Con­ser­va­toire. La scène : vec­teur d’ap­pren­tis­sage

Le Télégramme - Quimperlé - - QUIMPERLÉ. ACTUS - Sté­phane Gui­hé­neuf Re­trou­vez les vi­déos sur le­te­le­gramme.fr

La ve­nue du Da­vid Es­ke­na­zy trio a été l’oc­ca­sion pour le Con­ser­va­toire mu­sique et danse de Quim­per­lé de pro­po­ser une sé­rie de Mas­ter­class. Nous sommes al­lés à la ren­contre des mu­si­ciens.

La dé­marche est claire : pro­po­ser à des mu­si­ciens, élèves ou non du Con­ser­va­toire mu­sique et danse de Quim­per­lé, de confron­ter leur pra­tique de l’ins­tru­ment à celle de mu­si­ciens confir­més. La ve­nue du contre­bas­siste Da­vid Es­ke­na­zy et des deux mu­si­ciens - Clé­ment Grif­fault au pia­no, Ju­lien Gré­goire à la bat­te­rie - avec les­quels il forme un trio de jazz, a été l’oc­ca­sion pour la struc­ture quim­per­loise de mettre en mu­sique cette dé­marche. « Ce­la fait un an que l’on y tra­vaille. Da­vid Es­ke­na­zy est ve­nu ren­con­trer les pro­fes­seurs en sep­tembre ». Ce week-end, place à la pra­tique. Chant, pia­no, im­pro­vi­sa­tion ou bat­te­rie, une soixan­taine de per­sonnes ont pris part aux dif­fé­rentes Mas­ter­class.

Une classe d’émo­tion

« Com­ment tu peux don­ner du re­bond ? En fai­sant comme ce­la… » Les doigts de Clé­ment Grif­fault se mettent à cou­rir sur le cla­vier. « Ce­la peut te don­ner un pe­tit re­bond », ex­plique-t-il à Cons­tance, jeune élève du Con­ser­va­toire. « C’est très ré­gu­lier et si tu te dis, ah, on va chan­ger de rythme… Sur ta main gauche, tu peux ima­gi­ner plein de choses ». La main gauche de Clé­ment Grif­fault fait alors son­ner avec vi­gueur les touches. « N’hé­si­tez pas à vous ser­vir de toute la sur­face du pia­no », lance-t-il à la vo­lée tout en lais­sant glis­ser son autre main sur la droite de l’ins­tru­ment. De­vant le cla­vier, Ca­mille, dix ans, pré­sente le mor­ceau qu’elle a créé. Les yeux fer­més, le pro­fes­seur d’un jour se laisse em­por­ter. « Su­per, il est dé­jà bien avan­cé… On est dans une classe d’émo­tion, dans un ca­rac­tère ». Et le voi­là qui en pro­pose même une suite. Ce­la fait quatre ans que Ca­mille pra­tique le pia­no. Ce mor­ceau, elle l’a com­men­cé chez elle avant de le tra­vailler avec Can­dice Cha­pou­tot, pro­fes­seur au Et d’en pro­lon­ger l’ex­plo­ra­tion ce sa­me­di. Une belle ex­pé­rience. « Il m’a ap­pris que l’on pou­vait s’amu­ser avec des ac­cords ». S’amu­ser, comme Clé­ment Grif­fault l’in­vite à lais­ser la part belle au si­lence comme pour mieux sus­ci­ter l’en­vie. « Le si­lence, c’est au­tant de la mu­sique que quand tu fais des­notes ».

Ne pas perdre les co­pains

Une salle plus bas, autre am­biance, autre ins­tru­ment : la bat­te­rie. Sur le ta­bleau blanc, des notes s’ac­crochent aux por­tées alors que le mé­tro­nome donne le rythme. « C’est un exer­cice pour ai­der le pied à se ca­li­brer », ex­plique Ju­lien Gré­goire. Ba­guettes en main, il tape en rythme… « Le but ce n’est pas de perdre les co­pains quand on joue en groupe ! ». On tra­vaille l’ap­proche, pas de tech­nique même si les échanges sont par­fois poin­tus. Ce­la n’in­ter­dit sur­tout pas le plai­sir. La bat­te­rie ce­la fait presque quatre ans que Mel­vyn en joue. Il écoute at­ten­ti­ve­ment les conseils. S’es­saie lui aus­si aux exer­cices. Il est content de par­ti­ci­per car « on ap­prend plein de choses ». Comme d’« al­ler plus vite avec la grosse caisse ». Lui, il aime tout ce qui est per­cus­sion. Le pe­tit bruit sin­gu­lier du mé­tro­nome re­prend… Les mains tapent, en rythme. « Ces exer­cices per­mettent d’ex­plo­rer plein de voies dif­fé­rentes », pré­cise Ju­lien Gré­goire.

Faire tour­ner les chants

Cette pre­mière Mas­ter­class de l’an­née, ou­verte au jazz a fait la part belle au chant. Les trois séances ani­mées par Da­vid Es­ke­na­zy ont at­ti­ré des pro­fils dif­fé­rents. « Il y a des cho­ristes du Con­ser­va­toire et du ré­seau », pré­cise Ch­ris­telle Sta­gnol, di­rec­trice ad­jointe. Pas seule­ment. « Cinq pro­fes­sion­nels y par­ti­ciCon­ser­va­toire. pent ce di­manche », avance So­phie Ro­bic, pro­fes­seur de chant (mu­siques ac­tuelles et jazz) au Con­ser­va­toire. Dans la salle du Pré­si­dial s’élèvent des « Oh »… On tra­vaille les in­ter­valles. « Oh, la tierce ma­gni­fique », lance Da­vid Es­ke­na­zy. « Là tu es à l’unis­son, je vou­drais que tu fasses le de­mi-ton au des­sus ». Par­mi les élèves une chef de choeur, un ba­ry­ton… Bren­dan vient « en to­tale dé­cou­verte » alors qu’Aline, qui tra­vaille avec un loo­per, se dit in­té­res­sée par la no­tion de boucle. La rai­son de cet en­goue­ment tient aux « circle songs », prin­cipe qui consiste à faire tour­ner un chant, que pro­pose Da­vid Es­ke­na­zy. « La boucle sert de sup­port pour faire des im­pro­vi­sa­tions ». Un quar­tet s’im­pro­vise. Le chant dé­marre et cha­cun entre dans la boucle.

T

Mas­ter­class créa­tion au pia­no avec Clé­ment Grif­fault : Cons­tance joue un de ses mor­ceaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.