi­té, le maire de Plu­guf­fan, vice-pré­sident char­gé de l’eau et l’as­sai­nis­se­ment ayant aban­don­né cette dé­lé­ga­tion suite à l’af­faire, Lu­do­vic Jo­li­vet a pré­ci­sé que c’est Jean-Paul Co­zien qui re­pre­nait la dé­lé­ga­tion. « Il faut un peu de temps, mais au mo­ment op­por­tun, il y au­ra un 12e vice-pré­sident. Et si Alain De­cour­chelle sou­haite re­ve­nir, c’est avec plai­sir que je lui pro­po­se­rai d’être vice-pré­sident ».

Pôle mé­tro­po­li­tain re­por­té

Ven­dre­di, les élus com­mu­nau­taires de­vaient adop­ter les sta­tuts du Pôle mé­tro­po­li­tain Quim­per Cor­nouaille réunis­sant sept com­mu­nau­tés de com­munes. Lu­do­vic Jo­li­vet a an­non­cé que la dé­li­bé­ra­tion était re­ti­rée de l’ordre du jour : « Le bu­reau de Con­car­neau Cor­nouaille Ag­glo­mé­ra­tion n’a pas va­li­dé le pro­jet mer­cre­di, a ex­pli­qué le pré­sident de QBO. Donc nous de­vons lais­ser du temps et ne pas prendre en otage l’ave­nir de notre ter­ri­toire car il n’y au­ra pas de pôle mé­tro­po­li­tain sans Con­car­neau. C’est une déception, car nous n’étions pas loin de réus­sir à mettre en place ce pôle au 1er juin pro­chain ». Quim­per Cor­nouaille Dé­ve­lop­pe­ment, l’agence char­gée du dossier, va donc se re­mettre au tra­vail pour re­pré­ci­ser les mis­sions du fu­tur pôle. Lu­do­vic Jo­li­vet a ex­pli­qué que Con­car­neau avait blo­qué sur le trans­fert de com­pé­tence pour le contrat lo­cal de san­té. « Plus glo­ba­le­ment, les Con­car­nois ont es­ti­mé que l’adhé­sion au pôle était coû­teuse par rap­port aux nou­velles mis­sions an­non­cées », ajoute Lu­do­vic Jo­li­vet. Le chan­tier est donc loin d’être ter­mi­né.

Un poste de vice-pré­sident a de nou­veau été pro­po­sé à Alain De­cour­chelle (deuxième en par­tant de la droite).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.