240.000 ¤ pour la sé­cu­ri­té dans les écoles lam­bal­laises

De­puis plu­sieurs se­maines, des tra­vaux de sé­cu­ri­sa­tion sont en cours dans les écoles pu­bliques de Lam­balle. Ob­jec­tif, ré­pondre aux pres­crip­tions du plan vi­gi­pi­rate ain­si qu’au PPMS (plan par­ti­cu­lier de mise en sû­re­té) exi­gés par l’État. Coût de l’opé­ra­tio

Le Télégramme - Saint-Brieuc - - ST-BRIEUC -

De­puis plu­sieurs se­maines, des tra­vaux de sé­cu­ri­sa­tion sont en cours dans les écoles pu­bliques de Lam­balle. Ob­jec­tif : ré­pondre aux pres­crip­tions du plan vi­gi­pi­rate ain­si qu’au PPMS (plan par­ti­cu­lier de mise en sû­re­té) exi­gés par l’État. Le coût de l’opé­ra­tion s’élève à 239.405 ¤, dont 70.000 ¤ de sub­ven­tion de l’État.

À Mes­lin, une en­tre­prise s’af­faire à ins­tal­ler une nou­velle clô­ture plus haute pour pro­té­ger l’en­ceinte de l’école pri­maire. Après, il se­ra temps d’ins­tal­ler à l’en­trée de l’école un poste vi­sio­phone pour iden­ti­fier les vi­si­teurs qui veulent en­trer dans l’éta­blis­se­ment. Deux élé­ments de sé­cu­ri­té qui s’ajoutent à la mise en place d’alarme spé­ci­fique at­ten­tat-in­tru­sion et à la mo­di­fi­ca­tion des ser­rures pour la mise en place d’es­paces de confi­ne­ment. Coût de l’opé­ra­tion à Mes­lin, près de 27.000 ¤ TTC. C’est comme ça dans toutes les écoles pu­bliques de la ville pour un to­tal de 239.405 ¤ TTC de tra­vaux.

La sé­cu­ri­té des en­fants des écoles pri­maires est à ce prix. Idem pour les écoles pri­vées où les tra­vaux étaient à la charge de l’en­sei­gne­ment ca­tho­lique (la com­mune ne peut pas in­ves­tir sur les bâ­ti­ments des écoles pri­vées car les murs ne lui ap­par­tiennent pas). Pour les tra­vaux dans les écoles pu­bliques, la ville a bé­né­fi­cié d’une sub­ven­tion de 70.000 ¤ par le biais du FIPD (fond in­ter­mi­nis­té­riel pour la pré­ven­tion de la dé­lin­quance).

Une sé­cu­ri­sa­tion des écoles exi­gée par l’État

Ces tra­vaux ré­pondent à une exi­gence de l’état en ma­tière de sé­cu­ri­té dans les lieux qui ac­cueillent du pu­blic. Ils per­mettent de se confor­mer aux pres­crip­tions du Plan vi­gi­pi­rate et de ré­pondre aux exi­gences de réa­li­sa­tion des PPMS (Plan par­ti­cu­lier de mise en sû­re­té) face aux risques ma­jeurs. Les écoles et les éta­blis­se­ments sco­laires peuvent être confron­tés à des ac­ci­dents ma­jeurs, qu’ils soient d’ori­gine na­tu­relle (tem­pête, inon­da­tion, sub­mer­sion ma­rine, séisme, mou­ve­ment de ter­rain…), tech­no­lo­gique (nuage toxique, ex­plo­sion, ra­dio­ac­ti­vi­té…), ou à des si­tua­tions d’ur­gence par­ti­cu­lières (in­tru­sion de per­sonnes étran­gères, at­ten­tats…) sus­cep­tibles de cau­ser de graves dom­mages aux per­sonnes et aux biens.

Du per­son­nel for­mé

Outre ces tra­vaux, les di­rec­teurs d’école ont sui­vi une pe­tite for­ma­tion pour l’usage du vi­sio­phone. Les élèves et le per­son­nel des écoles se­ront éga­le­ment sen­si­bi­li­sés à la pré­ven­tion des risques. Le PPMS pour­ra même faire l’ob­jet d’ac­ti­vi­tés pé­da­go­giques qui pour­ront contri­buer la for­ma­tion du fu­tur ci­toyen. « Quant au fonc­tion­ne­ment des alarmes dans les écoles, c’est la po­lice mu­ni­ci­pale qui in­ter­vien­dra sur place », a in­di­qué Lau­rence Rio, res­pon­sable des af­faires sco­laires pour la ville de Lam­balle.

Jean-Fran­çois Bré­hant, maire dé­lé­gué de Mes­lin, Lau­rence Rio, res­pon­sable des af­faires sco­laires, Ly­die Phi­lippe, ad­jointe aux af­faires sco­laires, et Syl­vie De­baig, res­pon­sable des bâ­ti­ments pour la ville de Lam­balle, étaient pré­sents hier à Mes­lin...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.