JUS­QU’OÙ ?

Le Télégramme - Quimper - - LA UNE - Her­vé Cham­bon­nière

Des com­merces fer­més, des spec­tacles an­nu­lés, des matches de foot re­por­tés, le pro­gramme du Té­lé­thon mo­di­fié, près de 90 000 membres des forces de l’ordre mo­bi­li­sés, des blin­dés dé­ployés à Pa­ris… Par­tout en France, des dis­po­si­tions ex­cep­tion­nelles ont été prises ce sa­me­di pour se pré­mu­nir d’une nou­velle flam­bée de vio­lences en marge de la jour­née de mo­bi­li­sa­tion des gi­lets jaunes.

Près de 90 000 membres des forces de l’ordre mo­bi­li­sés sur le ter­ri­toire, des blin­dés à Pa­ris… C’est un dis­po­si­tif hors normes, ja­mais dé­ployé en France, qui est pré­vu pour ten­ter d’en­ca­drer, ce sa­me­di, les ma­ni­fes­ta­tions des gi­lets jaunes.

Po­li­ciers et gen­darmes se­ront plus nom­breux, plus mo­biles et plus of­fen­sifs. Même si le mi­nistre de l’In­té­rieur n’a pas sou­hai­té dé­voi­ler le dis­po­si­tif po­li­cier exact qui se­ra mis en place, ce sa­me­di, ces trois in­for­ma­tions sont cen­sées dis­sua­der ma­ni­fes­tants et ac­ti­vistes de ve­nir à Pa­ris. Jeu­di, l’Ély­sée avait fait sa­voir que les au­to­ri­tés avaient « des rai­sons de re­dou­ter une très grande vio­lence ».

Blin­dés, drones et hé­li­co­ptères

En tout, 89 000 po­li­ciers et gen­darmes se­ront mo­bi­li­sés sur l’en­semble du ter­ri­toire, dont 8 000 à Pa­ris. Pour la pre­mière fois, des blin­dés de la gen­dar­me­rie na­tio­nale, une dou­zaine, se­ront pré­po­si­tion­nés dans la ca­pi­tale, prêts à in­ter­ve­nir, sur ordre du Pre­mier mi­nistre. Plu­sieurs, mu­nis de lames, sont ca­pables de dé­ga­ger très ra­pi­de­ment des bar­ri­cades, sous des tirs de cock­tails mo­lo­tov ou d’armes à feu, et d’y ré­pli­quer, à l’abri et avec une grande pré­ci­sion, par arme à feu ou par gaz la­cry­mo­gènes. Jus­qu’à présent, ces moyens spé­ciaux étaient in­ter­ve­nus dans les Dom-Tom et à Notre-Dame-des-Landes.

« Nous les uti­li­sons très ra­re­ment en mé­tro­pole », confirme une source à la di­rec­tion de la gen­dar­me­rie, qui évoque éga­le­ment le dé­ploie­ment de dis­po­si­tifs de re­te­nue au­to­nome du pu­blic (DRAP, des grilles), des drones qui sur­vo­le­ront points chauds et quar­tiers à risques de la ca­pi­tale, des hé­li­co­ptères et la cel­lule OEIL (moyens d’ob­ser­va­tion). Avec les ca­mions lan- ceurs d’eau de la po­lice : des « moyens ex­cep­tion­nels, ré­ser­vés aux si­tua­tions les plus dé­gra­dées ».

