Les pra­tiques édu­ca­tives d’un père de­vant le tri­bu­nal

Le Télégramme - Quimper - - QUIMPER - Jean Le Borgne

Mal­trai­tance ou édu­ca­tion ser­rée ? Un père de fa­mille com­pa­rais­sait, jeu­di, de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel. Une peine de pri­son avec sur­sis et mise à l’épreuve a été re­quise à son en­contre.

« Je met­tais des pe­tites fes­sées ». À la barre du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel, le père de fa­mille re­grette vi­si­ble­ment ses gestes mais sans re­con­naître les faits de vio­lences sur ses trois en­fants qui lui sont re­pro­chés. Il ex­plique avoir en­ta­mé une psy­cho­thé­ra­pie depuis son in­ter­pel­la­tion par la po­lice à son do­mi­cile et l’in­ter­ven­tion du juge des en­fants et des ser­vices so­ciaux pour pla­cer les trois en­fants du couple. Mais il se dé­fend avoir por­té les coups dé­non­cés par son fils aî­né à l’as­sis­tante so­ciale de son ly­cée. L’in­ter­ve­nante avait aler­té le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de la si­tua­tion, en fé­vrier der­nier.

L’ado­les­cent se ré­tracte

Quelques jours avant l’ou­ver­ture de l’en­quête, l’ado­les­cent âgé de 17 ans avait ex­pli­qué avoir re­çu un coup au vi­sage, le bles­sant lé­gè­re­ment à la pom­mette et bri­sant ses lu­nettes. Il avait éga­le­ment ex­pli­qué être frap­pé à l’aide d’un câble éther­net parce qu’il ne vou­lait pas se contraindre à la prière. « Il n’y a rien de vrai là-de­dans. Je l’ai at­tra­pé par les bras pour le rai­son­ner mais ja­mais frap­pé avec un câble », se dé­fend le père de fa­mille, ré­fu­tant toute ra­di­ca­li­sa­tion de sa part.

Oui mais voi­là, l’ado­les­cent avait ré­pé­té les pro­pos de­vant la po­lice, avant de les mo­dé­rer. La pa­role de sa pe­tite soeur s’était éga­le­ment li­bé­rée après son pla­ce­ment, par le juge des en­fants. Jeu­di, à l’au­dience, le jeune homme s’est pour­tant to­ta­le­ment ré­trac­té, ex­pli­quant avoir men­ti pour sé­duire la soeur d’un gar­çon que son père avait bous­cu­lé à la sor­tie du col­lège. Le pré­ve­nu avait été condam­né pour ces faits en no­vembre 2016. La dixième d’une sé­rie de condam­na­tions pro­non­cées depuis 2015 à l’en­contre de cet homme âgé de 33 ans.

Huit mois de pri­son avec sur­sis re­quis

« Le 22 oc­tobre der­nier, vous cher­chiez à vous plaindre de son com­por­te­ment », lui rap­pelle la pré­si­dente du tri­bu­nal qui ne croit pas un ins­tant aux nou­velles dé­cla­ra­tions du jeune homme. « Je veux qu’il sorte d’ici en di­sant qu’il n’est pas res­pon­sable », in­siste la pro­cu­reure. Et de poin­ter, comme la pré­si­dente, la consom­ma­tion de can­na­bis du tren­te­naire, confir­mée par la sai­sie de 50 g de ré­sine au do­mi­cile. Pour la ma­gis­trate qui a re­quis une peine de huit mois de pri­son avec sur­sis et mise à l’épreuve, la prise de stu­pé­fiants au­rait pu conduire le pré­ve­nu à ne pas se rendre compte « jus­qu’où al­laient les mots et les actes de vio­lences ». Par­ti­cu­liè­re­ment à l’en­contre du pe­tit gar­çon de la fra­trie dont la tête était ap­puyée dans les cous­sins du sa­lon quand il criait, se­lon les ex­pli­ca­tions de ses aî­nés.

« On parle de choses ex­trê­me­ment graves, mais j’ai du mal à croire que, dans ces condi­tions, au­cun pro­fes­sion­nel ne soit in­ter­ve­nu », es­time l’avo­cat de la dé­fense. Re­met­tant en cause la pa­role de l’en­fant, elle a ad­mis le cadre édu­ca­tif mal­veillant, re­je­tant toute idée de mal­trai­tance.

Dé­ci­sion le 20 dé­cembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.