Pas depuis mai 1968

Cô­té gen­dar­me­rie, la mo­bi­li­sa­tion se­ra « hors normes », avec 106 des 109 es­ca­drons de gen­dar­me­rie mo­bile (les trois es­ca­drons non en­ga­gés « rentrent de théâtres d’opé­ra­tions éprou­vants »). Toutes les forces, y com­pris en gen­dar­me­rie dé­par­te­men­tale et les ré­ser­vistes, se­ront en­ga­gées. Per­mis­sions et congés ont été sus­pen­dus. « De mé­moire, pa­reil dis­po­si­tif n’a pas été mis en place depuis mai 1968 », com­mente la même source. Cette mo­bi­li­sa­tion in­ter­vient alors que les syn­di­cats po­li­ciers et l’as­so­cia­tion Gen­darmes et ci­toyens alertent sur « l’usure et la fa­tigue » des forces de l’ordre. Le 1er dé­cembre, po­li­ciers et gen­darmes avaient dû faire face à un dé­fer­le­ment de vio­lences, no­tam­ment à Pa­ris (133 bles­sés, dont 23 par­mi les forces de l’ordre, 249 in­cen­dies, dont 112 vé­hi­cules, et six bâ­ti­ments). En une jour­née, la po­lice avait ti­ré plus de gre­nades de désen­cer­cle­ment que pour toute l’an­née 2017 (1 040 contre 796). Les heurts avaient éga­le­ment don­né lieu à des dé­ra­pages po­li­ciers. « Ce qu’il faut re­te­nir, c’est qu’il n’y a eu au­cun mort et au­cun bles­sé grave », note Ber­trand Ca­va­lier, gé­né­ral de di­vi­sion à la re­traite de la gen­dar­me­rie, spé­cia­liste re­con­nu du main­tien de l’ordre, qui dé­plore « une baisse des moyens af­fec­tés à cette com­po­sante es­sen­tielle et ul­time de la sé­cu­ri­té pu­blique ».

L’ul­tra gauche en force

Ce chaos in­édit par son am­pleur avait sus­ci­té de vives cri­tiques. Cette fois-ci, la stra­té­gie des forces de l’ordre se­ra dif­fé­rente. « Sur les 26 com­pa­gnies de CRS pré­sentes sa­me­di der­nier, 21 étaient blo­quées pour as­su­rer la pro­tec­tion de la pré­si­dence de la Ré­pu­blique, l’As­sem­blée na­tio­nale et Ma­ti­gnon, dé­taille un po­li­cier. Ordre avait été don­né à ces uni­tés de ne pas al­ler au contact. » En ma­tière de main­tien de l’ordre, la règle est de main­te­nir à dis­tance. « Les la­cry­mo­gènes ne font pas ef­fet, ob­serve un po­li­cier. En face, ceux qui veulent en dé­coudre sont équi­pés. » Cette fois-ci, le dis­po­si­tif se­ra mo­bile, et of­fen­sif si né­ces­saire. Avec tous les risques que com­portent les « corps-à-corps »… Se­lon une source po­li­cière pa­ri­sienne, sur les quelque 3 500 ma­ni­fes­tants vio­lents es­ti­més à Pa­ris, près d’une cen­taine ap­par­te­naient à l’ul­tra droite et plus d’un mil­lier à l’ul­tra gauche, avec des gi­lets jaunes ra­di­ca­li­sés et, en fin d’après-mi­di, « des jeunes ve­nus de ci­tés pour piller ». Ce sa­me­di, les au­to­ri­tés at­tendent moins de ma­ni­fes­tants (ils étaient 10 000 à Pa­ris, 137 000 dans tout le pays), mais « au moins au­tant d’élé­ments ra­di­ca­li­sés ». Le pro­cu­reur de Pa­ris, Ré­my Heitz, a, par ailleurs, an­non­cé, ven­dre­di, avoir pris des ré­qui­si­tions per­met­tant de « contrô­ler l’iden­ti­té des per­sonnes » et « leurs af­faires per­son­nelles » en amont des ma­ni­fes­ta­tions, ce week-end. « En fait, tous les en­droits sen­sibles peuvent faire l’ob­jet, sur la base de ces ré­qui­si­tions, de contrôles d’iden­ti­té et on peut être in­ter­pel­lé si on est por­teur (…) d’armes ou d’ob­jets lais­sant mon­trer qu’il y a une vo­lon­té de par­ti­ci­per à des vio­lences », a in­sis­té le pro­cu­reur.

« Des moyens ex­cep­tion­nels ré­ser­vés aux si­tua­tions les plus dé­gra­dées. »

Une source à la di­rec­tion de la gen­dar­me­rie

« Les la­cry­mo­gènes ne font pas ef­fet ».

Un po­li­cier

Pho­to AFP

Le mi­nistre de l’In­té­rieur a confir­mé un dis­po­si­tif « de grande en­ver­gure », axé sur plus de mo­bi­li­té et de ré­ac­ti­vi­té. Les prin­ci­paux mo­nu­ments pa­ri­siens se­ront fer­més à l’image de l’Arc de Triomphe, ob­jet de dé­gra­da­tions sa­me­di der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.